Accueil > Actualité > Emmanuel Macron doit être battu ! Mieux, doublement battu !

Emmanuel Macron doit être battu ! Mieux, doublement battu !

par Jacques COTTA, le 23 mai 2019

Enregistrer au format PDF

Les élections euro­péen­nes auront lieu diman­che 26 mai dans un contexte bien par­ti­cu­lier. Emmanuel Macron s’est engagé per­son­nel­le­ment. Le Président de la répu­bli­que se montre ainsi bien impru­dent. Il est en effet en guerre contre le peuple qui depuis plus de 6 mois exprime son exi­gence de jus­tice sociale et de démo­cra­tie dans le pays.

Cette guerre contre le peuple, Macron l’a enga­gée, uti­li­sant tous les moyens à sa dis­po­si­tion. Le mépris, les pro­vo­ca­tions, la calom­nie, le men­songe, la vio­lence, les LBD, les « gre­na­des de désen­cer­cle­ment », ou autres armes de guerre ayant déjà pro­vo­qué des dizai­nes et des dizai­nes de bles­sés graves.

Dans ces condi­tions, les élections qui vien­nent sont un rendez vous que de nom­breux conci­toyens veu­lent saisir pour « régler les comp­tes ». Pour de larges cou­ches de la société, Emmanuel Macron s’est engagé per­son­nel­le­ment. Aussi, lui, sa clique, son entou­rage, son parti doi­vent être battus, et le plus tôt devrait être le mieux.

Il existe deux défai­tes pos­si­bles pour Macron, deux défai­tes qui peu­vent lui être infli­gées simul­ta­né­ment.

Défaire Macron deux fois !

Emmanuel Macron est l’homme de l’UE en France. Ces élections euro­péen­nes ne ser­vent qu’à main­te­nir, cré­di­bi­li­ser, légi­ti­mer l’Union Européenne, ennemi acharné des peu­ples, et son repré­sen­tant au pou­voir en France, Emmanuel Macron.

Les élections euro­péen­nes sont des­ti­nées à élire des dépu­tés sans pou­voir. Il s’agit d’un leurre per­met­tant de camou­fler les véri­ta­bles res­pon­sa­bles des poli­ti­ques menées, la com­mis­sion euro­péenne, la banque cen­trale, les chefs de gou­ver­ne­ment, dont Macron en France qui est le repré­sen­tant direct de L’UE.

Ces élections n’ont d’autre but que de légi­ti­mer ce pou­voir supra­na­tio­nal qui nie la sou­ve­rai­neté des peu­ples, leurs inté­rêts, leurs droits. C’est ce pou­voir contre lequel, quelle que soit la majo­rité au par­le­ment, nul ne peut s’oppo­ser. C’est ce pou­voir qu’il faut donc défaire. C’est lui qui inter­dit, quel que soit le résul­tat des élections, les reven­di­ca­tions des Gilets jaunes, reven­di­ca­tions socia­les et reven­di­ca­tions démo­cra­ti­ques.

En consé­quence, pour défaire Macron une pre­mière façon revient à délé­gi­ti­mer ce pou­voir supra natio­nal en boy­cot­tant mas­si­ve­ment cette élection ! Personnellement, tel est mon choix.

Mais nous savons que nom­breux sont nos com­pa­trio­tes qui dési­rent infli­ger une défaite à Macron dans les urnes.

Dés lors, c’est aussi sur le résul­tat de ceux qui se dépla­ce­ront que Macron devra être battu. Si les mots ont un sens, il faut donc que lui, sa clique, sa liste aient un mini­mum de voix.

C’est le choix effi­cace que ceux qui veu­lent voter, s’ils sont consé­quents, pour­ront faire.

Un mini­mum de voix pour Macron, telle sera la seconde défaite qui lui sera infli­gée.

Double défaite pour Macron et une conclusion

Quelle que soit la liste qui arri­vera en tête et battra Macron, ce ne sera de la part du peuple évidemment pas un vote d’adhé­sion, mais un vote de rejet de Macron, Philippe, Castaner et de la majo­rité LREM.

La double défaire de Macron expri­mera la vic­toire du peuple et de lui seul. La liste arri­vée en tête fera entre 10 et 15% de l’électorat. Elle sera, quelle qu’elle soit, illé­gi­time démo­cra­ti­que­ment et poli­ti­que­ment. La double défaite de Macron sera la vic­toire du peuple et de per­sonne d’autre !

Les Gilets jaunes ont exprimé leur volonté :

 le droit de vivre, le droit de tra­vailler, d’avoir un salaire, le droit aux ser­vi­ces publics, des fonc­tion­nai­res en nombre suf­fi­sant, le pou­voir d’achat, la jus­tice fis­cale, etc…

 La démo­cra­tie, avec le RIC, un gou­ver­ne­ment du peuple, par le peuple, pour le peuple…

Ce sont ces reven­di­ca­tions qui quel que soit le résul­tat des euro­péen­nes devront être la préoc­cu­pa­tion majo­ri­taire le 27 au matin.

Si Macron arrive en tête, il pour­sui­vra dans la voie qu’il a tracée.
S’il est battu, et dou­ble­ment battu, ce sont les exi­gen­ces socia­les et démo­cra­ti­ques qui ani­ment le mou­ve­ment social depuis plus de 6 mois qui revien­dront en force au coeur de l’actua­lité.

Responsables poli­ti­ques, syn­di­caux, asso­cia­tifs, com­men­ta­teurs, éditorialistes, jour­na­lis­tes devront se rési­gner. Les motifs de la mobi­li­sa­tion sociale et démo­cra­ti­que qui dure depuis plus de 6 mois ne sont pas prêts à dis­pa­rai­tre avec un résul­tat électoral. Plus, avec la double défaite de Macron, la mobi­li­sa­tion qui dure devrait se per­pé­tuer et se ren­for­cer.