Accueil > Débats > Société > L’effondrement de la France et quelques propositions pour éviter la (...)

L’effondrement de la France et quelques propositions pour éviter la catastrophe finale

par Jean-Michel Toulouse, le 25 décembre 2021

Enregistrer au format PDF

La France de 2021-2022 offre un visage dra­ma­ti­que, en recul sur tous les fronts, elle est en phase de tiers-mon­di­sa­tion. Jadis cin­quième puis­sance mon­diale, elle a rétro­gradé à la sixième et bien­tôt sera dépas­sée par d’autres pays (Inde, Indonésie, Russie, Brésil, Mexique, Corée du Sud...). Ce recul est-il fatal, iné­vi­ta­ble et irré­ver­si­ble ? Pas du tout si le peuple fran­çais - loin de céder à la confu­sion idéo­lo­gi­que à la mode Zemmour - se res­sai­sit et reprend sa place dans l’his­toire. Elle en a les moyens.

1-Le diagnostic

Examinons tous les sec­teurs de ce qui cons­ti­tue un pays en bonne santé.
L’indus­trie de la France s’est effon­drée depuis 40 ans. L’euro et l’Union Européenne (UE) ont accé­léré ce pro­ces­sus mor­bide puis­que depuis 2001 - date de mise en œuvre de cette « mon­naie euro­péenne » - l’indus­trie fran­çaise qui pesait 23 % du PIB n’en pèse plus que 12 %. Tous les fleu­rons de celle-ci ont été vendus ou dila­pi­dés par des finan­ciers comme Serge Tchuruk qui vou­lait « une indus­trie sans usines ». Ainsi de délo­ca­li­sa­tions en ventes à l’encan, de ces­sions en acqui­si­tions, des pans entiers de notre puis­sance indus­trielle sont partis à l’étranger ou ont été déman­te­lés, et de pré­fé­rence dans les pays à bas coûts de main d’œuvre, au seul béné­fice des action­nai­res de contrôle. C’est ainsi qu’Alstom, Technip, Péchiney, Arcélor, Alcatel, Lafarge, les Chantiers de l’atlan­ti­que, et beau­coup d’autres indus­tries métal­lur­gi­ques, tex­ti­les, chi­mi­ques, trans­for­ma­tri­ces, méca­ni­ques, auto­mo­bi­les, etc. ont dis­paru ou quitté le pays. Nous sommes désor­mais dépen­dants de l’Allemagne, des États-Unis ou de la Chine. Nous l’avons vu der­niè­re­ment avec l’affaire des mas­ques, des res­pi­ra­teurs, ou du vaccin anti-Covid. La France est le seul pays membre du Conseil de Sécurité à ne pas avoir été capa­ble de pro­duire son vaccin.
L’agri­culture fran­çaise, naguère puis­sante et capa­ble de nour­rir ses res­sor­tis­sants, a été trans­for­mée par l’UE et sa poli­ti­que agri­cole com­mune (PAC) en agro-indus­trie qui pollue les terres et empoi­sonne ses consom­ma­teurs. De plus, de nom­breux pro­duits doi­vent être impor­tés car aban­don­nés par nos agri­culteurs, contraints à s’ali­gner sur le capi­ta­lisme agraire ou à se sui­ci­der.
Notre recher­che scien­ti­fi­que et nos uni­ver­si­tés sont en chute libre. Depuis com­bien de temps n’y-a-t-il pas eu de prix Nobel fran­çais ? Et com­ment s’en étonner lors­que cré­dits et postes de cher­cheurs sont sup­pri­més ? De nom­breux étudiants se nour­ris­sent au Secours Populaire ou aux res­tau­rants du cœur, et les rares cher­cheurs que nous avons formés par­tent à l’étranger ! En qua­rante ans, la recher­che fran­çaise est en voie de pau­pé­ri­sa­tion et nos uni­ver­si­tés en voie de per­di­tion !
L’éducation natio­nale est dans un triste état et Jean-Michel Blanquer accé­lère sa des­truc­tion en sup­pri­mant le Baccalauréat natio­nal et en sou­met­tant les élèves et les étudiants à un « par­cours » bureau­cra­ti­que et débi­li­tant excluant les fils et filles d’ouvriers et d’employés de l’école et de l’uni­ver­sité.
La France n’a plus de poli­ti­que économique à cause de l’euro et de l’UE, plus de poli­ti­que bud­gé­taire, plus de poli­ti­que moné­taire du fait que toutes les déci­sions se pren­nent à la Banque Centrale Européenne à Francfort, plus de poli­ti­que mili­taire à cause de son adhé­sion à l’OTAN, plus de poli­ti­que étrangère du fait de l’atlan­tisme imposé par les États-Unis. L’Allemagne vise son siège de per­ma­nent au Conseil de sécu­rité de l’ONU, et sa force nucléaire sous cou­vert de « fédé­ra­lisme euro­péen » (traité d’Aix-la- Chapelle) auquel subi­te­ment le futur chan­ce­lier alle­mand Scholz se conver­tit à condi­tion qu’il soit sous domi­na­tion ger­ma­ni­que.
Le pays n’a plus de poli­ti­que sociale indé­pen­dante du fait de l’UE et des trai­tés néo­li­bé­raux (Maastricht, Nice, Lisbonne, etc.) qui ne recher­chent que la « valeur action­na­riale » et l’anéan­tis­se­ment de tout le droit du tra­vail pour accroi­tre les pro­fits. Tout cela se paye par le chô­mage de masse, les poli­ti­ques d’aus­té­rité, les bas salai­res, les tra­vailleurs en CDD et sous le mini­mum vital : 6 mil­lions de chô­meurs, 300000 SDF, deux mil­lions de foyers au RSA, et le salaire médian à 1900 euros nets.
Soumise aux mar­chés finan­ciers, la France n’a plus de pla­ni­fi­ca­tion et M. Bayrou n’est là que pour amuser la gale­rie. Le capi­tal finan­cia­risé a ainsi la voie libre pour détruire notre indus­trie et toutes nos poli­ti­ques. C’est ce qu’annon­çait d’ailleurs au début des années 2000 le vice-pré­si­dent du MEDEF : « il faut éliminer tout ce qu’a fait ou prévu le CNR ».
Il ne faut donc plus s’étonner que ceux même qui se pré­ten­dent nos « alliés » nous volent nos mar­chés, pié­ti­nent nos inté­rêts, mépri­sent le nom de la France, veuillent liqui­der la langue fran­çaise, et éliminer la France du concert des nations, Angleterre, Allemagne et États-Unis au pre­mier rang (Cf. affaire des sous-marins aus­tra­liens) ! 
Mais ce triste bilan aggravé par 5 ans de macro­nisme n’est pas une fata­lité. 

