Accueil > Actualité > Ne pas rester l’arme au pied

Ne pas rester l’arme au pied

par Jean-Louis ERNIS, le 27 mars 2020

Enregistrer au format PDF

L’Histoire avec un grand « H » nous a montré au cours du 20ème siècle que le capital n’observe aucune trêve quant à sa domination sur le monde du travail, y compris dans les périodes les plus sombres.

La pan­dé­mie qui s’abat sur notre pla­nète ne fait, hélas, pas excep­tion.
Je dois dire que je n’avais pas ima­giné, il y a encore deux mois, qu’un virus nous obli­ge­rait à mettre un genou à terre. Je parle du confi­ne­ment.
J’étais convaincu qu’un crash finan­cier et, au bout du compte, économique et social, deve­nait évident mais une pan­dé­mie, pas du tout.
Je n’ajoute rien à ce qu’ont écrit, récem­ment sur ce sujet, Jacques et Denis, car je par­tage leurs ana­ly­ses.
Par contre, je suis aba­sourdi du quasi silence des Confédérations ouvriè­res, celles issues du Congrès de Limoges, les autres ne sont que des OPG (Organisations Pro-Gouvernementales) face à la remise en cause du droit fon­da­men­tal en matière de durée du tra­vail (avec ou sans heures sup­plé­men­tai­res majo­rées de com­bien ?) du droit au repos entre deux vaca­tions, du droit au repos domi­ni­cal, du droit aux congés payés etc… etc…
Le dis­cours du gou­ver­ne­ment d’il y a quel­ques jours se vou­lait ras­su­rant en matière sala­riale. Chômage par­tiel, pas de pro­blème, l’Etat paiera. Puis, au fur et à mesure que les jours s’écoulent, les excep­tions affluent s’agis­sant de l’enga­ge­ment de l’Etat !
En matière de liberté indi­vi­duelle, la volonté est clai­re­ment énoncée. En uti­li­sant un para­vent scien­ti­fi­que, le Président Macron ambi­tionne de mettre en place un sys­tème uti­lisé par la « grande » démo­cra­tie chi­noise, le suivi des por­teurs du virus par un smart­phone.

Et demain, pour­quoi pas le suivi des indi­vi­dus en bonne santé ?
A n’en pas douter, nous ne sommes pas au bout de nos sur­pri­ses.
Même si, paraît-il, les applau­dis­se­ments aux fenê­tres à 20 H pétan­tes appor­tent un réconfort moral aux soi­gnants, per­son­nel­le­ment je consi­dère que cela doit faire rire celles et ceux qui se sont donnés pour objec­tif de détruire l’hôpi­tal public. D’autant que d’autres per­son­nels sont également expo­sés, les per­son­nels des EHPAD, des ser­vi­ces d’aides à domi­cile, des ser­vi­ces de sécu­rité, les per­son­nels péni­ten­tiai­res, les per­son­nels d’enlè­ve­ment des déchets etc… etc…
Et pour ceux-là que fait-on ? On tape des pieds à 21 H !
Même les cathos s’y sont mis avec la son­ne­rie des clo­ches !

Il aurait été pré­fé­ra­ble que celles et ceux qui se tapent dans les mains ou qui « sou­tien­nent » ces per­son­nels par mes­sa­ges envoyés de leurs smart­pho­nes, confor­ta­ble­ment ins­tal­lés dans leur salon, répon­dent aux appels à mani­fes­ter phy­si­que­ment dans les rues depuis plus d’un an en sou­tien au per­son­nel hos­pi­ta­lier.
Le capi­tal ne recule devant rien, la preuve.
Les librai­ries indé­pen­dan­tes sont fer­mées, mais Amazon conti­nue son busi­ness et son exploi­ta­tion ouvrière. Son ambi­tion de gagner un mono­pole total sur les livres n’est pas en mode petite vitesse. N’est-ce pas un ancien minis­tre de la macro­nie qui décla­rait, voici quel­ques mois, quand Amazon crée un emploi, il en détruit 2,2 dans les librai­ries tra­di­tion­nel­les ?

Les mar­chés à l’air libre, per­met­tant un espa­ce­ment règle­men­taire des consom­ma­teurs, sont inter­dits sauf demande du maire au Préfet, ce que peu de maires font, refu­sant d’endos­ser la res­pon­sa­bi­lité d’une trans­mis­sion du virus, mais les super et hyper­mar­chés res­tent ouverts !
La consom­ma­tion des pro­duits venant des quatre coins de la pla­nète sont, de fait, vive­ment encou­ra­gés, alors que les pro­duc­tions loca­les, la plu­part du temps bio, pour­ri­ront sur place.

