Accueil > Débats > Tribune libre > NUPES ou DUPES ?

NUPES ou DUPES ?

par Robert POLLARD, le 23 juin 2022

Enregistrer au format PDF

NUPES ou DUPES ?

On aurait pu croire, fut un temps, que le centre, le noyau dur de la mobi­li­sa­tion des « Insoumis » se trou­vait dans la contes­ta­tion radi­cale — quoi­que par­le­men­taire — de la Vème répu­bli­que (qui n’en était pas une). On vit alors comme objec­tif prio­ri­taire ce chan­ge­ment de cap, comme un légen­daire recours à une Assemblée cons­ti­tuante char­gée de rédi­ger une nou­velle cons­ti­tu­tion par­fai­te­ment répu­bli­caine, issue de cons­ti­tuants venus de tous les hori­zons popu­lai­res, éloignés en tout cas du poli­ti­cien pro­fes­sion­nel de vieille souche, tri­bu­taire de pra­ti­ques matoi­ses et de convic­tions fai­san­dées. Nous en étions là.

Au pre­mier tour des légis­la­ti­ves, dans ma cir­cons­crip­tion (la 7ème du Var) se trou­vait une can­di­date dépo­sée par la vague de gauche, gazeuse mais por­teuse. Elle égrène ses anté­cé­dents : une déjà rela­ti­ve­ment vieille pra­ti­quante de la confré­rie poli­ti­que, qui a cer­tai­ne­ment l’ambi­tion de “faire de la poli­ti­que“, pro­po­sant un cata­lo­gue mille fois rebattu par tous les pré­ten­dants aux places dans l’amphi­théâ­tre de l’Assemblée National, qui savent d’ins­tinct (croient-ils) qu’il faut cares­ser l’électeur dans le sens du poil. Aucune ambi­tion ni voca­tion affi­chée à briser le cadre vieux de plus de 60 ans, ni même à dépas­ser les bornes. Frilosité cal­cu­lée, tom­bées de ces hau­teurs béan­tes d’où ne par­vien­nent que les échos de dis­cours d’arti­fice. Il fal­lait des can­di­dats sous le bonnet de l’UPES, il y en eu, eh bien voilà.

Comme on ne peut passer son temps à viser le vote utile, tou­jours, ou pres­que tou­jours, inu­tile j’ai choisi d’y aller à la raison et aussi un peu par défaut, de ces défauts que l’on juge utiles : LO, Lutte ouvrière a fait mon affaire. Je dis clai­re­ment, point d’autre can­di­dat dans la lignée révo­lu­tion­naire dans la 7ème cir­cons­crip­tion du Var, 200 voix reconnais­sant leur exis­tence poli­ti­que à côté de quel­ques autres ailleurs en France, reconnais­sant aussi le POID, Parti ouvrier indé­pen­dant et démo­cra­ti­que qui ne figu­rait pas dans la 7ème cir­cons­crip­tion du Var !

Aux yeux de cer­tains, ceux-là res­tent encore dans la zone grise de l’utopie. L’Utopie c’est aussi la plus lumi­neuse des aspi­ra­tions, mais de cela ils n’en par­lent pas, les bon­nets de nuit de la real­po­li­tik, et ne veu­lent même pas avoir à en parler, sans réponse ils errent dans leur maquis idéo­lo­gi­que.

Le deuxième tour a donc eu lieu et le maquis s’est épaissi, devenu pres­que inex­tri­ca­ble, une sorte de Quatrième République conges­tion­née au plus fort de la crise ! C’est un pour­ris­se­ment par la racine : la cham­bre des dépu­tés est au comble de la décom­po­si­tion quand toutes et tous se récla­mant de la Démocratie en vien­nent à “consul­ter“ Jupiter, le (vrai) chef de la majo­rité, requis par lui, pour envi­sa­ger de gou­ver­ner ensem­ble selon les prin­ci­pes d’un ordre “Républicain“ défi­ni­ti­ve­ment fictif.

