Accueil > Actualité > Bain chaud/froid partagé

Bain chaud/froid partagé

par LA SOCIALE, le 15 décembre 2018

Enregistrer au format PDF

Mon ressenti après un bain chaud froid partagé avec François Ruffin et les Gilets Jaunes. Par JMi

Arrivé à Saint Pons ce jeudi 13 décem­bre vers 18h je me joins pen­dant 1h30 aux gilets jaunes (GJ ) déjà en place sur un rond point de fil­tra­tion.
D’abord gelé par la pluie gla­ciale je fus très vite réchauffé par les très nom­breux témoi­gna­ges de sym­pa­thie des auto­mo­bi­lis­tes et des rou­tiers pour­tant blo­qués par les GJ.
Cette expé­rience a ren­forcé mon admi­ra­tion pour ceux qui se relayent jours et nuits depuis plu­sieurs semai­nes.
Elle m’a permis de me rendre compte du sou­tien de la plu­part des gens blo­qués ou retar­dés. La plu­part arbo­raient un gilet jaune à leur pare brise et nous encou­ra­geaient à pour­sui­vre le mou­ve­ment avec des gestes et des mots cha­leu­reux.
Elle m’a permis aussi de per­ce­voir au tra­vers des dis­cus­sions que le groupe de GJ por­tait vrai­ment des idées de gauche sociale et écologique .
Ensuite François RUFFIN est arrivé au volant d’un Berlingo accom­pa­gné par Guillaume TRICARD rédac­teur de Fakir et Gilles PERRET "socio­réa­li­sa­teur" qui filme leur tour­née des ronds points et les échanges avec les GJ.
Ensuite un dia­lo­gue très riche et diver­si­fié a eu lieu à l’abri de la pluie dans un garage froid et sombre . Là aussi la cha­leur rela­tion­nelle de notre assem­blée a vite effacé le froid ambiant.
En préam­bule François RUFFIN a expli­qué qu’il fai­sait cette tour­née des GJ pour pren­dre le pouls de ses conci­toyens et jouer son rôle de député en fai­sant remon­ter leurs propos à l’assem­blée natio­nale.
Puis il a ques­tionné au hasard cer­tains GJ pour connaî­tre leurs moti­va­tions et le débat s’est petit à petit plus lar­ge­ment ouvert à tous sur une mul­ti­tude de sujets.
J’en ai res­senti de sa part une grande volonté de proxi­mité avec les per­son­nes ren­contrées, une grande qua­lité d’écoute, une véri­ta­ble sin­cé­rité et une grande cha­leur humaine.
Nous avons vécu un for­mi­da­ble moment de citoyen­neté avec un élu non poli­ti­card mili­tant réflexif opi­niâ­tre et par­ta­geur d’idées.
Ensuite ceux que j’appelle par taqui­ne­rie les ZFHC (Zamilitants Foufurieux des Hauts Cantons) avaient eu la géné­reuse idée de pré­pa­rer un apéro et un repas ce qui nous a permis de pour­sui­vre convi­via­le­ment nos échanges.
Nous y avons décou­vert dans un pré­cieux climat de res­pect mutuel ce qui nous ras­sem­blait ou ce qui pou­vait par­fois nous dif­fé­ren­cier comme par exem­ple nos posi­tions res­pec­ti­ves lors de la der­nière pré­si­den­tielle.
Je suis res­sorti de ce "bain par­tagé" les pieds gelés mais la tête et le cœur réchauf­fés.
Je remer­cie ceux qui ont permis cette belle ren­contre en l’orga­ni­sant ou en par­cou­rant la France en voi­ture à la ren­contre des GJ.
Ma confiance en l’extra­or­di­naire géné­ro­sité et luci­dité du mili­tant François RUFFIN et de nos amis insou­mis n’en est que ren­for­cée.
Malgré la pénom­bre socié­tale actuelle grâce à ces "ami­li­tants" aux véri­ta­bles préoc­cu­pa­tions socio­lo­gi­ques et écologiques j’ai pu per­ce­voir qu’il y avait encore des lieux et des per­son­nes de lumière dans notre société.Je sou­hai­tais vrai­ment le par­ta­ger au tra­vers de ce petit billet d’un mili­tant "occa­sion­nel".

JMi