Accueil > Débats > La fin du "en même temps"

La fin du "en même temps"

à propos des déchirements de la France Insoumise

par Denis COLLIN, le 3 novembre 2018

Enregistrer au format PDF

Entre déses­poir et fata­lisme, je vous les diver­ses fac­tions de la France Insoumise qui s’étripent sur Facebook. La défense patrio­ti­que du 11 novem­bre qu’a entre­prise Djordje Kuzmanovic lui vaut des bor­dées d’inju­res et des deman­des d’exclu­sion ! Ailleurs ce sont les laï­ques et répu­bli­cains qui se font exclure des grou­pes d’action par des amis des indi­gé­nis­tes et des autres post-colo­niaux. LFI n’est pas un parti mais un mou­ve­ment « gazeux » (JLM dixit) mais les limi­tes de la chose sont attein­tes et même dépas­sées.

Dans une élection pré­si­den­tielle, hyper média­ti­sée, dans ces orgies de la société du spec­ta­cle, on peut réus­sir un mélange ins­ta­ble d’éléments aussi hété­ro­cli­tes. Mais au retour à la vie ordi­naire, la dis­cus­sion démo­cra­ti­que et la lutte des idées retrouve toute sa place. Et tout ce qui était inconci­lia­ble appa­raît au grand jour. On ne peut être à la fois répu­bli­ca­nisme, laïque, égalitariste et uni­ver­sa­liste et « en même temps » ami des indi­gè­nes, porte-parole de ceux qui cra­chent sur la laï­cité et dénon­cent la répu­bli­que comme « struc­tu­rel­le­ment raciste ». On ne peut pas dire : vive la patrie, défen­dre la sou­ve­rai­neté et les fron­tiè­res et avoir le sou­tien des « no border » en tous genres. On ne peut pas défen­dre l’Italie contre l’UE et crier d’un autre côté que l’Italie est fas­ciste et Salvini le pire ennemi des peu­ples. On ne peut pas défen­dre l’école, la langue et sacri­fier à cette abo­mi­na­tion qu’est la pré­ten­due « écriture inclu­sive » qui le témoi­gnage le plus évident de la bêtise crasse qui a saisi toute une partie de la gauche. Entre le fémi­nisme égalitariste des répu­bli­cains et le « fémi­nisme 2.0 » des fous furieux intoxi­qués aux « gender stu­dies », il faut choi­sir. Comme il faut choi­sir entre la défense de l’agri­culture pay­sanne et des petits éleveurs et les vegan spon­so­ri­sés par Cargill et Bill Gates.

Bref, le moment pré­si­den­tiel est ter­miné. Soit LFI est capa­ble de se trans­for­mer en un parti large, popu­laire, démo­cra­ti­que, démo­cra­ti­que à tous les étages, de bas en haut, et renouant avec le meilleur de la tra­di­tion répu­bli­caine et socia­liste, soit LFI dis­pa­raî­tra comme ont dis­paru les nom­breu­ses ten­ta­ti­ves anté­rieu­res de ceux qui croyaient qu’on peut sauter par-dessus sa propre tête.