Accueil > Actualité > 1788-2013

1788-2013

par René MERLE, le 11 novembre 2013

Enregistrer au format PDF

J’ai donné mon opi­nion à chaud sur la pre­mière mani­fes­ta­tion des Bonnets rouges.

[Bonnets rouges]
[Le front de gauche et les bon­nets rouge]

Cette opi­nion ne coïn­cide pas vrai­ment tou­jours avec ce que je peux lire « à gauche » et à « l’extrême gauche ».

En effet, avec le sens de la dia­lec­ti­que qui les carac­té­rise, cer­tains, négli­geant le rôle du patro­nat et de l’extrême droite, n’ont voulu voir dans les événements de Bretagne que toni­que révolte popu­laire. La plu­part des autres y ont au contraire vu une triste col­la­bo­ra­tion de classe entre des oppri­més benêts et des oppres­seurs mani­pu­la­teurs, une entre­prise sans avenir.

J’aime­rais pou­voir rap­pe­ler à ces der­niers un pré­cé­dent his­to­ri­que : en 1788, un puis­sant mou­ve­ment de révolte a secoué la France : révolte fis­cale menée par les pri­vi­lé­giés au nom de leurs inté­rêts, révolte pro­vin­cia­liste menée par les Parlements au nom de leurs vieilles fran­chi­ses. Mais révol­tes ren­contrant immé­dia­te­ment un déci­sif aval popu­laire, de la Bretagne au Dauphiné. De quoi sou­le­ver l’ironie de gran­des figu­res des Lumières : quoi, ce peuple étranglé par ces puis­sants qui se met à leur ser­vice contre une monar­chie moder­niste ? Quoi, ce peuple enfoncé dans l’igno­rance qui en rajoute dans l’obs­cu­ran­tisme pro­vin­cial, contre une monar­chie cen­tra­liste.

L’on connaît pour­tant la suite, qui est 1789, dont le moins que l’on puisse dire est que les pri­vi­lé­gies et les par­le­men­tai­res se repen­ti­rent non seu­le­ment d’avoir éveillé le peuple à la révolte, mais d’avoir ainsi ouvert la porte à la Révolution.