Accueil > International > Lettres helvètes > Le vétérinaire Larcher, la jeune loup Véran et le jars Macron

Le vétérinaire Larcher, la jeune loup Véran et le jars Macron

par Gabriel GALICE, le 17 mars 2020

Enregistrer au format PDF

A leur ordi­naire, les jour­na­lis­tes se sont mon­trés inat­ten­tifs. Le pré­si­dent du Sénat tenait mor­di­cus au main­tien des élections muni­ci­pa­les. Or Gérard Larcher est vété­ri­naire et le Covid-19 n’infecte pas les ani­maux. Cette erreur de pers­pec­tive conduit quel­ques mil­liers de citoyens à l’abat­toir, des aînés sur­tout.

Olivier Véran, le minis­tre de la santé, qui plas­tronne sur les pla­teaux de télé en exci­pant de sa qua­lité pro­fes­sion­nelle ini­tiale, est un jeune loup cyni­que qui tente de nous faire pren­dre des ves­sies pour des lan­ter­nes. Il mori­gène les badauds qui vont se pro­me­ner sur les quais de Seine tout en osant jus­ti­fier le sani­tai­re­ment indé­fen­da­ble, le main­tien du pre­mier tour des élections muni­ci­pa­les. Le pro­to­type du sale type, prêt à tout pour satis­faire ses ambi­tions effré­nées.

Flanqué de son vété­ri­naire et de son jeune loup, enca­dré d’oies remar­qua­bles de sot­ti­ses et d’experts com­plai­sants, le chef de la basse-cour jacte ses âneries avec aplomb. Du jars, il a la dégaine assu­rée, le cri per­çant, la com­pa­gnie d’oies dévouées sur­tout. Ne lui manque que le cou­rage, carac­té­ris­ti­que de cet oiseau, tant il est vrai que la bru­ta­lité envers les fai­bles va de pair avec l’inca­pa­cité de s’oppo­ser aux puis­sants, de pren­dre les déci­sions qui s’impo­sent à un chef d’Etat digne de ce nom.

Gabriel Galice

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.