Accueil > International > Tournant historique ?

Tournant historique ?

par Denis COLLIN, le 17 mars 2022

Enregistrer au format PDF

La guerre en Ukraine est en train de cris­tal­li­ser un cer­tain nombre de ten­dan­ces his­to­ri­ques pro­fon­des que l’on pour­rait ana­ly­ser comme un tour­nant dans l’his­toire uni­ver­selle, si on reprend le lexi­que des phi­lo­so­phies de l’his­toire de l’avant-der­nier siècle.

Deux événements doi­vent être rele­vés qui ne sem­blent guère inté­res­ser nos com­men­ta­teurs, poli­to­lo­gues et polé­mo­lo­gues. Le pre­mier est la visite de Narendra Modi à Moscou. Le Premier minis­tre indien est venu négo­cier un accord avec la Russie pour la four­ni­ture de pétrole. Si les Européens ne veu­lent plus du pétrole russe, il est déjà vendu ! L’Inde est en voie de deve­nir le pays le plus peuplé du monde et bien que tou­jours très pauvre ce pays est une puis­sance indus­trielle et aussi un « réser­voir de matière grise », dans le domaine du déve­lop­pe­ment infor­ma­ti­que, par exem­ple. Emblématique : c’est l’Indien Tata qui a racheté la pres­ti­gieuse marque anglaise Jaguar ! C’est un autre Indien, Mittal, qui domine la sidé­rur­gie euro­péenne après que les crânes d’œuf issus de l’ENA ont orga­nisé sa liqui­da­tion dans les années 80 — merci, Giscard, merci, Fabius.

Le deuxième événement est la négo­cia­tion entre l’Arabie Saoudite et la Chine pour que les achats chi­nois de pétrole soient réglés non en dol­lars, mais en yuans. Si les choses vont jusqu’au bout, c’est la fin du dollar comme mon­naie inter­na­tio­nale de fait qui sera actée et du coup la fin des exor­bi­tants pri­vi­lè­ges que cette situa­tion domi­nante pro­di­gue à l’oncle Sam. Quand on sait que la Chine a mis sur pied un sys­tème d’échanges inter­ban­cai­res alter­na­tif à SWIFT, auquel les ban­ques russes ont adhéré, on ne peut man­quer d’en conclure que l’ordre mon­dial, c’est-à-dire le bordel animé par les États-Unis, est en train de s’effon­drer. Sauf guerre nucléaire, une guerre où les sur­vi­vants envie­ront les morts, l’affaire est pliée.

Le tour­nant est celui de la fin de la domi­na­tion occi­den­tale sur le monde et le dépla­ce­ment vers l’Asie du centre de l’his­toire mon­diale, et pas seu­le­ment de la pro­duc­tion indus­trielle. Les ges­ti­cu­la­tions des pan­tins qui gou­ver­nent l’Europe de l’Ouest, vus de Pékin, doi­vent sem­bler un peu ridi­cu­les. Ce n’est pas céder aux char­mes mor­ti­fè­res de la vision de Spengler que cons­ta­ter cet effa­ce­ment de l’Occident. Les pre­miers à dis­pa­raî­tre sont les Slaves qui démo­gra­phi­que­ment s’effon­drent, Russie com­prise. Ce qui natu­rel­le­ment repousse la Russie en Asie. L’Europe sou­ve­raine de Macron est une farce sinis­tre au moment où on apprend que le choix alle­mand en faveur des avions amé­ri­cains indi­que clai­re­ment qu’il n’y aura pas de défense euro­péenne.

Pour l’obser­va­teur, tout cela était pré­vi­si­ble et il n’est aucune raison de penser que « la fin de l’his­toire » devait inter­ve­nir avec le triom­phe de la « démo­cra­tie » et de l’économie de marché. Pour l’homme réel­le­ment exis­tant, les choses sont net­te­ment moins gaies. La civi­li­sa­tion grec­que, romaine et chré­tienne occi­den­tale a été por­teuse d’une cer­taine idée de l’homme, l’idée de la valeur infi­nie de l’indi­vidu. Les civi­li­sa­tions qui l’empor­tent aujourd’hui sont holis­ti­ques : l’indi­vidu n’existe que par sa place dans le tout qu’est la société. La Russie, euro­péenne dans son fond, sera absor­bée par les civi­li­sa­tions holis­ti­ques.

Le triom­phe total du mode de pro­duc­tion capi­ta­liste, le « capi­ta­lisme absolu » n’a pas engen­dré la paix, mais de nou­vel­les guer­res. Et ce n’est que le début ! Le « wokisme » aura été sim­ple­ment le pré­lude de cette nou­velle période : annu­ler l’Occident, tel est son ambi­tion. Annuler la Russie, tel est le propos des hys­té­ri­ques anti-russes qui don­nent le « la » dans les médias. Et l’ensem­ble sera bien­tôt englouti.

Il ne reste que deux chan­ces. La pre­mière serait un sur­saut des peu­ples euro­péens, une véri­ta­ble révo­lu­tion des « Gilets jaunes » qui balaye ces clas­ses domi­nan­tes décer­ve­lées et cor­rom­pues jusqu’à la moelle. La deuxième est que la culture des vain­cus, comme cela est sou­vent arrivé, finisse par s’impo­ser aux vain­queurs. D’où l’impor­tance capi­tale de la défense de notre culture et de notre phi­lo­so­phie.

Le 17 mars 2022