Accueil > Débats > Tribune libre > Les bras m’en tombent

Les bras m’en tombent

par Jean-Louis ERNIS, le 6 juillet 2022

Enregistrer au format PDF

Je n’aurais jamais ima­giné que sur un site nommé « La Sociale » je puisse, un jour, lire et enten­dre la satis­fac­tion de voir le Rassemblement National, enfin le Front National et pour tout dire l’extrême droite, deve­nir la pre­mière force d’oppo­si­tion par­le­men­taire. Certes, je me sou­viens des accoin­tan­ces avec le fon­da­teur de l’Université Populaire de Caen qui avait déclaré « Je n’exclus pas de voter Zemmour, s’il muscle son bras gauche »
Ce n’était donc pas qu’un déra­page incontrôlé.
Le fameux dicton « L’his­toire ne se répète jamais » est donc caduc. Je me suis tou­jours demandé com­ment la gauche (une partie) avait donné les pleins pou­voirs à Pétain, j’ai aujourd’hui la réponse.
Il est cons­ter­nant de devoir répé­ter inlas­sa­ble­ment, preu­ves à l’appui, que le Rassemblement, Front National n’est pas un parti comme les autres. La dédia­bo­li­sa­tion n’est qu’une couche de vernis qui cache l’ADN de cette idéo­lo­gie répu­gnante. Le RN n’abrite-t-il pas des iden­ti­tai­res qui se font dis­crets pour ne pas effrayer le bon peuple, mais jusqu’à quand ? Au cours de ces der­niè­res années, beau­coup se réjouis­saient et s’abri­taient der­rière le pla­fond de verre, mais malgré un sys­tème électoral majo­ri­taire, ce parti est devenu le pre­mier de l’oppo­si­tion par­le­men­taire.
Hélas, la France n’est pas isolée dans cette galère. En Italie, selon les son­da­ges, cette idéo­lo­gie serait en forte pro­gres­sion au point qu’elle risque de deve­nir majo­ri­taire aux pro­chai­nes élections natio­na­les. En Espagne, il y aurait des négo­cia­tions entre les nos­tal­gi­ques du fran­quisme et la droite clas­si­que pour gérer une Région. Si cette situa­tion se répand dans toute l’Europe, que feront les satis­faits du résul­tat des légis­la­ti­ves du 19 juin der­nier ? La menace (pour celles et ceux qui consi­dè­rent que l’extrême droite en est une) n’est pas une vue de l’esprit.
Faut-il rap­pe­ler que cette poli­ti­que réac­tion­naire est pra­ti­quée en Europe. Voulons-nous un régime à la Orban ou à la Kaczynski ? En Pologne, l’IVG est réduite au cons­tat d’un acte illé­gal (c’est quoi un acte illé­gal ?) et quand la vie et la santé de la femme enceinte sont en jeu ??? (qui atteste de cela, un méde­cin réac ?)
Autre menace, le Parlement euro­péen n’a-t-il pas élu une pré­si­dente anti-IVG ?
Il ne faut pas confon­dre natio­na­lisme et Etat-Nation. Il est cons­ter­nant de devoir le rap­pe­ler au 21ème siècle.
Quant à se réjouir de l’entrée des femmes de ménage et des aides fami­lia­les au Palais Bourbon, il faut peut-être ana­ly­ser plus fine­ment cette situa­tion.
L’entrée de « peti­tes mains » (J’aurais le même lan­gage s’il s’agis­sait de pein­tres en bâti­ment ou d’opé­ra­teurs sur une chaîne de mon­tage dans le sec­teur auto­mo­bile …) ne peut suf­fire à se réjouir. Un par­le­ment natio­nal n’est pas une assem­blée géné­rale d’asso­cia­tion de quar­tier. Les pièges sont nom­breux. La vie de par­le­men­taire s’apprend, sur­tout quand on n’est pas rôdé aux enjeux de la poli­ti­que. Quelle naï­veté, à moins qu’il ne s’agisse tout bon­ne­ment de per­ver­sité, de croire que des per­son­nes, sans aucune expé­rience poli­ti­que, élues par­le­men­tai­res, dans un parti comme le Rassemblement National auront, au Palais Bourbon, toute liberté d’expres­sion et d’action ! Dans mon dépar­te­ment, une dépu­tée, frai­che­ment élue, ayant pour seul bagage un mandat de conseillère muni­ci­pale d’oppo­si­tion dans une com­mune de 4200 habi­tants, a déclaré dans la presse locale « les finan­ces, c’est pas mon truc, c’est pour ça qu’au conseil muni­ci­pal je ne com­prends pas les chif­fres » !
