Accueil > Actualité > La preuve par 6

La preuve par 6

par Jean-Louis ERNIS, le 1er décembre 2018

Enregistrer au format PDF

Au prin­temps der­nier, après les 5 élections légis­la­ti­ves par­tiel­les, je fai­sais le cons­tat de l’échec de la France Insoumise qui ne voyait aucun de ses can­di­da­tes et can­di­dats élus (es). J’avais titré « La preuve par 5 », le meilleur résul­tat étant l’accès au 2ième tour du can­di­dat de la Guyane. L’espoir pou­vait exis­ter avec la par­tielle de la 1ère cir­cons­crip­tion de l’Essonne des 18 et 25 novem­bre der­niers. Tel ne fut pas le cas.Et si comme le répète à satiété Jean-Luc Mélenchon, « le peuple avait tou­jours raison » ?

Certes, le taux de par­ti­ci­pa­tion est dra­ma­ti­que­ment bas – ce qui devrait aler­ter les partis et au cas par­ti­cu­lier sur­tout la France Insoumise – mais l’écart enre­gis­tré entre les deux can­di­dats de tête au pre­mier et au second tour devrait inter­ro­ger Mélenchon. En pleine crise poli­ti­que authen­ti­fiée par le mou­ve­ment des « gilets jaunes » deman­dant la démis­sion de Macron, l’élection d’un can­di­dat sou­tenu par LREM face à LFI est pour le moins sur­pre­nante.

Je ne réside pas en région pari­sienne, je ne connais pas la can­di­date de la France Insoumise de la 1ère cir­cons­crip­tion de l’Essonne, mon ana­lyse est donc glo­bale. Tout d’abord, le taux abys­sal de l’abs­ten­tion n’est pas propre à l’Essonne. Dans mon dépar­te­ment, trois récen­tes élections muni­ci­pa­les par­tiel­les en zone rurale ont recueilli un taux de par­ti­ci­pa­tion d’à peine plus de 20 %. Nous vivons donc une crise pro­fonde de la démo­cra­tie.

Cependant, qu’est-ce qui a fait que la can­di­date de LFI a perdu 2617 voix entre le pre­mier tour de 2017 et le pre­mier tour de 2018 et 7072 voix entre le second tour de 2017 et le second tour de 2018 ?

 La qua­lité poli­ti­que de la can­di­date serait-elle en cause ? Je ne le pense pas, les médias ont plutôt tra­duit le contraire, van­tant une cam­pa­gne dyna­mi­que.

 La can­di­date aurait-elle souf­fert d’un manque de sou­tien de ses cama­ra­des ? Non, plu­sieurs par­le­men­tai­res de LFI se sont dépla­cés en Essonne.

 S’agi­rait-il d’une fai­blesse du pro­gramme ? A mon sens, là com­mence l’inter­ro­ga­tion. Depuis quel­ques mois, la ques­tion euro­péenne entre autres devient trou­ble.

 S’agi­rait-il de l’effet « coup de gueule » de Jean-Luc Mélenchon lors des per­qui­si­tions ? Ce n’est pas impos­si­ble.

Chacune et chacun peut avoir un avis sur la ques­tion. Il va sans dire que JLM n’est pas un ennemi de notre classe, mais ce ne serait pas rendre ser­vice jus­te­ment à notre classe que de fermer les yeux sur les capri­ces de l’enfant gâté.

Car tel est bien ce que nous vivons. A ce stade, je ne sais si l’homme poli­ti­que est un tra­gé­dien ou s’il est vic­time d’un tem­pé­ra­ment impul­sif, pour ne pas dire com­pul­sif.

Si j’étais le seul à m’inter­ro­ger, il suf­fi­rait de me « cla­quer le bei­gnet », mais hélas plu­sieurs de son entou­rage se sont éloignés de lui, consi­dé­rant qu’il était cou­tu­mier du fait et qu’il n’accep­tait pas les opi­nions contrai­res ou même seu­le­ment dif­fé­ren­tes.

Je fus un adhé­rent du Parti de Gauche de la pre­mière heure et j’ai vu des mili­tants dévoués de son proche entou­rage, venant de la CGT, le quit­ter pour les mêmes rai­sons que ceux qui s’en écartent actuel­le­ment. Cela fait trop de doute aujourd’hui au point qu’il est permis de s’inter­ro­ger de savoir quel objec­tif vise Mélenchon ? Veut-il vrai­ment accè­der au pou­voir ou sou­haite t-il seu­le­ment se payer le parti d’Epinay ? Si c’est cela, il aura eu un vrai coup de main en la per­sonne du Parti Socialiste lui-même.

Quant à sa tête de turc, les jour­na­lis­tes, il va trop loin.Qu’il dénonce la main­mise des capi­ta­lis­tes sur les grands médias, il a mille fois raison. Qu’il stig­ma­tise les éditorialistes qui pas­sent de chaîne en chaîne, de radio en radio, pour dif­fu­ser les mes­sa­ges du grand capi­tal, il a mille fois raison. Mais dans leur grande majo­rité, les jour­na­lis­tes ne font que leur tra­vail, sou­vent dans des condi­tions maté­riel­les et intel­lec­tuel­les très dif­fi­ci­les. Les jour­na­lis­tes sont aussi des sala­riés. Nous vien­drait-il à l’idée de stig­ma­ti­ser les sala­riés d’Amazon ou des plates-formes télé­pho­ni­ques parce que ces boîtes sont de véri­ta­bles entre­pri­ses négriè­res ? Faudrait-il s’en pren­dre aux sala­riés de Lactalis au pré­texte que cette usine agroa­li­men­taire a mis sur le marché des pro­duits fre­la­tés. Enfin, je ter­mi­ne­rai par une méta­phore en disant que le temps de l’holo­gramme est ter­miné, il y a urgence main­te­nant pour la France Insoumise à se pré­sen­ter phy­si­que­ment dans les com­mu­nes, les dépar­te­ments, les régions et agir aux côtés des citoyens.Sinon, dans quel­ques temps, Wikipédia écrira :

Jean-Luc Mélenchon, homme poli­ti­que fran­çais, doté d’un fort cha­risme et d’une grande culture géné­rale et poli­ti­que. Il donna un grand espoir au peuple de gauche, mais finit par le déce­voir à cause d’une ges­tion des­po­ti­que du mou­ve­ment qu’il diri­geait et d’empor­te­ments colé­ri­ques.