Accueil > Actualité > Le communautarisme du CRIF coupable à l’encontre de Jean Luc Mélenchon…

Le communautarisme du CRIF coupable à l’encontre de Jean Luc Mélenchon…

… Et comment la télévision de service public couvre une opération minable.

par Jacques COTTA, le 29 mars 2018

Enregistrer au format PDF

Plusieurs mil­liers de per­son­nes se sont ras­sem­blées et ont défilé mer­credi 28 mars contre le crime « à carac­tère anti­sé­mite » de Mireille Knoll. Alors que Daniel Knoll, l’un des deux fils de la vic­time, récla­mait à juste titre la plus large union pos­si­ble pour condam­ner le meur­tre de sa mère et sa signi­fi­ca­tion par­ti­cu­liè­re­ment odieuse, le CRIF a décidé, au nom « du rejet des extrê­mes », d’orga­ni­ser sif­flets et invec­ti­ves à l’encontre de Jean Luc Mélenchon mis dans le même sac que Marine Le Pen. L’évènement pour­rait sem­bler anec­do­ti­que. Il est pour­tant d’une extrême gra­vité à plus d’un titre. Sur le fond d’abord, c’est donc une orga­ni­sa­tion com­mu­nau­taire qui se sent habi­li­tée, sans que grand monde au sommet de l’état ne la remette à sa place, à déter­mi­ner qui est suf­fi­sam­ment bre­veté pour se ranger dans le camp répu­bli­cain et mêler sa voix, son geste et sa parole, à la condam­na­tion du racisme et de l’anti­sé­mi­tisme. Le CRIF -conseil repré­sen­ta­tif des ins­ti­tu­tions juives de france- a donc trié parmi les élus de la répu­bli­que les­quels étaient inter­dits de mani­fes­ta­tion. Ainsi, une orga­ni­sa­tion com­mu­nau­taire décide de confis­quer au nom d’une com­mu­nauté ce qui relève de la répu­bli­que toute entière, de la Nation ras­sem­blée.

La bana­li­sa­tion de cette situa­tion avec l’aide des médias ne peut conduire qu’à la dis­lo­ca­tion du lien répu­bli­cain qui nous unit. Le jour­nal de France 2 a été de ce point de vue édifiant. Le tra­vail jour­na­lis­ti­que doit rela­ter les faits, mais doit s’effor­cer de les éclairer, de donner sens, de per­met­tre de com­pren­dre, d’appré­cier. Là, rien de cela. Relatant les pro­tes­ta­tions sur ordre de cer­tains mili­tants du CRIF à l’encontre de JLM et de MLP, pas un mot d’expli­ca­tion n’est donné sur le contenu de ce rejet, sur l’extré­misme qu’il incarne, sur le com­mu­nau­ta­risme qui s’exprime, et tout est fait pour accré­di­ter l’idée que « la mani­fes­ta­tion dans son ensem­ble » à ren­voyé dans un même mou­ve­ment le pré­si­dent du groupe par­le­men­taire de la FI et la res­pon­sa­ble du FN.

Relater, expli­quer pour com­pren­dre, et donc ques­tion­ner sans détour : pour­quoi donc le CRIF a t’il voulu mar­gi­na­li­ser de la sorte JLM ?

Daniel Knoll, l’un des deux fils de la vic­time, avait tenu des propos forts pour tenter de rame­ner le CRIF à la raison : « Le CRIF fait de la poli­ti­que et moi, j’ouvre mon cœur ». Propos cou­ra­geux dans un moment de dou­leur intense, qui remet au pre­mier plan l’essen­tiel.

Le CRIF, lobby de l’état d’Israel en France, aujourd’hui de son aile la plus réac­tion­naire, veut faire rava­ler à JLM des propos pour­tant d’une grande luci­dité, expri­mée lors d’une uni­ver­sité d’été du PG à Grenoble en aout 2014. « Je vou­drais dire au CRIF que cela com­mence à bien faire. Les balaya­ges avec le rayon para­ly­sant qui consiste à trai­ter tout le monde d’anti­sé­mite dès qu’on a l’audace de cri­ti­quer l’action d’un gou­ver­ne­ment, c’est insup­por­ta­ble, nous en avons assez. La République, c’est le contraire des com­mu­nau­tés agres­si­ves qui font la leçon au reste du pays ».

