Accueil > Débats > Tribune libre > Soutenir la candidature d’Arnaud Montebourg

Soutenir la candidature d’Arnaud Montebourg

par Denis COLLIN, le 5 septembre 2021

Enregistrer au format PDF

Hier, samedi 4 sep­tem­bre, j’étais à Clamecy, fort jolie petite ville de Bourgogne, patrie de Romain Rolland, afin d’écouter le dis­cours du can­di­dat Arnaud Montebourg, enfant du pays. Avant d’affron­ter les salves des gar­diens de vraie croix du Christ et les dis­cours ven­geurs — je sais com­ment on concocte ce genre de choses — je veux sim­ple­ment dire que cette can­di­da­ture ouvre une brèche dans le mur de béton dressé par la caste pour les pro­chai­nes élections pré­si­den­tiel­les. On peut dis­cu­ter telle ou telle for­mule, j’ai retenu quatre points fon­da­men­taux dans son dis­cours :

1) Redresser l’indus­trie du pays par l’inter­ven­tion active de l’État et la pro­tec­tion : non seu­le­ment c’est une ques­tion impor­tante pour tout patriote, mais c’est aussi déci­sif pour tout socia­liste authen­ti­que. Pas de socia­lisme sans une classe ouvrière puis­sante et ayant la fierté d’être la classe des pro­duc­teurs des condi­tions mêmes de la vie.

2) Un pro­gramme de réa­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire tour­nant le dos à ce qui se fait depuis des décen­nies, tour­nant le dos à la métro­po­li­sa­tion qui pro­duit la déser­ti­fi­ca­tion des cam­pa­gnes. Plutôt Clamecy et Avallon que Paris et Lyon ! Voilà quel­que chose qui me convient bien.

3) Une réforme radi­cale des ins­ti­tu­tions pour casser l’auto­cra­tie et redon­ner au peuple sou­ve­rain son pou­voir.

4) Enfin une reva­lo­ri­sa­tion des salai­res des petits et des sans-grades, des per­son­nels soi­gnants et des ouvriers, des pro­fes­seurs et de toutes les clas­ses moyen­nes utiles au pays. Bref, un bloc social du peuple contre les élites qui s’acca­pa­rent riches­ses et pou­voirs.

Peut-être que ça ne mar­chera pas, peut-être que le can­di­dat ne tien­dra pas ce qu’il promet. Mais avec ce genre de réti­cen­ces, on ne fait jamais rien. Je fais le pari Montebourg. Si je perds, nous per­dons tous, et ce seront quel­ques illu­sions qui s’envo­le­ront. Si ce pari est gagné, alors nous aurons fait un pas en avant, un petit pas qui vaut toutes les dou­zai­nes de pro­gram­mes « révo­lu­tion­nai­res ». Le reste est encore à écrire, l’enga­ge­ment mili­tant pré­ci­sera les lignes du pro­gramme. Chacun devra pren­dre ses res­pon­sa­bi­li­tés. En par­ti­cu­lier les socia­lis­tes qui veu­lent rester au moins un peu socia­lis­tes ne sont nul­le­ment obli­gés de suivre cette arché­type du boboïsme pari­sia­niste qu’est Madame Hidalgo ! Il y a une vie au-delà du bou­le­vard péri­phé­ri­que…

Les seules batailles per­dues d’avance sont celles qu’on ne mène pas. Allons-y sans bar­gui­gner.

Denis Collin — le 5 sep­tem­bre 2021