Accueil > Actualité > Abattre la laïcité : faire semblant de reculer pour mieux avancer

Abattre la laïcité : faire semblant de reculer pour mieux avancer

par Jean-Louis ERNIS, le 17 septembre 2008

Enregistrer au format PDF

Faire sem­blant de recu­ler pour mieux avan­cer, c’est la stra­té­gie que le Président de la République a uti­li­sée, lors de la venue du pape en France, pour pour­sui­vre le combat contre la laï­cité.

Beaucoup de choses ont été écrites sur cette visite, soit pour encen­ser l’évènement ou pour condam­ner le mélange des genres. Je fais partie du deuxième groupe.

Les encen­seurs ont tenté de faire passer un mes­sage posi­tif. Le pape, qua­li­fié d’aus­tère, serait devenu affa­ble malgré sa timi­dité légen­daire. Rendez vous compte, il a pris un bébé dans ses bras !!!
Du côté du Président, dont il devient de plus en plus dif­fi­cile de pré­ci­ser, de la République, ces mêmes encen­seurs, pour faire passer la pilule de Latran, Ryad et du CRIF ont parlé de sagesse voire de recul de la part du loca­taire de l’Hôtel d’Evreux. Cette pré­sen­ta­tion ne peut sur­pren­dre que les naïfs. Le but est de pour­sui­vre sour­noi­se­ment le déman­tè­le­ment, dans la pra­ti­que, de la loi du 9 décem­bre 1905, à défaut d’obte­nir sa réé­cri­ture.

Mais, sur le fond rien n’a changé.

La confé­rence de presse com­mune, comme lors d’un sommet poli­ti­que entre deux Etats était sur­réa­liste et en tous les cas, anti-laïque.

Si les propos du pape ne pou­vaient sur­pren­dre, (tout est sus­pendu à la volonté divine, l’église reste l’église, quel que soit le pape) le dis­cours du Président n’a pas dévié de l’orien­ta­tion rendue publi­que de Latran, Ryad et du CRIF. La laï­cité posi­tive a été confir­mée et même confor­tée par le concept de la laï­cité ouverte, chère à une majo­rité de socia­lis­tes. Ainsi la boucle est bou­clée.
Après les ral­lie­ments au Congrès sur le Traité de Lisbonne, celui de la laï­cité se confirme, faute de désap­pro­ba­tion de la rue de Solférino.Non comp­tant de cela le Président a poussé les feux jusqu’à uti­li­ser la for­mule très révé­ren­cieuse de « Très Saint Père », pra­ti­que géné­ra­le­ment usitée dans les milieux de la curie romaine.

La pour­suite de la des­truc­tion de la laï­cité par les auto­ri­tés gou­ver­ne­men­ta­les ne s’est pas limi­tée à la venue du pape.

Le Mouvement Chrétien des Retraités a orga­nisé à Lourdes les 16-17 et 18 sep­tem­bre « les jour­nées du monde de la retraite » sous le haut patro­nage du Premier Ministre François Fillon et du car­di­nal André Vingt-Trois et avec le par­rai­nage du Ministère des Relations Sociales et de la Solidarité.

La preuve est ainsi faite que non seu­le­ment les pour­fen­deurs de tout bord de la laï­cité ne recu­lent pas mais avan­cent dan­ge­reu­se­ment.
Curieusement, la presse est restée indif­fé­rente à cette affaire, comme si la chose était deve­nue natu­relle.
Il devient urgent que le camp laïc prenne ses res­pon­sa­bi­li­tés pour pro­té­ger et défen­dre cette loi de 1905 qui avait tout prévu à l’époque et qui déjà était le résul­tat d’un consen­sus.
Expliquer les dan­gers de sa remise en cause devient indis­pen­sa­ble, aussi je ne pense pas que pro­fé­rer des slo­gans comme « rem­balle ton pape » soit de nature à éveiller les cons­cien­ces. Au contraire cela attise les extré­mis­mes et laisse ainsi la grande masse des indif­fé­rents et des igno­rants sur le bord du chemin.
La péda­go­gie s’accom­mode mal des outran­ces. Certes, chacun uti­lise le lan­gage de son choix, mais la ques­tion est de savoir si l’on veut se faire plai­sir ou par­ti­ci­per à l’émancipation du plus grand nombre.