2-La thérapeutique

La France a réussi à fran­chir bien des obs­ta­cles dans son his­toire. Ayant plus de 14 ou 15 siè­cles der­rière elle, va-t-elle céder aux ten­ta­ti­ves des­truc­tri­ces de quel­ques aven­tu­riers de la finance et du Capital, véri­ta­bles don­neurs d’ordre à quel­ques poli­ti­ciens sti­pen­diés ? Nous ne vou­lons pas le croire car le pays dis­pose de cer­tains atouts incontes­ta­bles.
Il a l’expé­rience de ses révo­lu­tions qui ont réussi à mettre à la raison tous les para­si­tes qui ont essayé de la détruire ou de la sou­met­tre : les monar­ques, les capi­tu­lards de 1870, ceux de 1940 et ceux d’aujourd’hui grâce à un peuple vaillant et vigi­lant.
Son peuple de 68 mil­lions d’habi­tants (DOM-TOM com­pris) est poli­ti­que­ment éduqué et expé­ri­menté car il a connu tous les régi­mes : monar­chies, répu­bli­ques bour­geoi­ses, empi­res, et il connait aujourd’hui celui de l’oli­gar­chie finan­cière sans patrie ni prin­cipe. Il sera dif­fi­cile de lui faire pren­dre des ves­sies pour des lan­ter­nes. Il s’est relevé des toutes ses ava­nies : 1870,1918,1940, pour ne rete­nir que ces trois dates. Notre grande Nation, héri­tière de cinq révo­lu­tions et qui s’est redres­sée des épreuves de trois guer­res mon­dia­les, n’accep­tera pas de dis­pa­rai­tre ou de voir son rôle dépen­dre des injonc­tions de « l’UE », des États-Unis ou de l’Allemagne.
Dès lors, il doit repren­dre son indé­pen­dance natio­nale en se reti­rant sans délai de l’UE, de l’euro, de l’OTAN et de tous les trai­tés capi­ta­lis­tes néo­li­bé­raux. Notre État recons­ti­tué n’accep­tera que les ins­truc­tions que le peuple fran­çais lui aura don­nées.
Il remet­tra au goût du jour le pro­gramme du CNR adapté à notre époque : socia­li­sa­tion des grands grou­pes capi­ta­lis­tes et des ban­ques, retour au Franc, recons­ti­tu­tion du cir­cuit de Trésor, réta­blis­se­ment du Commissariat au Plan, réin­dus­tria­li­sa­tion de la France, inter­dic­tion des délo­ca­li­sa­tions, inculpa­tion de tous les res­pon­sa­bles poli­ti­ques et économiques de la des­truc­tion de notre pays.
Après avoir liquidé cette cons­ti­tu­tion monar­chi­que par un pro­ces­sus popu­laire de nou­velle Constituante réta­blis­sant la sou­ve­rai­neté du peuple, un pro­gramme social sera mis en place : SMIC à 1700 euros, Sécurité Sociale inté­grale à 100 %, recons­ti­tu­tion de l’hôpi­tal public actuel­le­ment en per­di­tion, sup­pres­sion des mutuel­les, droit oppo­sa­ble à l’emploi cons­ti­tu­tion­na­lisé, sup­pres­sion de la Bourse et des mar­chés finan­ciers et du tra­vail, ins­ti­tu­tion d’un nou­veau statut d’entre­prise coo­pé­ra­tive gérées par les seuls tra­vailleurs et cadres, pro­gramme de cons­truc­tion de loge­ments et de réno­va­tion des « pas­soi­res ther­mi­ques », blo­cage des loyers et indexa­tion des salai­res aux prix, sup­pres­sion de tout plan de retrai­tes à point et retour au régime géné­ral unique de retraite par répar­ti­tion, socia­li­sa­tion des entre­pri­ses du CAC 40 et sup­pres­sion de celui-ci. La liberté de cir­cu­la­tion des capi­taux sera abolie.