Sans com­men­taire.
Et puis cela vou­drait dire que celles et ceux qui sont plus haut dans la hié­rar­chie sociale n’ont pas de crédit pour défen­dre les inté­rêts de la classe ouvrière !
Alors, pour­quoi dans nos écrits uti­li­sons-nous l’exem­ple de Jaurès ?
Issu de la bour­geoi­sie et même de la grande bour­geoi­sie, confronté aux réa­li­tés de l’exis­tence, il s’est conformé à la lutte de clas­ses, défen­dant ainsi le prin­cipe de la répar­ti­tion des riches­ses pro­dui­tes.
On pour­rait également parler de Karl Marx, intel­lec­tuel de haut niveau, uni­ver­si­taire, cela ne l’a pas empê­ché de défen­dre la cause du pro­lé­ta­riat, au point de deve­nir une réfé­rence his­to­ri­que pla­né­taire. Gisèle Halimi qui a eu « l’outre­cui­dance » d’être avo­cate n’a-t-elle pas défendu la cause des femmes englo­bant « les femmes d’en bas » ? Je suis cons­terné de voir la tour­nure que prend le débat sur l’IVG. Bien évidemment, la seule cons­ti­tu­tion­na­lité ne peut suf­fire pour garan­tir aux femmes le droit à ce recours, il faut avant tout donner les moyens indis­pen­sa­bles à l’Hôpital public. En ridi­cu­li­sant l’éventuelle cons­ti­tu­tion­na­lité de l’IVG, de quoi a-t-on peur ? D’obli­ger le RN à sortir du bois ? Mme Le Pen n’a-t-elle pas parlé de confort en par­lant de ce sujet ?
Au cas où ce dos­sier rede­vien­drait par­le­men­taire, que feraient les femmes de ménage et autres aides fami­lia­les, élues dépu­tées RN : voter pour la défense de l’IVG ou obéir à l’idéo­lo­gie conser­va­trice de l’extrême droite impo­sée par la ou le Chef ? La réponse est dans la ques­tion.
Dans l’hypo­thèse où ce sur­réa­liste débat ne convain­crait pas les lec­teurs du danger de bana­li­ser le Rassemblement National, pre­nons le sujet de la liberté de la presse.
Pour celles et ceux qui voient en Macron le diable en per­sonne et Le Pen (la fille) l’ange ado­ra­ble, il va deve­nir dif­fi­cile de pour­sui­vre sur cette ligne.
Macron veut sup­pri­mer la rede­vance télé et donc à terme pri­va­ti­ser les chaî­nes et radios publi­ques.
Quant à Mme Le Pen, elle veut, sans détour, pri­va­ti­ser l’audio­vi­suel public ! Ainsi, Macron – Le Pen, même combat.
Mais la conni­vence de ces deux-là va plus loin.
Il y a quel­ques jours, le porte-parole du RN expli­quait que les dépu­tés du parti ne vote­raient pas la motion de cen­sure de la NUPES, mais s’abs­tien­draient pour ne pas blo­quer les ins­ti­tu­tions !!! C’est cer­tai­ne­ment pour ça que la majo­rité par­le­men­taire rela­tive s’est orga­ni­sée pour lais­ser des pré­si­den­ces et des vice-pré­si­den­ces au Rassemblement National !
J’ai bien cons­cience que ce papier va sus­ci­ter quel­ques réac­tions. Il n’a pas été écrit pour pro­vo­quer gra­tui­te­ment, mais pour rap­pe­ler le cadre dans lequel il nous est permis d’évoluer. Le terme « La Sociale » impose une éthique, celle de l’huma­nisme arti­culé autour de la répar­ti­tion des riches­ses pro­dui­tes et de la laï­cité.
Devant ce marasme, il nous revient, puis­que nous sommes des citoyens enga­gés, de faire des pro­po­si­tions concrè­tes pour redres­ser la situa­tion poli­ti­que du pays faute de quoi, face à cette chien­lit, le scé­na­rio est pré­vi­si­ble. Un homme ou une femme, qua­li­fié (e) de fort (e) s’empa­rera du pou­voir, d’une manière ou d’une autre.
Lassé de tout ce désor­dre ins­ti­tu­tion­na­lisé, le peuple lui accor­dera les pleins pou­voirs.
Il sera donc trop tard pour réagir.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.