Accueil > Actualité > Notre-Dame, ou les tentatives grossières d’utiliser les cendres encore (...)

Notre-Dame, ou les tentatives grossières d’utiliser les cendres encore chaudes...

par Jacques COTTA, le 16 avril 2019

Enregistrer au format PDF

L’Incendie de Notre Dame a été res­senti à juste titre comme un drame archi­tec­tu­ral, cultu­rel, his­to­ri­que. Mais le plus inté­res­sant dans la com­pas­sion géné­rale est sans doute l’inter­pré­ta­tion donnée par les com­men­ta­teurs qui depuis des semai­nes nous pro­met­taient le succès du grand blabla macro­nien et qui ont dû dans un pre­mier temps expli­quer le report de l’inter­ven­tion télé­vi­sée du chef de l’état pour raison de dépla­ce­ment sur le parvis de la cathé­drale, avant de pré­ci­ser que l’inter­ven­tion macro­nienne avait été enre­gis­trée dans l’après midi et donc que le bate­leur pou­vait tout compte fait se trou­ver à la fois dans le poste et devant les flam­mes, pour enfin sou­li­gner la réa­lité d’un homme ému devant l’ampleur du désas­tre et sa volonté de com­mu­nier avec les fran­çais.

Communier, nous y sommes. A croire que pour tout ce beau monde les appels à Victor Hugo, aux bâtis­seurs, à l’his­toire n’étaient que de cir­cons­tance. Car déjà est évoquée la grande ten­ta­tive de scel­ler sur les cen­dres de la cathé­drale une opé­ra­tion d’union natio­nale aussi dépla­cée que ridi­cule. Car Notre Dame n’a rien à voir avec ce qui depuis des mois agite le peuple fran­çais.

Pourtant on veut nous condi­tion­ner.

 « Au nom de la soli­da­rité, Chaque fran­çais devrait payer » pour recons­truire nous dit l’un.
 « Il s’agit de la Jérusalem Céleste » jus­ti­fie l’autre, « celle du monde qui dans l’au-delà per­met­tra aux hommes qui ont du mal à vivre ensem­ble ici de se retrou­ver et de s’aimer ».
 « Le pro­chain débat por­tera sur les maté­riaux qui seront uti­li­sés » inter­vient un troi­sième, en appe­lant pres­que au RIC pour l’occa­sion, afin que « tous les fran­çais choi­sis­sent »…
 « La famille Arnault donne 200 mil­lions pour la recons­truc­tion » s’exta­sie un qua­trième avant de mettre en garde contre les faus­ses polé­mi­ques lan­cées par ceux qui lui repro­che­ront « de ne pas donner un peu sur d’autres sujets »…

On voit bien ce qui der­rière une émotion par­fois réelle, par­fois uni­que­ment feinte, le pou­voir et ses affi­dés visent alors que les brai­ses de Notre Dame sont encore chau­des. Un samedi chas­sant l’autre, les GJ sont tou­jours là avec leurs obsé­dan­tes reven­di­ca­tions, le pou­voir d’achat, la situa­tion sociale, la réa­lité démo­cra­ti­que… Et Macron le chef du grand Blabla ne sait en réa­lité com­ment en sortir… Si Notre Dame pou­vait aider.