Accueil > Editoriaux > Morale et Politique

Morale et Politique

par Jacques COTTA, le 14 mars 2020

Enregistrer au format PDF

Emmanuel Macron, Benjamin Netanyahu, Mickael Bloomberg... La morale et la poli­ti­que ne font pas bon ménage. De Paris à Jérusalem en pas­sant par Washington, les mêmes règles, les mêmes moeurs, révé­lées en quel­ques semai­nes. Mensonges, mani­pu­la­tions, vio­len­ces ver­ba­les ou phy­si­ques, cela n’est pas vrai­ment neuf et ce serait faire preuve d’une naï­veté cou­pa­ble que de sem­bler sur­pris. Pourtant, on ne peut être blasé vu la simul­ta­néité et le déchai­ne­ment de pra­ti­ques qui toutes met­tent sérieu­se­ment en cause le fonc­tion­ne­ment digne et démo­cra­ti­que du combat poli­ti­que. Ce qui est sur­pre­nant est le cons­tat appa­rent selon lequel « plus c’est gros, plus ça passe ».

En Israël, pour les élections légis­la­ti­ves qui vien­nent de se dérou­ler, les can­di­dats ont riva­lisé à coup de clips vidéo qui pas­sent les bornes de la com­mu­ni­ca­tion poli­ti­que clas­si­que. Calomnies, racisme, appel au crime contre les arabes sont par exem­ple bana­li­sés par Benjamin Netanyahu, chef du Likoud, par ailleurs pour­suivi pour cor­rup­tion, fraude, et abus de confiance dans trois affai­res dif­fé­ren­tes met­tant en cause des « échanges de bons pro­cé­dés » por­tant sur des mil­lions de dol­lars, notam­ment pour s’assu­rer une cou­ver­ture média­ti­que favo­ra­ble.

Les mil­lions de dol­lars sont l’ingré­dient majeur injecté dans la cam­pa­gne des pri­mai­res démo­cra­tes aux USA par le mil­liar­daire Mickael Bloomberg pour entra­ver la cam­pa­gne du « socia­liste » Bernie Sanders. Battre celui qui met en cause Wall Street, qui combat pour un sys­tème de santé pour tous, qui stig­ma­tise les écarts de richesse, prône une nou­velle répar­ti­tion, n’a ainsi pas de prix. Peu importe qui le battra d’ailleurs, mais pour l’oli­gar­chie, il faut le battre. Avec pour argu­ment ultime, repris par la presse amé­ri­caine - et relayé ici par une bonne partie de la presse fran­çaise - que l’affron­te­ment contre Trump ne pourra être vic­to­rieux que si les démo­cra­tes mènent cam­pa­gne sur son ter­rain, et pas sur celui de la jus­tice sociale. Bref, lais­ser les mil­liar­dai­res débat­tent entre eux, sans trou­ble fête, donc sans débat, voila l’objec­tif.

L’absence de débat nous ramène à la situa­tion fran­çaise. Le 49-3 sur les retrai­tes en atteste. Mais plus. La der­nière inter­ven­tion pré­si­den­tielle sur fond de coro­na­vi­rus per­met­tant au pré­si­dent de dire exac­te­ment le contraire de ce qu’il fait, de défen­dre l’état pro­vi­dence qu’il s’appli­que à déman­te­ler, de pré­co­ni­ser l’exclu­sion du marché ce qu’il s’évertue à y inté­grer, ôte tout sens sérieux au débat démo­cra­ti­que. Orwell est de retour.

La morale est bafouée et appa­re­ment donc cela mar­che­rait, à Paris, à Jérusalem ou Washington. Mais c’est sans comp­ter l’irrup­tion tou­jours impré­vi­si­ble des masses popu­lai­res que les grands de ce monde veu­lent croire amor­phes pour se ras­su­rer, mais qui ne man­quent jamais de se rap­pe­ler au bon sou­ve­nir des défen­seurs d’un libé­ra­lisme tout aussi effréné que des­truc­teur.

En Israel, Benjamin Netanyahu qui par­tait vain­queur n’a pas obtenu la majo­rité abso­lue recher­chée pour avoir les cou­dées fran­ches. La crise poli­ti­que s’appro­fon­dit. Aux USA, Bernie Sanders aura beau­coup de mal à empor­ter les pri­mai­res démo­cra­tes, mais d’ores et déjà les scores qu’il réa­lise, l’engoue­ment qu’il pro­vo­que dans une grande partie de la jeu­nesse, met­tent à l’ordre du jour la cons­truc­tion d’une force poli­ti­que indé­pen­dante et socia­liste. Et en France, malgré les men­son­ges, la vio­lence ver­bale et phy­si­que, Emmanuel Macron et ses affi­dés ne sont pas par­ve­nus à infli­ger une défaite aux mil­lions qui n’en peu­vent plus et qui d’ores et déjà on scellé le sort du roi­te­let.

Partout la révolte gronde. Et si tout compte fait à l’échelle de l’his­toire exis­tait, à défaut de morale, une cer­taine jus­tice en poli­ti­que…

Jacques Cotta
Le 15 mars 2020

Messages

  • Bonjour,
    on peut toujours rêver d’une force socialiste aux USA, bien que ce mot soit maintenant dévalué en Europe après le passage au pouvoir de gouvernements se prétendant "socialistes".
    Pourtant si nous faisons preuve de lucidité nous savons que l’accession au pouvoir d’un représentant de ce courant aux USA est quasiment impossible et selon moi pour longtemps.
    Cessons donc de nous illusionner sur cette hypothèse.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.