Accueil > Actualité > Christophe Castaner, ministre du caniveau…

Christophe Castaner, ministre du caniveau…

par Jacques COTTA, le 19 février 2020

Enregistrer au format PDF

Durant des années il fut de bon ton de gloser sur les minis­tres de l’inté­rieur suc­ces­sifs. Christian Fouchet, Raymond Marcellin, Charles Pasqua, et avant lui Michel Poniatowski, ou Gaston Deferre... Chacun avait eu son heure de gloire, avait défrayé la chro­ni­que en son temps, mêlant son nom à de grands scan­da­les qui jalon­naient la 5ème répu­bli­que. Mais chacun était consi­déré comme homme d’état. Tous ont marqué leur temps.

Christophe Castaner est d’un tout autre cali­bre. Castaner est imbat­ta­ble !

  • Au chapitre des coups tordus, le ministre macroniste, ex membre du parti socialiste, n’a rien à envier à ses prédécesseurs. Prompt à démontrer ses compétences, il organisait dans sa jeune carrière une campagne de dénigrement contre une adversaire en faisant distribuer massivement une bande dessinée à caractère sexuel dont on imagine encore le sens de la mesure et de la délicatesse.
  • Au chapitre de la violence, Christophe Castaner restera l’organisateur de méthodes policières sans précédent au service se son patron. Par les ordres donnés il est responsable des centaines de victimes graves, gilets jaunes estropiés, énucléés, matraqués... C’est sous son ministère que la police aura utilisé des armes susceptibles de tuer. C’est sous son autorité que la police française aura tiré contre le peuple français…
  • Au chapitre politique, jamais un ministre n’aura utilisé le mensonge comme Christophe Castaner s’y est employé.
  • Et enfin au niveau du caniveau, jamais un de ses égaux ne s’y sera à ce point vautré. La mise en cause d’Olivier Faure vaut le détour.

Le res­pon­sa­ble socia­liste s’inter­roge sur « l’impru­dence de Benjamin Griveaux » dans son his­toire de photo. Ni une, ni deux, Christophe Castaner invite sur les ondes le res­pon­sa­ble socia­liste qu’il "connait bien à titre per­son­nel" à la "pru­dence". Et déclare : « Je l’ai accom­pa­gné dans ses divor­ces, dans ses sépa­ra­tions et j’ai entendu en étant... hum, assez étonné, ses leçons de morale… ».

Ainsi deux jours seu­le­ment après que la bigou­nette de Benjamin Griveaux a envahi la toile, deux jours seu­le­ment avant que les res­pon­sa­bles poli­ti­ques de tout bord, les éditorialistes et jour­na­lis­tes en appel­lent au res­pect de la vie privée (qui soit dit en pas­sant si elle a été mise en cause ne l’a été que par Griveaux lui-même et son com­por­te­ment d’ado­les­cent bou­ton­neux), voilà Christophe Castaner qui reprend à son compte les bonnes vieilles métho­des d’usage dans les bas-fonds, des mena­ces à peine voi­lées contre Olivier Faure, l’évocation d’affai­res de cou­ples dont en l’occu­rence nul n’a rien à faire dans la vie poli­ti­que.

Christophe Castaner marche dans les pas de Joseph Fouché, le minis­tre de la Police de l’Empire qui entre­te­nait à grands frais des indi­ca­teurs dans tous les milieux, pour obte­nir les moin­dres secrets d’alcôve de ses contem­po­rains, y com­pris ceux de ses col­lè­gues du gou­ver­ne­ment, pour les « tenir ». Castaner, Fouché de paco­tille, en dégage tous les traits détes­ta­bles dont la démo­cra­tie a tout à crain­dre.
La dignité poli­ti­que vou­drait qu’au sommet de l’état Christophe Castaner soit prié de rendre son tablier. L’auto­rité de l’état devrait s’impo­ser au nom de la décence, de la morale mini­male. Mais voilà, le mot est lâché. C’est la morale qui manque. Au sommet de l’état, Castaner n’est pas excep­tion hon­teuse, mais expres­sion cons­ciente et décom­plexée d’une ten­dance répan­due, assu­mée.

Cette his­toire n’est pas seu­le­ment anec­do­ti­que. Elle exprime au plus haut niveau la crise poli­ti­que qui domine, et la nour­rit. Elle témoi­gne de la fai­blesse et de la médio­crité du per­son­nel macro­niste au plus haut niveau. Elle ren­force enfin la volonté per­sis­tante qui a nourri le mou­ve­ment des Gilets jaunes de voir un grand coup de balai donné.

Jacques Cotta
le 19 février 2020

Messages

  • Bonjour,
    on ne dira jamais assez la nocivité de ce Président,de ces ministres et de ces députés LREM pour la vie démocratique de notre pays.
    Et dire que les "belles personnes" nous ont forcé la main pour voter le 7 mai 2017 en nous présentant ces imposteurs comme de vrais démocrates garants de nos droits et de nos libertés mis en danger par l’horrrrible Le Pen.
    Quand on fait le bilan d’étape de la Team Macron :
     démantèlement du Code du travail,
     "réforme" de l’indemnisation des chômeurs,
     "réforme" des retraites,
     lois liberticides déjà votées ou en préparation,
     répression violente,à la fois policière et judiciaire, des manifestants (GJ,syndicalistes,écologistes,etc.)
     impunité scandaleuse des nervis type Benalla et des proches du bunker de l’Élysée (Kholer,Émélien,Strzoda,Ferrand,Pénnicaud,etc.)
     Nomination de proches à la tête des médias publics (Sybile Veil à Radio France en tant que pote de l’ENA de l’enfant-roi)
     etc.
    Tant et si bien qu’à la fin on peut légitimement se demander ce que Le Pen aurait pu faire de pire que ces prétendus "démocrates" contre nos droits sociaux ou nos libertés !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.