Accueil > Actualité > Le programme commun avant le casting

Le programme commun avant le casting

par Denis COLLIN, le 26 mai 2020

Enregistrer au format PDF

Le pro­gramme commun avant le cas­ting

L’élection pré­si­den­tielle aura eu lieu dans moins de deux ans. Donc, nous com­men­çons à voir le défilé des vedet­tes pour le cas­ting du pre­mier tour, en atten­dant le second. La « gauche libé­rale » vague­ment de gauche a fait sa tri­bune (voir notre arti­cle dans La Sociale). Les Valls, Royal, Hollande font déjà un tour de piste (bon­jour la nou­veauté !). On parle d’Hidalgo si, comme c’est vrai­sem­bla­ble elle conserve la mairie de Paris. Mélenchon est entré en cam­pa­gne, Jadot ne cache pas ses ambi­tions, le PCF cher­che un « can­di­dat d’union » qui ait son agré­ment… Le carac­tère délé­tère des ins­ti­tu­tions de la Ve République et de l’élection du pré­si­dent au suf­frage uni­ver­sel pro­duit ses habi­tuels rava­ges.

Avant de trou­ver le bon acteur, com­men­çons par déli­mi­ter les objec­tifs.

Il faut tout faire pour sortir Macron et sa clique sans redon­ner le pou­voir à la « droite » (LR avec ou sans EM) qui ser­vira le même plat. On les connaît.

Pour attein­dre cet objec­tif, il faut ras­sem­bler le peuple, c’est-à-dire le « petit peuple », les gens qui se lèvent tôt, qui font tour­ner le pays en cas de grosse crise, comme on l’a vu et comme on le voit encore, les sala­riés, les chô­meurs, les indé­pen­dants et les dépen­dants. Bref, le bloc du bas.

Pour ras­sem­bler ce bloc popu­laire (qui n’est pas limité au « peuple de gauche » dont une bonne partie est passée défi­ni­ti­ve­ment du côté de la droite macro­niste), il est néces­saire de mettre en avant les mesu­res d’urgence natio­nale. Les pali­no­dies autour de l’accord Merkel-Macron et les batailles dans un bassin bruxel­lois entre les pré­ten­dus « fru­gaux » — quelle blague ! — et les « dépen­siers » ne concer­nent qu’une seule ques­tion : com­ment faire payer aux tra­vailleurs et à tous ceux d’en bas le prix de la crise du Covid-19 ? Il faut redon­ner à notre peuple la pos­si­bi­lité de choi­sir son destin et donc deux mesu­res s’impo­sent :

  • Sortir de l’euro et battre monnaie selon notre volonté souveraine.
  • Bâtir un plan de reconstruction de notre souveraineté, c’est-à-dire de reconstruction de l’appareil productif pour la défense du « made in France ».
    Ensuite, il est nécessaire de faire du nettoyage, et donc de balayer toutes les lois antisociales et liberticides de la clique Hollande – Macron, car les deux ne font qu’un. Donc envoyer définitivement à la poubelle la « réforme » des retraites, abroger la réforme de l’assurance-chômage, abroger la « loi travail » de Macron ainsi que la loi dite El Khomry, rétablir pleinement les diverses institutions représentatives et garantir l’indépendance des syndicats contre toutes les tentatives « verticalistes ».

Un autre point devrait faire consen­sus : en finir avec le CICE, réta­blir l’ISF et abro­ger la « flat tax » sur les reve­nus de ceux qui gagnent de l’argent en dor­mant. Une aug­men­ta­tion sérieuse du SMIC et le rat­tra­page des salai­res dans les sec­teurs qui ont beau­coup perdu s’impose également.

Enfin, il est abso­lu­ment néces­saire de s’enga­ger dans une grande réforme ins­ti­tu­tion­nelle, qui pour­rait être adop­tée par une assem­blée cons­ti­tuante, le cas échéant et qui nous ferait reve­nir à la répu­bli­que par­le­men­taire (le Parlement fait les lois et pas le gou­ver­ne­ment avec des décrets) et l’exé­cu­tif se contente d’exé­cu­ter — un minis­tre est un ser­vi­teur, on ne devrait jamais l’oublier. Il faut établir l’indé­pen­dance réelle de la jus­tice et redon­ner au pou­voir judi­ciaire les pré­ro­ga­ti­ves que le régime d’excep­tion lui a ôtées. Pour que le pou­voir légis­la­tif repré­sente hon­nê­te­ment le peuple dans sa diver­sité et empê­cher que la déci­sion revienne au petit quart des pri­vi­lé­giés, il faut établir la pro­por­tion­nelle. Enfin, l’orga­ni­sa­tion du pays doit reve­nir à son socle répu­bli­cain : les com­mu­nes et les dépar­te­ments — s’il y a besoin d’entraide on peut faire des coo­pé­ra­tions à la carte.

On peut amé­lio­rer cette ébauche de pro­gramme. Il fau­drait sans doute défi­nir des pers­pec­ti­ves à moyen et à long terme. Nous en avons déjà esquissé quel­ques-unes sur ce site. Mais si on com­men­çait par des comi­tés pour un pro­gramme commun de défense du peuple, on pour­rait abor­der en de bonnes condi­tions les pro­chai­nes échéances.

Le 26 mai 2020 — Denis Collin