Accueil > Actualité > Incompétents, corrompus, menteurs, méchants ou bêtes comme leurs (...)

Incompétents, corrompus, menteurs, méchants ou bêtes comme leurs pieds.

par Denis COLLIN, le 7 novembre 2020

Enregistrer au format PDF

Incompétents, cor­rom­pus, men­teurs, méchants ou bêtes comme leurs pieds.

Jupiter avait annoncé des tests rapi­des, pas le gou­pillon PCR. N’y en pas ! L’hôpi­tal ne vous reçoit pour une inter­ven­tion que vous avez un test Covid néga­tif de moins de 72h, mais il y a des endroits où le résul­tat est à cinq jours (si tout va bien). Votre col­lè­gue est testé posi­tif au Covid. Vous voulez vous faire tester ? Que nenni ! Il faut atten­dre 7 jours, le temps de voir si vous êtes mala­des. Ici et là on peut obte­nir des tests rapi­des… mais la frac­ture phar­ma­co­lo­gi­que est encore plus pro­fonde que la frac­ture numé­ri­que.

Hier le gou­ver­ne­ment annonce 4285 per­son­nes en réa­ni­ma­tion (en fait sous ce terme on met pres­que tout : sur­veillance conti­nue, oxy­gé­na­tion et intu­ba­tion) et Véran (vous savez le Joe Dalton du gou­ver­ne­ment) annonce que 85% des lits de réa­ni­ma­tion sont occu­pés et que donc la catas­tro­phe est proche. Donc il n’y a que 5000 lits alors que Macron en annon­çait plus de 6000 et que Véran annon­çait le même chif­fre il y a quel­ques semai­nes en ajou­tant qu’on pou­vait aisé­ment passer de 6000 à 12000... Mensonges, mani­pu­la­tions.

C’est la guerre ? Oui, celle de 40 avec les Gamelin et les Pétain. Au prin­temps Jacques Julliard, un gau­chiste bien connu, disait que la conduite de la lutte contre l’épidémie était la pire défaite d’un gou­ver­ne­ment fran­çais depuis 1940. Nous sommes en automne et on remet ça.

Dans ce chaos, il y a quel­ques signaux inquié­tants. À l’assem­blée, alors que les LREM se trou­vaient en mino­rité et que l’oppo­si­tion allait voter l’amen­de­ment LR limi­tant au 14 décem­bre l’état d’urgence sani­taire, Véran, tré­pi­gnant comme Joe Dalton en colère, lance aux dépu­tés « sortez d’ici » ! Incapable de se contrô­ler, cet homme se laisse aller et exprime le fond de sa pensée : il faut chas­ser ce Parlement dès lors qu’il n’est plus un simple machine à voter ce qu’on lui dit de voter. Ce injonc­tion lancée par un minis­tre dans l’enceinte du par­le­ment est gra­vis­sime. Si nous vivions dans une répu­bli­que, Véran aurait dit immé­dia­te­ment faire de plates excu­ses et remet­tre sa démis­sion. Mais nous ne vivons pas dans une répu­bli­que. Comme si cela ne suf­fi­sait pas, la loi votée a été pure­ment et sim­ple­ment annu­lée par un vote obtenu le len­de­main après que ban et l’arrière-ban des mou­tons LREM aient été rameu­tés. L’exé­cu­tif s’essuie les pieds sur les par­le­men­tai­res.

Deuxième signal inquié­tant. Castex, l’Ubu-roi qui tient lieu de pre­mier minis­tre, est revenu à plu­sieurs repri­ses sur le fait que les « gestes bar­riè­res » valent aussi à l’inté­rieur, en famille.Ainsi on devrait rester masqué une fois rentré chez soi. Même pour faire l’amour ? Quand aux enfants, pour ne pas rame­ner de l’école le virus devraient manger dans leur coin. Mesurons bien ce qui est en cause. Pour l’heure il n’est pas encore ques­tion d’envoyer la police dans les demeu­res pri­vées, mais ça peut venir, par exem­ple en uti­li­sant la déla­tion. Mais c’est aussi révé­la­teur de la société (« le monde d’après ») que ces gens pré­pa­rent : une société d’indi­vi­dus sans rap­ports les uns avec les autres que les rap­ports sur­veillés et auto­ri­sés par le gou­ver­ne­ment. La société tota­li­taire est en marche.

C’est peut-être le sens qu’il faut donner à l’appel du forum de Davos à un «  Great Reset  », une grande réi­ni­tia­li­sa­tion, en pro­fi­tant de la « fenê­tre d’oppor­tu­nité » que donne la pan­dé­mie. Derrière la bêtise et la méchan­ceté, il y a peut-être une cohé­rence qui devrait nous aler­ter.