Institution d’un grand Ministère des Affaires Étrangères qui orga­ni­sera la coo­pé­ra­tion avec les 196 États du monde (dont la Russie, la Chine et tous les pays actuel­le­ment négli­gés par le pou­voir macro­niste) et non seu­le­ment avec les « 27 » ou le « camp atlan­ti­que ». La fran­co­pho­nie sera défen­due et la langue fran­çaise promue par­tout, à com­men­cer sur le ter­ri­toire natio­nal. La force nucléaire fran­çaise sera main­te­nue et réser­vée à la défense de nos seuls inté­rêts, l’armée fran­çaise sera une armée de cons­crip­tion citoyenne et de ser­vice civi­que, de sorte que le peuple apprenne le manie­ment des armes. Il y a lieu de sup­pri­mer les légions pré­to­rien­nes de la bour­geoi­sie. La Nation consi­dè­rera les DOM-TOM comme des ter­ri­toi­res natio­naux et entre­pren­dra un pro­gramme de déve­lop­pe­ment met­tant ces ter­ri­toi­res au même niveau économique, social et poli­ti­que que ceux de la métro­pole.
Comme il a été dit plus haut, nous réins­tau­re­rons un Plan indi­ca­tif natio­nal pour recons­ti­tuer l’économie puis­sante que doit être celle de la France. Un État répu­bli­cain fort et popu­laire sera le garant de ce pro­gramme.
La démo­cra­tie déli­bé­ra­tive sera ins­tau­rée dans le pays, par la nou­velle Constitution évoquée plus haut qui mettra en œuvre : une Convention Nationale élue au suf­frage uni­ver­sel direct à la repré­sen­ta­tion pro­por­tion­nelle inté­grale, par un scru­tin dépar­te­men­tal sur listes et prime à la majo­rité pour le mou­ve­ment ou la coa­li­tion de partis poli­ti­ques arrivé en tête au seul tour des élections ; un contrat de majo­rité qui sera un véri­ta­ble mandat impé­ra­tif pour les élus ; la sup­pres­sion du Sénat et son rem­pla­ce­ment par une Assemblée véri­ta­ble regrou­pant les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les réfor­mées, les orga­ni­sa­tions pro­fes­sion­nel­les et syn­di­ca­les, les asso­cia­tions de la vie civile. 
Un Institut National des Médias rem­pla­cera le pseudo CSA, et devra garan­tir la démo­cra­tie et la liberté d’expres­sion dans ce pays. Sa com­po­si­tion, ses moyens et ses attri­bu­tions seront déli­bé­rés par la Convention Nationale. Nulle puis­sance finan­cière ou oli­gar­chi­que ne pourra s’empa­rer de quel­que moyen d’infor­ma­tion que ce soit, à titre privé.
Un Gouvernement issu de la Convention Nationale, res­pon­sa­ble devant elle, assu­mera le pou­voir gou­ver­ne­men­tal tel que le pré­voit les arti­cles actuels de la cons­ti­tu­tion de 1958 (arti­cles 20 à 22) en atten­dant la nou­velle Constitution. Il aura à sa dis­po­si­tion le gou­ver­ne­ment, l’admi­nis­tra­tion du Plan et le secré­ta­riat géné­ral du gou­ver­ne­ment.
Voilà les seules mesu­res qui seront à même de réta­blir la France et de redon­ner la fierté d’être fran­çais à notre peuple. Voilà com­ment le peuple fran­çais sera fidèle à son his­toire, et non en se lais­sant bercer par les fan­tas­mes d’un Zemmour, d’une Le Pen, ou par les men­son­ges d’un extrême-centre à la Macron ou d’une « droite assu­mée » à la Pécresse-Ciotti, ou par les bien fai­bles et bien tar­di­ves pro­mes­ses d’une « gauche » faillie ayant trahi les clas­ses popu­lai­res. C’est au peuple fran­çais à pren­dre le pou­voir. Et les Gilets Jaunes - ces héri­tiers des Sans-Culottes et des Communards - nous ont montré le chemin.

