Accueil > Actualité > Les gens ordinaires contre les menteurs professionnels et l’élite (...)

Les gens ordinaires contre les menteurs professionnels et l’élite pourrie

par Denis COLLIN, le 14 août 2021

Enregistrer au format PDF

Samedi 14 août 2021. Pour le cin­quième samedi consé­cu­tif des mobi­li­sa­tions de masse dans les villes de France. Des dizai­nes, des cen­tai­nes de mil­liers de mani­fes­tants, tou­jours plus nom­breux d’un samedi sur l’autre. Toujours plus assu­rés en dépit des cam­pa­gnes de calom­nies et des gros­siè­res mani­pu­la­tions média­ti­ques, en dépit des salo­pe­ries de Macron et son minis­tre Darmanin. Beaucoup de jeunes, beau­coup de femmes, de toutes les caté­go­ries socia­les. Un mou­ve­ment de masse pour dire « Liberté » et « Macron, démis­sion ». Contre le passe sani­taire, cet « Ausweis » de notre époque, contre le fli­cage sys­té­ma­ti­que de toutes les acti­vi­tés socia­les, contre ce gou­ver­ne­ment dont la parole est dis­cré­di­tée, tant les men­son­ges patents, les absur­di­tés et les contra­dic­tions se sont accu­mu­lés au fil des mois. Passe sani­taire disent-ils ? Que nenni ! Contrôle poli­ti­que et accou­tu­mance des gens à l’obéis­sance, tel est le seul objec­tif de ce gou­ver­ne­ment qui a pro­fité de la crise pour conti­nuer de réduire le nombre des lits d’hôpi­tal et fermer les urgen­ces dans de nom­bres villes de pro­vince, peti­tes et moyen­nes. Et ce gou­ver­ne­ment annonce la cou­leur : il va fal­loir passer à la caisse. Le « pognon de dingue », il va le trou­ver dans les poches des tra­vailleurs, dépen­dants et indé­pen­dants. Le « quoi qu’il en coûte » nous coû­tera cher. La réforme des retrai­tes, la réforme du code du tra­vail – la loi d’urgence sani­taire y apporte sa pierre – la réforme de l’assu­rance chô­mage, tout cela est en route et se pour­sui­vra, « quoi qu’il en coûte » !

Tout cela ne devrait pas nous sur­pren­dre. Plus que tous ses pré­dé­ces­seurs, ce gou­ver­ne­ment est le fondé de pou­voir des affai­res com­mu­nes de la classe capi­ta­liste. Ces gens sont nos enne­mis et d’ailleurs ils ne s’en cachent pas. Ils sont « décom­plexés ». Ce qui est plus inquié­tant, c’est l’effon­dre­ment radi­cal de la « gauche », com­plè­te­ment macro­ni­sée et des syn­di­cats à peu près tota­le­ment absents des mani­fes­ta­tions du samedi. Nous revi­vons, en pire, le scé­na­rio du mou­ve­ment des Gilets jaunes. Un mou­ve­ment popu­laire com­plè­te­ment inor­ga­nisé et laissé à l’aban­don par toutes les clas­ses moyen­nes supé­rieu­res qui peu­plent les partis de gauche et les bureau­cra­ties syn­di­ca­les. On annonce que les contrats de tra­vail pour­ront être « sus­pen­dus » et sans la moin­dre indem­nité et les bureau­cra­tes de FO, de la CGT et des autres confé­dé­ra­tions res­tent tran­quille­ment à la plage, les doigts de pieds en éventail. Quelle honte !

Tous, et avec eux quel­ques grands « intel­lec­tuels » (quelle engeance, ceux-là !), par­ti­ci­pent à l’opé­ra­tion de pro­pa­gande et de mani­pu­la­tion menée par le gou­ver­ne­ment. Ils font tous comme si la ques­tion était celle du vaccin (lequel ?) et non celle du « passe sani­taire ». Ils par­ti­ci­pent tous de l’entre­prise de calom­nie des mani­fes­tants assi­mi­lés à des anti­sé­mi­tes, des com­plo­tis­tes, des obs­cu­ran­tis­tes anti-vac­cins et que sais-je encore. Infâme mani­pu­la­tion qui pré­pare le ral­lie­ment de toutes ces ordu­res à Macron au nom de la lutte contre le « danger fas­ciste ».

