Accueil > Actualité > Edouard Philippe l’anti Macron

Edouard Philippe l’anti Macron

par Jacques COTTA, le 19 mars 2020

Enregistrer au format PDF

Le pré­si­dent de la répu­bli­que dans une de ses der­niè­res inter­ven­tions télé­vi­sées, décla­rait que "rien ne serait plus comme avant" . Rien ? Que cela fasse plai­sir ou de la peine, la crise du coro­na­vi­rus signe en effet la faillite de la mon­dia­li­sa­tion capi­ta­liste qui dému­nit les peu­ples en cas de néces­sité, la faillite de l’union euro­péenne inca­pa­ble du moin­dre acte poli­ti­que per­met­tant d’enrayer le mal, signe en même temps le retour des nations qui à tra­vers l’Italie, la Chine, mais la France aussi mon­trent cha­cune à leur façon qu’elles ne peu­vent être que le seul recours sérieux pour com­bat­tre le Covid 19 et endi­guer la pan­dé­mie.

Mais le « rien » évoqué par le pré­si­dent de la répu­bli­que devrait en toute clarté concer­ner aussi les moeurs poli­ti­ques ren­for­cées depuis l’acces­sion au pou­voir de la macro­nie. Il devrait donc s’agir du rap­port des poli­ti­ques aux citoyens. Cela ne sera t’il vrai­ment plus comme avant ?

Edouard Philippe semble indi­quer le contraire. Il conti­nue en pleine crise à pren­dre les fran­çais pour quan­tité négli­gea­ble, men­tant de façon éhontée pour camou­fler les véri­ta­bles pro­blè­mes qui met­tent en cause l’Etat et la façon dont lui et ses ser­vi­ces se com­por­tent.

  • De façon scandaleuse les tests pour détecter qui est porteur du virus se font en nombre très limité en France, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, comme la Corée par exemple. Il nous parle de choix là où il n’y a que conséquence de son modèle mondialisé. Les tests sont en effet assemblés en France, mais les ingrédients nécessaires à leur fabrication viennent des quatre coins du monde et n’arrivent pas. Mondialisation quand tu nous tiens…
  • Tout aussi scandaleuse est l’absence de masques de protection pour les soignants qui se trouvent en première ligne, mais aussi pour la population.

L’his­toire poli­cière à ce sujet vaut le détour. Une direc­tive de la Direction cen­trale de la sécu­rité publi­que reprise par de nom­breu­ses Directions dépar­te­men­ta­les indi­que que les poli­ciers doi­vent s’abs­te­nir de porter des mas­ques de pro­tec­tion res­pi­ra­toire sur la voie publi­que ou à l’accueil des com­mis­sa­riats, car ces der­niers sont jugés « anxio­gè­nes » par l’admi­nis­tra­tion. En réa­lité, il faut éviter de mon­trer que si les poli­ciers sont dotés de tels mas­ques, il n’en n’est évidemment pas de même des citoyens qu’ils contrô­lent, ou des soi­gnants qui s’expo­sent.

Comme pour les tests, la pénu­rie de mas­ques est le pro­duit de la mon­dia­li­sa­tion libé­rale et aussi et sur­tout en l’occu­rence de l’inca­pa­cité de nos diri­geants, du gou­ver­ne­ment, de son chef, à pren­dre les mesu­res néces­sai­res et en heure. Évidemment, alors que l’épidémie est connue depuis le mois de jan­vier, il aurait été pos­si­ble de faire fabri­quer sur le ter­ri­toire des mas­ques en urgence jour et nuit pour que tous en soient dotés. Mais rien. Mondialisation, quand tu nous tiens…

  • Les lits d’hôpitaux sont insuffisants. On craint -ce qui dans le grand Est a déjà été le cas- le tri des malades pour définir qui pourra être soigné, qui pourra vivre, et qui devra mourir, en fonction de l’âge, de l’état général, des prévisions médicales, et pourquoi pas de l’utilité sociale. Mais comment ne pas faire la relation -si « rien ne doit plus être comme avant »- avec la fermeture de plus de 100 000 lits d’hôpitaux, sous Hollande, Sarkozy et Macron, tous trois porteurs de la même politique à l’attention des services publics, soumis aux aléas de la mondialisation et au desiderata de l’union européenne.

