Accueil > Débats > Continuons le débat sur la laïcité

Continuons le débat sur la laïcité

par LA SOCIALE, le 24 octobre 2019

Nous publions bien volontiers la texte que nous a proposé notre ami Alain Chicouard, en réponse à l’article de Jacques Cotta, paru dans la Sociale le 17 octobre : Lorsque la gauche et la Macronie offrent le monopole de la laïcité au RN. Comme nous sommes partisans de la libre discussion, nous espérons que la contribution d’Alain Chicouard suscitera de nouvelles prises de positions, de nouveaux arguments pour avancer ce terrain passablement miné.
La rédaction de La Sociale.

Le 18 octo­bre 2019 .

Bonjour Jacques,

Je viens de lire ton texte du 17 octo­bre « lors­que la gauche et la Macronie offrent le mono­pole de la laï­cité au RN... ».
Tu y accor­des un brevet de laï­cité aux enne­mis paten­tés de la laï­cité telle qu’elle est défi­nie et ins­ti­tu­tion­na­li­sée par la loi de 1905. Ainsi tu affir­mes : « A l’époque [des pré­si­den­ces Sarkozy, puis Hollande], comme le repré­sen­tant RN du conseil régio­nal de Bourgogne-Franche Comté aujourd’hui, le socia­liste Peillon ou l’UMP Chatel sont du bon côté du manche ».

Ainsi le lepe­niste Odoul, le sar­ko­zyste Chatel, le socia­liste Peillon, ces deux der­niers jadis minis­tres de l’Education natio­nale et, à ce titre, pro­mo­teurs de la dis­lo­ca­tion de l’ensei­gne­ment public, assu­re­raient, parce qu’ils se pro­cla­ment frau­du­leu­se­ment « laï­ques intrin­si­geants », la défense de la laï­cité, alors que, par ex., ils refu­sent l’abro­ga­tion du statut d’Alsace-Moselle ou la ces­sa­tion du finan­ce­ment par l’Etat de l’école privée (à 95% catho­li­que)... Pour ces preux che­va­liers soi disant « laï­ques », la laî­cité telle qu’ils l’enten­dent se ramè­nent au fond à pour­fen­dre prin­ci­pa­le­ment tout ce qui, peu ou prou, a rap­port avec l’islam.

Ton texte repose sur une affir­ma­tion entiè­re­ment erro­née – sur laquelle s’appuient les Odoul, Chatel, Peillon et autres confrè­res : « La loi de 1905 visait les signes osten­ta­toi­res chré­tiens dans l’espace public ». Archi faux ! La loi de 1905 est une loi de sépa­ra­tion des Eglises et de l’Etat et établit la neu­tra­lité de l ’Etat par rap­port aux reli­gions, ce qui impli­que la neu­tra­lité (notam­ment ves­ti­men­taire) des per­son­nels des ser­vi­ces publics. La loi de 1905 (qui est une loi anti-clé­ri­cale, mais non anti-reli­gieuse) n’inter­dit en rien l’expres­sion reli­gieuse au sein de l’espace public (dans le res­pect des lois défi­ni­sant l’ordre public). A ce sujet, plutôt que de reve­nir sur les faits into­lé­ra­bles du 11 octo­bre au conseil régio­nal de Bourgogne – Franche Comté ( à ce sujet, je ren­voie au com­mu­ni­qué de la Ligue des Droits de l’Homme du 13 octo­bre), je joins - pour le débat – des notes extrai­tes d’une confé­rence tenue en avril der­nier.

Cordialement,
Alain Chicouard.