Accueil > Actualité > Mexique : leçons à chaud [Djordge Kuzmanovic]

Mexique : leçons à chaud [Djordge Kuzmanovic]

par LA SOCIALE, le 5 juillet 2018

Enregistrer au format PDF

Nous nous permettons de reprendre les réflexions à chaud de Djordge Kuzmanovic sur la victoire de Lopez Obrador, candidat soutenu par MORENA,

Réflexion chaud, en cette mati­née radieuse à Vera Cruz après une courte nuit, sur la situa­tion poli­ti­que au Mexique après la vic­toire d’AMLO et de Morena :
Certes, le prin­ci­pal inhi­bi­teur de la fraude orga­ni­sée par l’oli­gar­chie a été la mobi­li­sa­tion popu­laire. J’ai pu cons­ta­ter de visu la volonté popu­laire de chan­ge­ment
Mais il ne faut sur­tout pas sous-esti­mer le chan­ge­ment d’orien­ta­tion stra­té­gi­que d’AMLO et de Morena.
Les cam­pa­gnes 2006 et 2012 étaient très axées sur le "ras­sem­ble­ment de la gauche". Cette fois, la stra­té­gie étaient abso­lu­ment et tota­le­ment popu­liste. Les allian­ces ont été faites en fonc­tion des forces réel­les du pays et des aspi­ra­tions popu­lai­res et non des fan­tas­mes gau­chis­tes. Y com­pris en s’alliant ouver­te­ment avec les forces catho­li­ques et évangélistes ; y com­pris en agré­geant les forces économiques et de sécu­rité (de la bour­geoi­sie donc), mais répu­bli­cai­nes et patrio­tes et accep­tant un com­pro­mis social.
Ne par­lons même pas du patrio­tisme for­te­ment affi­ché par Morena, tant économique (pro­tec­tion­nisme) que cultu­rel (iden­tité mexi­caine plu­rielle face aux USA). Et évidemment de son pro­gramme économique de relance key­né­sienne et de par­tage de la richesse.
On verra ce que Andrés Manuel Lopez Obrador et Morena feront de ce pou­voir, en espé­rant que ça ne tourne pas comme Syriza, mais j’ai du mal à y croire, tant leur qua­lité et leur pro­gramme est excel­lent et pensé en fonc­tion des contrain­tes à venir. En atten­dant, ils sont au pou­voir et ils sont capa­bles d’agir réel­le­ment sur le réel.
Dans quel­ques revues de "gauche" et dans les milieux gau­chis­tes, je vois que les repro­ches pleu­vent déjà : alliance avec les chré­tiens (pouah), AMLO serait contre le mariage pour tous, repro­che des posi­tions d’AMLO sur l’avor­te­ment (comme à Correa) et même des poin­tes de cri­ti­ques en anti-atlan­tisme. Comme d’habi­tude s’exprime là la pureté mili­tante des bour­geois révo­lu­tion­nai­res de salon et d’Occident. Pas une remar­que sur le fait qu’une révo­lu­tion est en marche pour les 42 % de pau­vres et sur la ques­tions de la sécu­rité (240 000 assas­si­nats en 12 ans). Ce qui compte c’est de savoir mettre en branle toute une société, dans ses diver­si­tés et contra­dic­tions, pour ensem­ble tra­vailler au bien public et à l’amé­lio­ra­tion de la société. Pas de vou­loir tenter d’impo­ser son bout de vérité à l’ensem­ble de la société.
Les mêmes qui dans cer­tai­nes revues de gauche cri­ti­quaient la ligne popu­liste de la France insou­mise, adop­tée en 2017, et prô­naient la ligne du "ras­sem­ble­ment à gauche"... CQFD
Après une soirée de célé­bra­tion à Vera Cruz (l’excel­lent Garcia Cuitlahuac est le nou­veau gou­ver­neur de Vera Cruz), trop excité par ce séisme poli­ti­que, j’ai dormi à peine 2h. J’ai eu alors l’immense pri­vi­lège de me bai­gner seul, dans la nuit finis­sante, dans la mer des Caraïbes là où il y a 499 ans Cortez a débar­qué. J’ai eu le luxe d’obser­ver la chasse en rase-vagues des cor­mo­rans dans l’aube nais­sante.