Les Saigneurs et Maîtres du Capitalisme (SMC) obser­vent depuis leur ligne Maginot du Medef, cares­sant leur arme­ment lourd CAC 40, ce jeu de culbute et cher­chent les cou­leurs jaunes et rouges des yeux, la menace vien­dra de là : des usines et des nids à pro­lé­tai­res que sont deve­nues les lieux de la grande dis­tri­bu­tion. Elle vien­dra des sec­tions syn­di­ca­les revi­vi­fiées à l’échelle du Prolo de base. Les ronds-points ! Les cel­lu­les ! Par Jupiter !

Comment s’y pren­dre Mon Général ? Le Gouverneur mili­taire de Marseille leur répond : en com­pa­gnie de l’obscur pré­si­dent de CIS — société mar­seillaise Catering International & ser­vi­ces, chif­fre d’affaire 270Md en pro­gres­sion de 8% depuis 2019 — spé­cia­li­sée dans la ges­tion de “bases vie dans le monde“ (La Provence 7/06/2022) ces deux-là s’inté­res­sent à « la Garde Nationale qui regroupe des volon­tai­res, le plus sou­vent sala­riés dans des entre­pri­ses, qui ser­vent dans le cadre d’un contrat d’enga­ge­ment. » il fal­lait donc donner plus de liberté d’action à ces sala­riés, « D’où la volonté des armées d’y remé­dier en se rap­pro­chant du monde de l’entre­prise et par la signa­ture de conven­tions qui posent un cadre d’enga­ge­ment entre les acteurs économiques et le minis­tère des armées  », Les acteurs, quel beau mot si souple et si prompt à satis­faire toutes les hypo­cri­sies… L’habi­tude serait prise, que nous ver­rions fleu­rir un peu par­tout, là où néces­saire, ce type de contrat “d’entre­prise“, inu­tile d’insis­ter pour com­pren­dre : l’armée pour­rait désor­mais par­ti­ci­per au main­tien de l’Ordre jusque dans les moin­dres recoins de la société, une armée, il faut le rap­pe­ler, que Chirac a voulu de métier en ban­nis­sant la cons­crip­tion natio­nale, la fin de la guerre d’Algérie leur aura servi de leçon : une opé­ra­tion de main­tien de l’ordre… répu­bli­cain — il va de soi que depuis l’élection de 2002 Chirac était devenu res­pec­tueux de la République pour 80% des électeurs. L’ironie dans tout cette appa­rente caco­pho­nie, serait que celle qu’on ne vou­lait pas nommer du nom étrange de “guerre“, fut bien nommée jusqu’au final et même un peu plus : main­tien de l’Ordre (répu­bli­cain) mais en France… conti­nen­tale. On déta­cha donc le membre malade avec le maxi­mum de pré­cau­tions et on le jeta aux cha­cals. Longtemps après il fut reconnu qu’il s’était agi d’une guerre, par la forme au moins. Et voila qu’aujourd’hui réap­pa­raît l’ombre de l’ombre dans ce dia­lo­gue entre le « Gouverneur mili­taire » et un repré­sen­tant de l’Entreprise. L’armée pour­rait, ici ou là, repren­dre les rênes quand elles paraî­traient trop relâ­chées.

Qu’en diraient nos Nupes ? Chercheraient-ils à nous duper chacun dans leur coin, ici le PS, là le PC, là-bas les Écolos et les autres ? Les insou­mis seraient livrés à eux-mêmes, face au RN, flamme bleu-blanc-rouge dis­si­mu­lée sous le man­teau blanc du Rassemblement National. Nupes ou dupes, on sent malgré soi la réponse venir. Ce n’est donc pas là que les choses sem­blent se jouer, mais comme chaque fois que l’his­toire d’une Nation va, à une vitesse folle, pren­dre un tour­nant déci­sif, la lutte des clas­ses reprend ses droits.

Quant à la VIème République, l’Assemblée Constituante… bof…

À bon enten­deur, salut !

Robert