Accueil > International > Washington, Doha, Kaboul...

Washington, Doha, Kaboul...

par Denis COLLIN, le 18 août 2021

Enregistrer au format PDF

Le Drian espère que les Talibans ont changé et qu’ils vont créer un "gou­ver­ne­ment inclu­sif" (sic). C’est en fait un aveu. Un aveu que le retour des Talibans ne leur fait ni chaud ni froid, que ces amis des Qataris doi­vent être consi­dé­rés comme des gens conve­na­bles avec qui on aura des rela­tions d’affaire. Il est vrai que tout le monde connais­sait l’issue depuis plus d’un an avec la signa­ture par Trump des accords avec les Talibans. La conso­li­da­tion de l’axe islamo-atlan­tiste, "as usual".

Tout cela appelle de nom­breu­ses réflexions. Dans le désor­dre :

1) Ceux qui ont semé le chaos en Afghanistan, avant l’arri­vée de Soviétiques, ce sont les USA (ce qu’a reconnu Brzezinski). Comme tou­jours ils orga­ni­sent le désor­dre et pré­ten­dent ensuite qu’ils réta­blis­sent l’ordre. Les Etats-Unis sont la plaie de l’huma­nité et ils trou­vent dans l’isla­misme le com­plé­ment néces­saire pour assu­rer leur puis­sance (décli­nante). Il est temps, plus que temps, de sortir de l’OTAN et de mener une poli­ti­que indé­pen­dante de Washington. Mais qui le veut ?

2) L’alliance entre le Qatar, la Turquie et les Talibans est patente. Jusqu’à quand allons-nous pour­sui­vre cette alliance avec Doha ? Jusqu’à quand nos éminences iront-elles faire des para­des à Doha ? Et qui est prêt à boy­cot­ter la pro­chaine coupe du monde de foot, qui sera plus que toutes, celle de l’infa­mie ? (Rappel concer­nant la mora­lité du foo­teux : en 1978, s’est tenue la coupe du monde en Argentine, alors sous la dic­ta­ture san­glante des mili­tai­res, à quel­ques cen­tai­nes de mètres des cen­tres de tor­ture : le busi­ness spor­tif n’est pas regar­dant).

3) Les Talibans, c’est un Daesh à Kaboul. Mêmes hommes cruels, sans la moin­dre huma­nité, même avi­dité de femmes trans­for­mées en proies pour ces "sol­dats de Dieu". On sait qu’en guerre, la femme est la vic­time numéro 1 des exac­tions de la sol­da­tes­que. Mais les Talibans, ce n’est seu­le­ment en guerre, c’est un prin­cipe de gou­ver­ne­ment. Dans les zones dont ils pren­nent le contrôle, la pre­mière chose qu’ils deman­dent, ce sont les jeunes filles. Comment a pu se former un mou­ve­ment poli­tico-reli­gieux d’obsé­dés sexuels sadi­ques ? De quelle moder­nité est-il l’expres­sion ?

4) En 2001, der­rière l’OTAN, c’est-à-dire les Etats-Unis, toutes les puis­san­ces occi­den­ta­les se sont lan­cées dans une aven­ture absurde au pré­texte de cap­tu­rer Ben Laden. Le gou­ver­ne­ment fran­çais de Jospin et Mélenchon était en pre­mière ligne... Ils en pen­sent quoi main­te­nant, ces bons "socia­lis­tes", de cette énième et stu­pide ten­ta­tive d’établir la démo­cra­tie au bout des baïon­net­tes ?

Messages

  • Entièrement d’accord avec cette analyse.
    Pour tous ceux qui sont fatigués de subir l’incompétence en géopolitique de nos journalistes des "grands" médias et aimeraient comprendre enfin la géopolitique, je me permets de les inviter à lire l’excellent essai de Christian Greiling intitulé "Le Grand Jeu" (éditions Héliopoles) et également de suivre régulièrement ses analyses publiées sur son blog "Chroniques du Grand Jeu".

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.