Edouard Philippe devrait pren­dre garde en camou­flant, biai­sant, rusant. Pour para­phra­ser Bossuet, « Dieu se rit des hommes qui se plai­gnent des consé­quen­ces alors qu’ils en ché­ris­sent les causes ».

Dieu est loin­tain. Mais le peuple lors du réveil est chose plus sérieuse. Il a une mémoire. Il pré­serve son lien social, comme en témoi­gne ces soi­rées de retrou­vailles, à 20h, pour applau­dir ou chan­ter en l’hon­neur des soi­gnants. Le Coronavirus n’aura fort heu­reu­se­ment qu’un temps. L’heure des comp­tes appro­che iné­vi­ta­ble­ment…

Jacques Cotta
Le 19 mars 2020

Messages

  • Trois médecins français portent plainte contre le PM Ed. Philippe et la madame Agnès Buzyn…
    Article paru le 20/03/2020, sur le site sputniknews.com, et intitulé : « …Des médecins portent plainte contre Edouard Philippe et Agnès Buzyn à cause de la propagation du coronavirus … »
    Extraits : « … Trois médecins, représentants d’un collectif de soignants, ont porté plainte jeudi 19 mars contre le Premier ministre Édouard Philippe et l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, en les accusant de s’être « abstenus » de prendre à temps des mesures pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Les médecins Philippe Naccache, Emmanuel Sarrazin et Ludovic Toro portent plainte contre Édouard Philippe et Agnès Buzyn.
    Ils estiment que ces deux personnalités politiques « avaient conscience du péril et disposaient des moyens d’action, qu’ils ont toutefois choisi de ne pas exercer » pour enrayer la propagation du coronavirus en France. Cette plainte, que l’AFP a pu consulter, a été envoyée dans la journée à la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR), seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions, selon leur avocat Me Fabrice Di Vizio.
    Ils s’appuient notamment sur des déclarations d’Agnès Buzyn au Monde, qui a affirmé, après le premier tour des municipales, avoir alerté dès janvier le Premier ministre sur la gravité de l’épidémie de coronavirus et l’avoir averti que « les élections ne pourraient sans doute pas se tenir ».

    • Sergio,
      Cette plainte semble très sérieuse. Selon plusieurs avis, les révélations faites par Agnes Buzyn relèvent bel et bien du pénal.
      A suivre donc. D’autant que la volonté de régler les comptes risque de dépasser le simple milieu médical...
      Amicalement,
      J.C.

  • Dans un article intitulé : « … « Les connards qui nous gouvernent » … » PAR FREDERIC LORDON, 19 MARS 2020, F. Lordon nous dit ce qu’il pense vraiment de Martin Hirsch (Directeur général de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris depuis le 13 novembre 2013, que la bande à macron n’hésite pas à encenser au-delà du supportable, tellement ce mec détestable est un connard – pour reprendre l’expression usitée par F. Lordon, expression, qui du reste, lui va comme un gant. Il n’est malheureusement pas le seul au sein du gouvernement macron, loin de là) Plaidoyer incroyablement juste sur l’APHP et tous les services publiques que macron massacre à longueur de temps, à coup de coupes budgétaires impitoyables, alors que normalement, les services (rendus au) publique(s) devraient être un service (ou soutien) à la Nation… mais pas en macronie) et tout le personnel soignant, qui dans cette affaire de nouveau coronavirus-19 se surpasse jusqu’au sacrifice, tous les jours ! Un grand bravo à ces (nos) héros anonymes.

    • En effet, excellent papier de Lordon, que je partage particulièrement sur la question concernant Hirsch. J’avais eu à rencontrer le personnage du temps où il était particulièrement Hollandien pour un débat contradictoire concernant "7 millions de travailleurs pauvres". J’ai le souvenir d’un homme peu reluisant alliant un pseudo catholicisme social et une énergie à toute épreuve pour s’assurer la bienveillance du politique en place... Une espèce de Berger de "l’humanitaire". Ce qui n’est pas peu dire...
      J.C.

  • oui la guerre est déclarée

    a mort nos gouvernants

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.