Jean-Michel, Toulouse
ancien haut fonc­tion­naire

Messages

  • Tout à fait d’accord avec le bilan et les perspectives.
    Il ne manque que le pilier permettant de supplanter celui de l’oligarchie financiere :
    La nationalisation de la monnaie et la gestion démocratique de sa création et de son utilisation sur le plan du crédit.
    Et enfin, il reste cent jour pour convaincre des millions d’abstentionistes et d’égares qui ont tout intérêt à se saisir de la candidature qui se rapproche le plus de ce programme.
    Tout cela bien évidemment ne peut pas se concrétiser par une alliance des partis faillis, dits de gauche.
    C’est plutôt la rencontre entre un peuple et un programme....

  • Très bon diagnostic et très bonnes pistes pour un renversement de perspective

  • Bonjour,
    Bonnes idées un brin...idéalistes.
    Il faudrait aussi nous préparer (nous= nous et le peuple) si jamais un gouvernement "socialiste" (au sens marxo-Gramsci-friot-jauréssien) arrivait, par hasard au pouvoir, à la guerre économique et médiatique qui sera inévitablement orchestrée par l’oligarchie capitaliste, ses relais dans l’état et le "marché". Sans oublier que les classes sociales CSP+, même si une partie se pense radicalisée, restera du côté libéral.
    La guerre visera à ruiner la France (comme pour la Grèce) puis accuser le gouvernement d’impérities au travers des médias. Une baisse organisée de l’épargne des Français convaincra une grande partie de revenir à la raison.
    Hors aucuns partis ou syndicats n’osent dire cela ou pensent qu’avec volontarisme et des coups de gueules cela suffira. Il faudrait préparer les Français à une baisse de pouvoir d’achat pendant quelques années et mettre en place des mesures pour assurer au plus défavorisés que cela sera l’inverse pour eux au détriment des classes dont le salaire net mensuel est par exemple supérieur à 3000 euros pour une personne seule et 5000 pour un couple (pet-être moins d’ailleurs).

    Fabien

  • Pour répondre à Fabien, je dirai que toute proposition qui "sort du cadre" est susceptible d’etre qualifiée "d’idéaliste"... Mais il existe bel et bien des dispositions précises pour sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, sans qu’un Gouvernement appuyé par le peuple ne termine comme Tsipras ! C’est à nous de le mettre en place ! jmichel Toulouse

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.