Accueil > Débats > L’été meurtrier pour les Droits de l’Homme !

L’été meurtrier pour les Droits de l’Homme !

par Jean-Louis ERNIS, le 8 septembre 2020

Enregistrer au format PDF

Peut-être consi­dé­rez-vous que le sujet est traité tar­di­ve­ment, mais la période des congés conduit à des déca­la­ges dans le temps.
Cependant, la défense des Droits de l’Homme n’est pas sou­mise à péremp­tion.
Pour la plu­part des médias et nombre d’afi­cio­na­dos l’évènement majeur du mois d’août aura été le par­cours du Paris St Germain foot dans le tour­noi euro­péen.
Les jours pré­cé­dant le 23 août, date de la finale face au pres­ti­gieux Bayern, on ne pou­vait écouter la radio, regar­der la télé­vi­sion, sans tomber sur les com­men­tai­res dithy­ram­bi­ques concer­nant le PSG et ses acteur mul­ti­mil­lion­nai­res.
Le peuple foo­teux, affamé de dis­cours et de com­men­tai­res pué­rils, en a eu pour son argent.
Moment béni pour les publi­ci­tai­res qui ont pu four­guer dans les peti­tes cer­vel­les leurs mes­sa­ges consu­mé­ris­tes. Business, busi­ness, la boucle est bou­clée !
Hélas, cette bien-pen­sance média­ti­que s’est conten­tée de com­men­ter l’écume, se gar­dant bien d’expli­quer ce qu’il y a sous cette écume !
Et pour­tant, pour un indi­vidu un tan­ti­net citoyen, il semble que l’essen­tiel se situe pré­ci­sé­ment sous cette écume.
Dans un pre­mier temps, il paraî­trait plus hon­nête de parler de Qatar St Germain foot et de s’inté­res­ser à ceux qui uti­li­sent un sport popu­laire, pour avan­cer mas­qués des pions poli­ti­ques, reli­gieux et mer­can­ti­les.
Que les médias, dans leur immense majo­rité, jouent la mouche du coche/busi­ness, pré­fé­rant être du côté du mar­teau plutôt que de l’enclume, nous sommes habi­tués !
Que des indi­vi­dus aient choisi le foot comme défou­loir pro­pice aux excès est devenu une triste réa­lité dans notre société désar­ti­cu­lée, mais le mutisme du monde asso­cia­tif por­teur de la défense des Droits de l’Homme et de l’émancipation des femmes est pour le moins sidé­rant.
Le Qatar, bailleur de fonds du club foot de la capi­tale, n’est pas n’importe quel pays.
Ce qui est com­mu­né­ment appelé « argent sale » y cir­cule aisé­ment.
Qui peut croire que le monde asso­cia­tif, se reven­di­quant de l’huma­nisme, ignore ce qui se passe dans cet émirat ?
Qui peut croire en l’igno­rance d’une pra­ti­que escla­va­giste dans ce pays où l’islam inté­griste fait force de loi ?
La main d’œuvre, sur­tout celle affec­tée aux tra­vaux péni­bles, est assu­rée par dépor­ta­tion de jeunes hommes venant des régions pau­vres d’Asie, à qui on fait croire à l’eldo­rado social. C’est par cette pra­ti­que que sont cons­truits les stades censés accueillir la Coupe du Monde de foot­ball en 2022, obte­nue par pots de vin et autre cor­rup­tion.
D’ailleurs, le Président du PSG n’est-il pas soup­çonné d’avoir trempé dans cette cor­rup­tion ?
Sur les chan­tiers de cons­truc­tion de ces tem­ples du sport/busi­ness, quel­ques ouvriers escla­ves per­dent la vie mais « géné­reu­se­ment » leurs employeurs-négriers paient « le retour au pays » du sacri­fié et de son embal­lage !!!
Il se dit que le rythme de ces morts sur les chan­tiers serait d’un par semaine.
Pas assez cer­tai­ne­ment pour qu’en occi­dent cela fasse scan­dale !
L’autre sidé­rant silence nous vient des mou­ve­ments de libé­ra­tion des femmes.
Au Qatar, le patriar­cat est un mode de fonc­tion­ne­ment indé­pas­sa­ble de cet émirat, comme d’autres d’ailleurs, mais hélas pas seu­le­ment, car l’islam n’a pas le mono­pole en la matière !
La femme est non seu­le­ment réduite à l’état de ser­vante, mais aussi à celui d’objet et très sou­vent de souf­fre-dou­leur.
Voilà, me semble-t-il, ce que nous aurions dû enten­dre venant des orga­ni­sa­tions de défense des Droits de l’Homme et de la dignité de la femme : une révolte face à l’exploi­ta­tion humaine.
Il n’y a pas que la vio­lence à l’égard des Gilets Jaunes et l’affaire « Me Too » à mettre en évidence.
Toute forme de vio­lence et d’avi­lis­se­ment doit être dénon­cée et com­bat­tue, y com­pris les plus sour­noi­ses.