Accueil > Actualité > A propos de la situation israélienne

A propos de la situation israélienne

par LA SOCIALE, le 16 mai 2021

Enregistrer au format PDF

La situa­tion qui se déroule en Israël et dans la bande de Gaza prend un tour inédit. Les affron­te­ments qui jusque là avaient pour cadre les ter­ri­toi­res occu­pés se sont trans­por­tés au sein même de l’état d’Israel. Les israé­liens juifs et les israé­liens arabes s’oppo­sent avec la plus grande vio­lence. Les scènes de lyn­chage fil­mées en direct et dif­fu­sées à la télé­vi­sion israé­lienne se suc­cè­dent. Ce qui est en train de se des­si­ner res­sem­ble à un début de guerre civile par­ti­cu­liè­re­ment san­glante. Le carac­tère reli­gieux entre juifs et arabes est mis en avant pour brouiller les cartes, inter­dire une bonne com­pré­hen­sion de la réa­lité et tenter de trou­ver une issue sociale et poli­ti­que.

De son côté Benjamin Netanyahu, à la tête de l’état d’Israël, dit condam­ner les vio­len­ces dont sont vic­ti­mes les arabes lyn­chés par des mili­tants israé­liens d’extrême droite alors que sa poli­ti­que est au point de départ de cette situa­tion iné­dite. Ce sont en effet une série d’expro­pria­tions d’arabes au sein de Jérusalem qui a mis le feu aux pou­dres, entrai­nant le début des affron­te­ments sur l’espla­na­des des mos­quées. C’est la logi­que d’expan­sion que mène le gou­ver­ne­ment israé­lien qui fran­chit un pas et pro­duit la réac­tion mas­sive d’une popu­la­tion arabe qui au sein d’Israel est brimée et dans les ter­ri­toi­res est affa­mée, sans pers­pec­tive d’avenir.

De l’autre coté la direc­tion du Hamas est inca­pa­ble de répon­dre aux besoins quo­ti­diens de la popu­la­tion pales­ti­nienne. Dans l’envoi des roquet­tes et l’esca­lade, elle trouve un bon déri­va­tif, comme le pré­si­dent israé­lien qui dans la riposte mili­taire voit le moyen de faire momen­ta­né­ment oublier qu’il y a encore peu, il était pour­suivi par les tri­bu­naux israé­liens pour faits de cor­rup­tion notam­ment. Hamas et Netanyahu sont sur une ligne com­mune dont pâtis­sent israé­liens et toutes ori­gi­nes et arabes des ter­ri­toi­res occu­pés.

Au même titre qu’il est absurde de voir taxer toute cri­ti­que de la poli­ti­que israé­lienne d’anti­sé­mi­tisme, il est into­lé­ra­ble dans les mani­fes­ta­tions de sou­tien au peuple pales­ti­nien de voir dési­gner les juifs en géné­ral comme res­pon­sa­bles de la situa­tion alors que nom­breux sont ceux qui en israël s’oppo­sent à la poli­ti­que réac­tion­naire et colo­nia­liste de Netanyahu qui porte la res­pon­sa­bi­lité de la situa­tion.

La dif­fi­culté d’une solu­tion poli­ti­que se heurte à un double écueil.

  • Premier écueil : la volonté de la direction israélienne de maintenir sa politique de colonisation avec les conséquences que l’on connait : minorité arabe victime de discrimination, notamment à l’emploi, confiscation des terres notamment des municipalités arabes, discriminations liées à l’habitation, exclusion de la population arabe israélienne de services de l’Etat, etc…
  • Deuxième écueil : l’incapacité de l’autorité palestinienne ultra corrompue, dont les membres les plus capables ont été soit assassinés, soit emprisonnés, soit ont pris la route de l’exode, d’offrir une perpective politique au peuple palestinien. Dans cette situation, le champs libre est laissé au Hamas, mouvement islamiste lié à l’Iran, avec les conséquences qui éclatent au grand jour.

La situa­tion actuelle illus­tre l’échec des ten­ta­ti­ves pas­sées d’ins­tau­rer une cons­ti­tuante israélo pales­ti­nienne per­met­tant aux peu­ples de vivre et de cons­truire ensem­ble. Aujourd’hui, cette pers­pec­tive se trouve sup­plan­tée par la néces­sité de ras­sem­bler les israé­liens et les arabes sur leurs inté­rêts sociaux et économiques com­muns qui dépas­sent la ques­tion confes­sion­nelle.

En atten­dant l’évolution des dis­cus­sions qui se dérou­le­ront dans l’enceinte de l’ONU, la solu­tion à la situa­tion d’urgence actuelle exige des répon­ses immé­dia­tes sur les ques­tions les plus urgen­tes :

  • L’arrêt immédiat de toute expropriation, de toute vision expansionniste du gouvernement israélien au détriment des populations arabes.
  • L’arrêt immédiat de toute vision expansionniste de l’état d’Israel, de colonisation, et d’installation de colons donc sur les terres habités par des palestiniens.
  • La restitution des territoires, terres et habitations aux palestiniens qui ont été expropriés de leurs biens ;
  • La levée de l’embargo qui frappe les territoires palestiniens.

C’est dans ce sens, en réaf­fir­mant le droit à la créa­tion d’un état pales­ti­nien et en même temps le droit à l’exis­tence de l’état d’israël, reconnais­sant les mêmes droits à ses dif­fé­ren­tes com­po­san­tes, qu’une solu­tion pourra être déga­gée. Cela passe par le combat vic­to­rieux contre les pou­voirs cor­rom­pus qui s’exer­cent aujourd’hui en Israel et dans la bande de Gaza, contre les pou­voirs de Netanyahu et du Hamas.

Au sein d’Israel, des forces exis­tent qui por­tent ces aspi­ra­tions.
Dans les ter­ri­toi­res occu­pés, l’émergence d’une direc­tion poli­ti­que formée, hon­nête et volon­taire est une néces­sité pour rem­plir le vide que le Hamas comble au détri­ment de l’inté­rêt des pales­ti­niens.

L’ensem­ble des éléments qui se déga­gent doi­vent être encou­ra­gés et aidés pour aller dans la voie d’un règle­ment poli­ti­que qui res­pecte l’inté­rêt des dif­fé­rents peu­ples en pré­sence.

Messages

  • Vidéo de l’INA d’une conférence de presse de De Gaulle analysant la situation au Moyen-Orient en 1967.
    Sa réflexion n’a pas pris une ride !
    Tu m’étonnes !!!
    https://www.youtube.com/watch?v=rZyjjVQUG5k

  • @Jean Paul B

    Bonsoir.
    Sauf que du temps de De Gaulle, on était une Nation souveraine, on pouvait donc se permettre d’être non-alignés.

    Merci à Chirac/Sarko/Hollandréou, de nous avoir ligotés dans le commandement de l’OTAN, et merci à Mitterrand et aux "Maastrichtiens" de nous avoir enfermés dans la geôle U€.

    On nzme peut pas comparer des situations qui ne sont absolument pas comparables.

  • @Duplaissy
    Bien entendu pour moi le seul nom de De Gaulle est toujours synonyme de Souveraineté !
    Par contre je rappelle que le Peuple, s’il le souhaite, peut toujours décider à chaque élection nationale (législatives, présidentielle) d’aider à recouvrer la Souveraineté Nationale en évitant soigneusement de choisir les bulletins portant les noms des candidats ou des partis qui n’envisagent pas de quitter l’UE.
    C’est vrai que cela peut prendre du temps, mais il n’y a pas d’autre moyen en démocratie !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.