De quoi s’agit-il en effet ? Pendant des mois et des mois, on a refusé de soi­gner (les trois D, domi­cile, doli­prane, dodo) et on a bloqué toute recher­che sur les soins – que de nom­breux pra­ti­ciens et des hôpi­taux, dans de nom­breux pays, uti­li­sent malgré tout et fort heu­reu­se­ment. Puis ce fut la grande mobi­li­sa­tion vac­ci­nale, com­men­cée dans le chaos, confron­tée au manque de doses, arrê­tée quand on a bloqué AstraZeneca avant de l’auto­ri­ser à nou­veau quel­ques jours plus tard. Passons. On nous dit que ce vaccin est notre seule défense contre le virus. Mais si c’est le cas, alors il faut le rendre obli­ga­toire. C’était très facile à orga­ni­ser : la Sécu a les fichiers et peut convo­quer tout le monde à la vac­ci­na­tion. Pourquoi le gou­ver­ne­ment n’a-t-il pas pro­cédé ainsi ? Soit parce qu’il ne pou­vait pas léga­le­ment ? Soit parce que les direc­ti­ves de l’UE l’inter­di­sent ? Soit parce que c’est sa poli­ti­que, de se déga­ger de ses res­pon­sa­bi­li­tés, de les faire retom­ber sur des indi­vi­dus isolés et par­fois pani­qués par la peur de la mala­die ? Concernant la pre­mière hypo­thèse, on sait que les vac­cins actuels sont tou­jours en phase de test (phase 3) jusqu’en 2022 ou 2023. L’Académie de méde­cine de son côté pré­co­nise que le vaccin devienne obli­ga­toire, mais le gou­ver­ne­ment s’y refuse pour tenir son enga­ge­ment à n’obli­ger per­sonne ! Il s’était aussi engagé à ne jamais avoir recours à un passe sani­taire dis­cri­mi­na­toire… La vraie raison est bien la troi­sième hypo­thèse : une stra­té­gie fourbe et per­ni­cieuse, née dans les cer­veaux des diri­geants « libé­raux » qui veu­lent se déchar­ger de toute res­pon­sa­bi­lité et orga­ni­sent la divi­sion dans la popu­la­tion.

Donc la ques­tion poli­ti­que n’est pas celle du vaccin, mais bien celle du « passe ». On pour­rait dis­cu­ter à perte de vue du vaccin, de son effi­ca­cité toute rela­tive et des innom­bra­bles magouilles qui per­met­tent aux grands indus­triels d’engran­ger des pro­fits fabu­leux après avoir fait finan­cer leur déve­lop­pe­ment sur fonds publics. On par­lera un jour du hold-up de Pfizer, une entre­prise que Macron connaît bien puis­que dans une vie anté­rieure il avait négo­cié le rachat de la divi­sion pro­duits ali­men­tai­res de Pfizer par Nestlé… Mais glo­ba­le­ment, et tout bien pesé, il me semble que la balance béné­fi­ces/ris­ques penche clai­re­ment du côté de la vac­ci­na­tion, pour l’ins­tant avec les pro­duits dont on dis­pose et, espé­rons-le, demain avec des « vrais vac­cins »… Mais pour­quoi, diable, les argu­ments rai­son­na­bles en faveur du vaccin se trans­for­ment-ils si vite en argu­ments en faveurs du passe et des mesu­res de fli­cage ?

