Accueil > Editoriaux > Crise totale

Crise totale

par Jacques COTTA, le 15 janvier 2022

Enregistrer au format PDF

Emmanuel Macron a donc décidé « d’emmer­der les non vac­ci­nés jusqu’au bout ». Cette petite phrase ne peut être assi­mi­lée à un écart de lan­gage, un empor­te­ment incontrôlé. Publiée dans une ITV lue et relue par l’Elysée, elle exprime une volonté qui dépasse de loin le pre­mier degré.

  • → Concernant des millions de français, elle indique les valeurs profondes qui animent le président de la république : autoritarisme, mépris, violence, vulgarité. Il est un semeur de trouble, un organisateur de conflits, de pagaille...
  • → Il résume ainsi sa conception selon laquelle « le devoir prime sur le droit », et expose sans retenue le point de vue commun à toute dictature.
  • → Il indique que tout ce qui n’est pas avec lui, obéissant, discipliné, soumis doit être rejeté, quitte à liquider la citoyenneté.

Mais cela, c’est l’écume visi­ble au dessus de la marée Covid. Et Macron aime­rait bien que le débat soit can­tonné notam­ment à la ges­tion de l’épidémie, his­toire de trans­for­mer si pos­si­ble l’élection pré­si­den­tielle en élection covi­den­tielle.

Macron est en si mau­vaise situa­tion qu’il pré­fé­re­rait un débat sur le déni de la loi, sur les limi­ta­tions de liber­tés, sur les attein­tes à la démo­cra­tie, sur ses inco­hé­ren­ces, plutôt que sur les ques­tions qui tou­chent direc­te­ment les Français dans leur vie quo­ti­dienne. Car cela est explo­sif.

Alors que l’épidémie Omicron se déve­loppe et que les pou­voirs publics ten­tent de dra­ma­ti­ser tou­jours plus pour pour­sui­vre sur le regis­tre de la peur, préa­la­ble à la ser­vi­lité et la sou­mis­sion recher­chée, le moment de faire les comp­tes appro­che.

  • → La générosité du « quoi qu’il en coûte » va se révéler être une arnaque de grande ampleur.
    En effet pour des milliers de PME ou de TPE, l’heure du remboursement d’un nombre d’aides importantes va sonner. Ce qui a été accordé aura juste permis de différer une échéance impossible qu’entrepreneur, petits patrons, artisans ou simples salariés vont être appelés à honorer. Macron aura évité lors des « premières vagues » une cascade de faillites , même si un nombre important d’entreprises dans plusieurs secteurs ont déjà mis la clé sous la porte. Mais la souffrance liée non au Covid seulement, mais au système lui-même, n’aura été que différée.
  • → La question du pouvoir d’achat est centrale.
    Bruno Lemaire pour donner l’impression que le gouvernement s’en occupe devrait annoncer un relèvement du taux d’intérêt du livret A de 0,5 % pour atteindre à partir du mois de février 1 %. Mais avec une inflation à 3 %, c’est une perte de 2 % qu’il entérine. Et il ne sert à rien de prendre les Français pour des cruches, ils voient, comprennent et savent compter… 
  • → Le pouvoir craint la situation au plus haut niveau.
    Les reculades de Blanquer face aux enseignants et aux parents qui allongent les queues devant les pharmacies pour faire tester à répétition leurs bambins en témoignent. Ce gouvernement est incompétent, incohérent, et pleutre dés lors qu’un affrontement se dessine.

Les son­da­ges n’ont qu’une valeur rela­tive, mais don­nent une ten­dance. Les der­niers publiés indi­quent une baisse très impor­tante de la confiance accor­dée à Macron, notam­ment dans son électorat tra­di­tion­nel et dans la tran­che des 40-50 ans. La fai­blesse du pou­voir n’a d’égal que celle de ses oppo­sants. Un climat d’incer­ti­tude s’ins­talle.

Dans cette situa­tion, ce qui manque à notre pays est le ras­sem­ble­ment de citoyens déci­dés à cons­truire une nou­velle for­ma­tion poli­ti­que authen­ti­que­ment socia­liste, capa­ble de mener le combat pour une France répu­bli­caine, démo­cra­ti­que, sociale, laïque et sou­ve­raine, enga­gée sur un pro­gramme per­met­tant de conju­rer la catas­tro­phe en marche.

Jacques Cotta
Le 15 jan­vier 2022

Messages

  • "Dans cette situa­tion, ce qui manque à notre pays est le ras­sem­ble­ment de citoyens déci­dés à cons­truire une nou­velle for­ma­tion poli­ti­que authen­ti­que­ment socia­liste, capa­ble de mener le combat pour une France répu­bli­caine, démo­cra­ti­que, sociale, laïque et sou­ve­raine, enga­gée sur un pro­gramme per­met­tant de conju­rer la catas­tro­phe en marche." dites-vous, mais comment réaliser tout cela dans le carcan de l’UE.
    La Souveraineté (nationale, monétaire, populaire, etc.) est la première condition (pas la seule bien sûr !) pour qu’un peuple puisse choisir de mettre en oeuvre les mesures qu’il estime bonnes pour son avenir.
    Vous savez bien que le "droit européen" limite fortement notre Souveraineté sauf bien sûr dans les domaines accessoires et surtout qui ne touchent pas au "grisbi" de l’Oligarchie.
    Ceux qui, candidats à la magistrature suprême, ne nous proposent pas clairement la sortie de l’UE, de l’Euro, de Schengen, de la CEDH, de CJUE, de l’OTAN et autres carcans sur lesquels le peuple français n’a jamais été consulté, sont bien des imposteurs.
    Ne nous laissons plus duper ou alors tant pis pour nous !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.