Accueil > Histoire > De l’ouverture des États Généraux de 1789 à l’ouverture du Grand Débat National (...)

De l’ouverture des États Généraux de 1789 à l’ouverture du Grand Débat National de 2019

par René MERLE, le 6 janvier 2019

Enregistrer au format PDF

Déformation d’his­to­rien une fois encore, sans doute, les propos léni­fiants mais arro­gants sur le fond de notre Président m’on rap­pelé ce que déclara notre Bon Roi Louis XVI, à l’ouver­ture des États Généraux, le 5 mai 1789. Prenez donc la peine de repé­rer dans ce dis­cours tout ce qui évoque le dis­cours de ce 31 décem­bre : propos et événements…

« Les esprits sont dans l’agi­ta­tion [1] ; mais une assem­blée des repré­sen­tants de la Nation n’écoutera sans doute que les conseils de la sagesse et de la pru­dence. Vous aurez jugé vous-même, Messieurs, qu’on s’en est écarté dans plu­sieurs occa­sions récen­tes ; mais l’esprit domi­nant de vos déli­bé­ra­tions répon­dra aux véri­ta­bles sen­ti­ments d’une Nation géné­reuse, et dont l’amour pour ses Rois a tou­jours fait le carac­tère dis­tinc­tif : j’éloignerai tout autre sou­ve­nir.
Je connois l’auto­rité et la puis­sance d’un Roi juste au milieu d’un peuple fidèle et atta­ché de tout temps aux prin­ci­pes de la Monarchie : ils ont fait la gloire et l’éclat de la France ; je dois en être le sou­tien, et je le serai cons­tam­ment.
Mais tout ce qu’on peut atten­dre du plus tendre inté­rêt au bon­heur public, tout ce qu’on peut deman­der à un Souverain, le pre­mier ami de ses peu­ples, vous pouvez, vous devez l’espé­rer de mes sen­ti­ments.
Puisse, Messieurs, un heu­reux accord régner dans cette assem­blée, et cette époque deve­nir à jamais mémo­ra­ble pour le bon­heur et le pros­pé­rité du royaume ! C’est le sou­hait de mon cœur, c’est le plus ardents de mes vœux, c’est enfin le prix que j’attends de la droi­ture de mes inten­tions et de mon amour pour mes peu­ples. »

On connaît la suite, et com­ment, in fine, la Monarchie fut balayée…


[1Le Roi fait ici allusion aux révoltes antinobiliaires et frumentaires qui avaient agité plusieurs provinces en mars-avril, et entraîné la constitution spontanée de « gardes bourgeoises », maîtresses des cités

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.