C’est cette mani­pu­la­tion qui est pro­pre­ment écœurante. Les argu­ments en faveur du « passe » sont plus absur­des les uns que les autres : passe dans les res­tau­rants mais pas dans les « rou­tiers », passe pour écouter un concert dans une église mais pas pour aller à la messe, dans les TGV mais par les trains de ban­lieue, etc. Passe pour les per­son­nels soi­gnants et pom­piers mais ni pour les poli­ciers… ni pour les par­le­men­tai­res ! Les gens ordi­nai­res, les gens nor­maux qui n’ont pas l’esprit per­verti par les men­son­ges des spé­cia­lis­tes pro­fes­sion­nels du men­songe avec leurs cabi­nets de conseils (comme McKinsey, la boîte d’un petit Fabius) sen­tent bien qu’on leur raconte des his­toi­res, qu’on les oblige à obéir à des ordres insen­sés et à écouter des dis­cours de faux savants. Ce sont eux, les gens ordi­nai­res, qui mani­fes­tent le samedi au grand dam des pro­fes­sion­nels du men­songe gras­se­ment payés, au grand dam d’une presse plus pour­rie que jamais et qui déploie, pour res­sem­bler à la Pravda d’antant, des efforts cons­tants et achar­nés.

Après les Gilets jaunes, une nou­velle expé­rience est en train d’entrer dans le crâne des citoyens et demain tout cela pourra cris­tal­li­ser en balayant la clique au pou­voir, ses valets de plume et ses sbires. Alors un parti entiè­re­ment nou­veau pourra se cons­ti­tuer, un parti du peuple des tra­vailleurs qui balaiera ces pré­ten­dues élites.

Messages

  • j’iame cette expression : " toutes les clas­ses moyen­nes supé­rieu­res qui peu­plent les partis de gauche et les bureau­cra­ties syn­di­ca­les." C’est ce que nous ressentons depuis de nombreuses années .....Merci pour ce texte que je partage

  • Globalement d’accord avec ce texte, sauf pour dire que la vaccination est tout de même valable, malgré tout. On commence à y voir un peu plus clair sur cette question. Le vaccin a un effet uniquement à court terme, à moyen terme, disons six mois il s’efface à cause de la mutation du virus qu’il ne comprend pas. C’est pourquoi il faut faire une troisième dose. En tous les cas les derniers sondages pour Macron sont très mauvais
    https://ingirumimusnocte2.blogspot.com/2021/08/le-vaccin-comme-ideologie-et-sa.html
    https://www.facebook.com/eveilspiritualite/videos/153257896933423
    https://ingirumimusnocte2.blogspot.com/2021/08/la-fin-de-la-politique-du-tout-vaccinal.html

  • "On annonce que les contrats de tra­vail pour­ront être « sus­pen­dus » et sans la moin­dre indem­nité et les bureau­cra­tes de FO, de la CGT et des autres confé­dé­ra­tions res­tent tran­quille­ment à la plage, les doigts de pieds en éventail. Quelle honte !"
    ça résume hélas un peu trop bien la chose...

  • Excellent article.
    Je l’avais partagé et puis, au dernier moment, à la seconde lecture je vois ça :
    "Mais glo­ba­le­ment, et tout bien pesé, il me semble que la balance béné­fi­ces/ris­ques penche clai­re­ment du côté de la vac­ci­na­tion..."
    Alors non. Trois fois hélas. :(