Du coup tout y passe dans un assaut de mal­hon­nê­te­tés abso­lues. Insupportable est jugé le propos de « com­mu­nauté agres­sive » dont les portes paro­les du CRIF et les mili­tants aux ordres don­nent pour­tant aujourd’hui une ter­ri­ble illus­tra­tion. Insupportables les posi­tions qui refu­sent le bel­li­cisme ambiant à l’égard de la Syrie, de la Russie. Insupportable la volonté de sortir de l’OTAN, le refus de servir de sup­plé­tif à la poli­ti­que amé­ri­caine. Insupportable la prise en compte des dif­fé­ren­tes nations d’Amérique latine. Insupportable la qua­li­fi­ca­tion portée en 2013 à l’encontre de Moscovici, l’ancien minis­tre socia­liste qui « ne pense plus en fran­çais » mais « pense dans la langue de la finance inter­na­tio­nale ». Insupportable le fait de se décla­rer en désac­cord, quitte à le huer, avec BHL…

« Le CRIF fait de la poli­ti­que et moi j’ouvre mon coeur » disait donc à juste titre un des fils de Mireille Knoll. François Heilbronn, pro­fes­seur Associé à Sciences-Po, don­nait en 2017 le contenu de cette poli­ti­que en appe­lant à reje­ter à la fois JLM et MLP déjà mis dans le même sac, « au nom de la démo­cra­tie et de la moder­nité », et sans le dire expli­ci­te­ment, à voter pour Fillon, ou pour Macron.

Tel est un des aspects de la poli­ti­que du CRIF qui consi­dère par ailleurs cou­pa­ble toute cri­ti­que à l’encontre du gou­ver­ne­ment israé­lien, mais plus, toute inter­ro­ga­tion sur les orien­ta­tions de ce gou­ver­ne­ment. Ainsi, les res­pon­sa­bles du CRIF sont sou­vent assez prompts à reconnai­tre les vertus de la laï­cité dans la répu­bli­que fran­çaise sans s’inter­ro­ger une seconde sur le carac­tère pro­fon­dé­ment anti démo­cra­ti­que, sclé­rosé et réac­tion­naire de l’état reli­gieux en Israel, carac­tère qu’ils dénon­cent par ailleurs à juste titre dans des états arabes où la loi du Coran et d’Allah est la seule en vigueur.

La posi­tion prise par le CRIF est dou­ble­ment cou­pa­ble. Pour la menace qu’elle fait peser sur l’unité répu­bli­caine d’abord, pour le com­mu­nau­ta­risme qu’elle incarne. Mais aussi pour le rejet qu’elle sus­cite, pour les consé­quen­ces qu’elle risque d’engen­drer au sein de fran­ges de la popu­la­tion comme d’une partie de la « gauche de la gauche » qui prô­nent des mesu­res de rétor­sion contre l’état d’Israel au nom de la poli­ti­que odieuse et tout à fait condam­na­ble qu’il mène à l’encontre des pales­ti­niens et des ter­ri­toi­res occu­pés. Cette vision d’Israel fort juste est en effet assez sélec­tive. Pour d’excel­len­tes rai­sons aussi, la liste des états qui méri­tent notre cour­roux est longue. La Turquie d’Erdogan qui assas­sine les kurdes dans un silence pra­ti­que­ment géné­ral…. Le Qatar ou autres émirats amis des gou­ver­ne­ments fran­çais, connus pour le res­pect qu’ils ont des prin­ci­pes élémentaires de la démo­cra­tie et des droits de l’homme…. L’Arabie Saoudite, sou­tien comme les pré­cé­dents de grou­pes ter­ro­ris­tes, et par ailleurs grande amie des Etats unis d’Amérique…Etc…

Comme les assas­si­nats aveu­gles commis au nom d’Allah, le com­mu­nau­ta­risme menace de fait notre cadre répu­bli­cain. Ce sont les valeurs d’égalité, de fra­ter­nité, de liberté, mais aussi de laï­cité qui sont remi­ses en ques­tion. Les valeurs qui per­met­tent encore de vivre ensem­ble…