Accueil > Débats > Tribune libre > KO. ou chaos

KO. ou chaos

par Robert POLLARD, le 12 juillet 2022

Enregistrer au format PDF

Les inter­ro­ga­tions fusent de toutes parts. Vraies ou faus­ses, sin­cè­res ou fein­tes : Macron-Jupiter KO ? Sans lui le chaos ? Comment s’en sor­tira-t-il et d’abord en a-t-il les moyens ? Passons ou regar­dons passer un monde qui s’est éloigné de nous en pre­nant les che­mins de la com­bine, spé­cu­lant sur ce qu’il faut dire et ne pas dire, pour en défi­ni­tive rester silen­cieux durant toute une cam­pa­gne pour­tant « électorale » : mau­vaise com­bine ? Ça ne tenait donc qu’à cela, qu’il parlât pour que le train défai­tiste fasse demi-tour ? Pour que soit évitée la menace du chaos quand le Roi-pré­si­dent est nu devant la foule sans autre cer­ti­tude — tout aussi feinte — que le désir du Prince : vous m’avez élu sur mon pro­gramme, je me dois de le réa­li­ser entiè­re­ment. ajou­tant à sa manière un “Je vous ai com­pris“… et donne alors dans la modes­tie, je vous ai enten­dus, fai­sons notre vie ensem­ble autre­ment.

Nous-mêmes avons-nous com­pris ? La rigueur logi­que du fonc­tion­ne­ment olym­pien côtoie l’impé­ra­tif ouli­pien de la contrainte, façon de réno­ver le lan­gage médi­cal : pas assez de per­son­nel soi­gnant sera résolu par la fer­me­ture des urgen­ces pour­tant léga­le­ment ouver­tes à toutes et à tous quelle que soit l’heure du jour et de la nuit, le para­doxe fait partie du jeu bien que nous ne soyons plus dans le pur lan­gage mais dans la réa­lité fac­tuelle, « Fermeture “par à-coups“ dans un tiers des cen­tres hos­pi­ta­liers  » (Le Monde 28/06/2022). Modestie, effi­ca­cité, à la manière d’un Poutine chef de guerre, à l’autre bout de la table où a lieu le festin, seules les paro­les s’envo­le­ront, les morts res­te­ront là, au seuil de l’Urgence. « Ce n’est abso­lu­ment pas la voca­tion des équipes médi­ca­les de refu­ser des gens à l’entrée » (id°) pré­cise un chef de ser­vice, mais alors, le ser­ment d’Hippocrate ne serait plus que d’hypo­cri­sie ? Jupiter s’en bat les flancs, tombe la veste, relève ses man­ches et iro­nise avec quel­ques ini­tiés du sérail, les autres qui écoutent aux portes, sui­vent fina­le­ment. Ils sont tous faits pour ça. Il se trou­vera même le quo­ti­dien de réfé­rence (28/06/2022) pour titrer, au-dessus de la mêlée : « Urgences : une réponse de l’exé­cu­tif jugée trop tar­dive ».

L’Exécutif aurait donc répondu ? Une mis­sion François Braun Président du Samu-urgen­ces de France, chargé de la mener à terme en un mois, pas un jour de plus, c’est la réponse gaul­lienne Théodule qui fera l’affaire. Rationaliser en serait en quel­que sorte l’orien­ta­tion, passer l’impri­ma­tur du Sénat sera sa garan­tie. Le pré­si­dent François Braun a immé­dia­te­ment sacri­fié au rituel et répondu, bien que masqué, lui seul, à la pré­si­dente de la com­mis­sion, LR non mas­quée.