  • Bonjour,
    Votre texte est intéressant et j’en approuve une grande partie. Cependant, je trouve certains passages assez ambigus. Vous semblez préconiser l’obligation vaccinale et en même temps vous interroger sur la notion de vrais et faux vaccins, sans parler du fait que d’autres pistes thérapeutiques auraient été interdites (Raoult ?). Sur ce dernier, nous pouvons toujours penser qu’il a raison, mais en tout cas ce ne sont pas ses travaux qui le démontrent. Ce "scientifique" a fait toute sa carrière grâce à une stratégie de publications contraire à l’éthique scientifique. Se vanter d’avoir signé plus de 3000 publications soit une par semaine, revient à revendiquer un comportement frauduleux. Je suis chercheur en biologie et j’arrive péniblement à publier un article par an. Il est vrai que depuis quelques années, les injonctions des organismes de recherche est de beaucoup publier ou bien dans des "bonnes" revues. C’est donc devenu une stratégie :
    1/ Je publie des articles sur des questions mineures ou dont on connait a priori la réponse et pour chaque article je publie une "revue" c.-à-d. un article essayant de résumer des études précédemment publiées. Ce n’est pas de la fraude, mais de la mauvaise science, car le but est le nombre de publications et pas les questions posées.
    2/ Je dirige une équipe de recherche et j’impose ma signature sur tout ce que mes collègues publient. C’est la "tradition" la plus répandue. J’aurais pu le faire lorsque j’étais "chef"  ; j’aurais ainsi doublé mon capital, mais j’ai tjs refusé de le faire.
    3/ Un mélange de 1 et 2 : je dirige un institut c.-à-d. que je n’ai plus le temps matériel pour faire de la recherche. Je signe donc tout ce que "mon" laboratoire produit et j’oriente les recherches de mon "labo" sur des publications mineures publiées dans des journaux "faciles". Il faut savoir qu’en Biologie vous pouvez publier à peu près n’importe quoi, vous trouverez tjs un journal qui moyennant 1000 euros vous publiera.
    4/ En sus de cela vous ajoutez la fraude notamment si vous voulez publier dans les "bons" journaux. Là-dessus, il faudrait un article en entier. La fraude peut être volontaire (je sais que je sais), involontaire (je ne sais pas que je ne sais pas) ou entre les deux (je sais que je ne sais pas), les deux dernières étant dues à l’incompétence des chercheurs et à leur refus conscient de pallier leur manque de connaissance. La première est faite le plus souvent par des "bons" chercheurs, mais qui travaillent pour être reconnus.

    Il est vrai que tous ces comportements ont été exacerbés depuis 20 ans grâce aux différentes réformes. Le financement de la recherche se faisant sur projet, nous avons intérêt à publier le plus possible pour être financés.
    Ce financement sert à embaucher des CDD (post-doc) qui vont faire le travail pour lequel nous sommes payés et ont intérêt à publier beaucoup d’articles et qui plus est ont souvent l’injonction de leurs chefs de trouver les résultats permettant de publier dans de bons journaux. J’ai souvent vu des étudiants ou des post-docs "nettoyer" leurs résultats pour arriver à démonter l’hypothèse du chef, ce dernier leur expliquant que s’ils arrivent à monter tels ou tels phénomènes, ils pourront publier et ainsi avoir à nouveau de l’argent pour être payé ou être embauché comme fonctionnaires.

    Vous trouverez certainement cette vision de l’intérieur exagérée, mais elle est à peine caricaturale même s’il y a encore des chercheurs honnêtes.
    Cette digression a pour but de faire comprendre que le débat Raoult vs vrais vaccins est plus complexe. C’est l’ensemble du système de recherche mondial qu’il faut interroger.

    Amicalement

  • Les jeunes générations et nous-même, sommes en grand danger.
    Sous le régime Nazie, c’est l’épuration sanitaire qui avait commis le crime contre l’humanité. Le Passe Nazitaire est en train d’instaurer le droit de vie ou de mort.
    je vous joins ici un lien.
    https://lilianeheldkhawam.com/2021/10/03/dissolution-de-la-suisse-sur-fond-de-depossession-laffaire-berset-un-epiphenomene-entretien-avec-slobodan-despot/

    Non pas pour une histoire de moeurs dont nous n’avons que faire, mais cette histoire est révélatrice de l’autre réalité que nous tous la connaissons bien maintenant : les mesures draconiennes au nom d’une lutte sanitaire cache un agenda prédateur et eugéniste. Dire qu’un seul homme en est capable parce qu’il représente le pouvoir régalien de son état.

    Que font et que disent les partis labellisés de gauche ?
    Que disent les syndicats face à ce crime de grande ampleur ?
    Ils sont particulièrement absents. Ressentent ils qu’ils ne sont plus utiles à personne ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.