Accueil > International > Résister à la Turquie d’Erdogan

Résister à la Turquie d’Erdogan

par Denis COLLIN, le 24 décembre 2020

Enregistrer au format PDF

Je lis cette nouvelle : « Après sa condamnation, ce lundi matin, par un tribunal turc à 22 ans et trois mois de prison, l’ancienne députée du Parti démocratique des Peuples (HDP) et coprésidente du Congrès pour une Société démocratique (DTK), Leyla Güven, a été arrêtée dans la soirée, à Amed (Diyarbakir). » Le sort de la démocratie en Turquie intéresse-t-il quelqu’un dans nos bonnes vieilles démocraties mises sous l’étouffoir des états d’urgence successifs ? Visiblement pas.

Le sultan d’Ankara monte pro­vo­ca­tion mili­taire sur pro­vo­ca­tion mili­taire contre la Grèce. La France condamne un peu et le reste de l’UE se tait. Lâchement. Poursuivant la vieille entre­prise géno­ci­daire contre l’Arménie, le sultan est à peine répri­mandé par deux ou trois pays. Il étend ses réseaux en Libye, ce pays dis­lo­qué par Obama et Sarkozy : pas de réac­tion.

On apprend dis­crè­te­ment qu’un digni­taire erdo­ga­niste est arrêté en entrant dans la zone UE por­teur de 100 kg d’héroïne. Veysel Filiz n’est pas n’importe qui ! Il a été vice-pré­si­dent du Cojep, l’orga­ni­sa­tion de l’AKP en Europe, c’est-à-dire l’orga­ni­sa­tion de la « cin­quième colonne » turque-frères musul­mans en Europe. Il est un des porte-parole de l’EMISCO (European Muslim Initiative for Social cohe­sion), une orga­ni­sa­tion de pro­pa­ga­tion de l’isla­misme en Europe, qui a compté Rokaya Diallo parmi ses admi­nis­tra­teurs et béné­fi­cie du sou­tien de toute la galaxie « fré­riste » fran­çaise. Il est aussi lié aux sinis­tres « Loups gris », l’orga­ni­sa­tion turque fas­ciste qui a récem­ment orga­nisé la chasse aux Arméniens dans quel­ques villes de France. À lui seul, il sym­bo­lise le lien étroit entre la pro­pa­gande isla­miste, les réseaux FM, les tra­fi­quants et les mafias. Notons qu’on le retrouve parmi les signa­tai­res de péti­tions contre l’isla­mo­pho­bie… Sur ces gens, comme sur le scan­dale sexuel où est impli­qué le pré­si­dent de l’EMISCO, l’infor­ma­tion se fait plus que dis­crète. La police n’a com­mu­ni­qué sur l’arres­ta­tion de Veysel Filiz que 15 jours après les faits.

Alors que la Russie est vili­pen­dée (par­fois à juste titre et sou­vent de manière tota­le­ment extra­va­gante) par la grande presse, la Turquie est bizar­re­ment épargnée. Sans doute le chan­tage à l’isla­mo­pho­bie et l’auto­cen­sure finis­sent-ils par étouffer toutes les infor­ma­tions embar­ras­san­tes. Il faut aussi noter les énormes inté­rêts économiques liés à la Turquie, inté­rêts alle­mands bien sûr, mais aussi fran­çais : Renault est par­te­naire de l’armée turque dans la « joint ven­ture » qui cons­truit une part impor­tante des voi­tu­res Renault en Turquie. La Turquie, pilier de l’OTAN, a aussi le sou­tien de Washington.

La Turquie cons­ti­tue aujourd’hui un danger sérieux, non seu­le­ment pour la paix au Proche et Moyen Orient, mais aussi pour la paix civile chez nous. Les réseaux AKPistes sont très actifs en France, en Allemagne et en Belgique où ils béné­fi­cient d’une immu­nité qui se rap­pro­che de la com­pli­cité. Il faut chan­ger radi­ca­le­ment de poli­ti­que vis-à-vis de la Turquie d’Erdogan. Il faut pren­dre vigou­reu­se­ment la défense des Kurdes, être réso­lu­ment avec les Arméniens contre l’impé­ria­lisme otto­man et ainsi sou­te­nir toute l’oppo­si­tion popu­laire démo­cra­ti­que au régime Erdogan.