Hier, mer­credi 25 sur France Inter, suite aux propos d’un audi­teur qui repro­chait au pou­voir de favo­ri­ser l’agri­culture pro­duc­ti­viste défen­due par la pré­si­dente de la FNSEA, le pré­si­dent du Sénat, Gérard Larcher, répon­dait « je ne pense pas que Mme Lambert défende l’agroa­li­men­taire » Le pro­duc­ti­visme et ses sup­pots ne bais­sent pas la garde.
Autre fait mar­quant, voilà que la Chine vole au secours de l’Europe dis­tri­buant des mas­ques à l’Italie. Sans arrière-pen­sées, bien entendu ! L’empire du milieu n’oublie pas que l’Europe est un bon client pour l’usine du monde. Il y a encore des ports à ache­ter, notam­ment en Italie, Gênes n’est qu’un début. Il sait aussi que d’ici quel­que temps, il y aura des aéro­ports à ache­ter. L’aéro­port de Toulouse a été l’occa­sion d’une belle plus-value.
Autre indice mon­trant que le capi­tal mon­dia­lisé ne désarme pas, jeudi matin 26 mars, l’économiste Daniel Cohen, invité de France Inter, expli­quait qu’au bout du compte le grand vain­queur de cette pan­dé­mie pour­rait être le com­merce en ligne et plus géné­ra­le­ment l’acti­vité en ligne.
Et on repart pour un tour, d’ailleurs déjà les valets média­ti­ques de la mon­dia­li­sa­tion heu­reuse pré­pa­rent l’opi­nion publi­que en indi­quant qu’après cette pan­dé­mie, une autre pour­rait arri­ver d’ici un an.

Ainsi, les mesu­res d’excep­tion pour­raient rester d’excep­tion mais sur le long terme, le très long terme. Le temps qu’il faudra !!!
La situa­tion me paraît suf­fi­sam­ment préoc­cu­pante, pour ne pas dire grave, pour rester l’arme au pied.
Que le monde médi­cal sup­plie au rejet de la polé­mi­que, nous devons le com­pren­dre, sa mis­sion dans cette affaire est de sauver des vies. Modestement, nous devons l’aider par le confi­ne­ment, puis­que selon les scien­ti­fi­ques le virus se trans­met par la proxi­mité des indi­vi­dus mais, en tant que convain­cus de la lutte de clas­ses, nous devons pren­dre cons­cience que nos condi­tions de vie sociale sont clai­re­ment mena­cées.

Le Président de la République se plait et se com­plait dans la rhé­to­ri­que du « nous sommes en guerre » mais de quelle guerre parle-t-il ? Quels pour­raient en être les dégâts col­la­té­raux ?
Il devient urgent que les confé­dé­ra­tions ouvriè­res aient un dis­cours sinon uni­taire, au moins commun.
Constatant une pan­dé­mie mon­diale et donc euro­péenne, la Confédération Européenne des Syndicats doit avoir une posi­tion à la hau­teur des enjeux d’autant qu’il ne doit pas y avoir que le gou­ver­ne­ment fran­çais qui taille dans les acquis sociaux.

Les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les fran­çai­ses pré­sen­tes récem­ment dans le conflit de la réforme des retrai­tes doi­vent, en commun et una­ni­me­ment, s’oppo­ser clai­re­ment à la remise en cause des acquis sociaux.
N’offrons pas au pou­voir ultra­li­bé­ral la divi­sion du monde ouvrier.
Le gou­ver­ne­ment a-t-il mis entre paren­thèse la réforme de l’impôt sur les gran­des for­tu­nes ? Non, bien sûr.
Projette-t-il de modi­fier l’action­na­riat, par nature, impro­duc­tif ?
Non, bien sûr.
Alors !
Les par­le­men­tai­res de l’oppo­si­tion de gauche, LFI et PCF, n’ont pas voté le plan des ordon­nan­ces du pou­voir Macron/Philippe. Si de son côté et dans le res­pect de la Charte d’Amiens, les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les aux ori­gi­nes du Congrès de Limoges de 1895 res­taient l’arme au pied, le dis­cré­dit à leur endroit serait dura­ble et indé­lé­bile.

Messages

  • Autre exemple des deux poids deux mesures :
    Aux marchés qui ont la "chance" d’être ouverts ; contrôles d’attestation, chemin d’accès unique kafkaïen.. Alors que rien de de tout ça dans les super, jamais un contrôle, j’ai même vu hier les bouchers du super servaient sans masques !

    à qui profite ?

    et à coté les airbus avec les fameux masques ffp2 qui manques tant aux personels soignants, les amazon qui n’ont aucunes mesures de prévention ni même de distanciation...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.