Accueil > Actualité > Taha Bouhafs, l’islamisme politique et la gauche ...

Taha Bouhafs, l’islamisme politique et la gauche ...

par Jacques COTTA, le 11 mai 2022

Enregistrer au format PDF

Après le retrait de Taha Bouhafs de l’inves­ti­ture qui lui avait été accor­dée par la FI sous le sigle NUPES à Vénissieux, les argu­ments de res­pon­sa­bles de la FI qui pro­tes­tent sont aussi cré­tins que la ficelle uti­li­sée est grosse.

1/ Clémentine Autain, coche toutes les cases en évoquant "un jeune homme sans diplôme, issu des quar­tiers popu­lai­res et de l’immi­gra­tion ». Alexis Corbières et Eric Coquerel y vont aussi de leur petite phrase, et ceux qui ver­ront dans ces prises de posi­tion celles d’élus can­di­dats dans des cir­cons­crip­tions com­mu­nau­ta­ri­sées auront l’esprit mal tourné. Jusqu’à Jean Luc Mélenchon lui—même qui voit en Bouhafs "la vic­time d’une meute qui s’est achar­née ».

Mais pour­tant, il aurait suffi que le prin­ci­pal inté­ressé aborde cal­me­ment les sujets qui lui sont oppo­sés, notam­ment ses qua­li­fi­ca­tifs sur « Charlie », ses propos sur « la pute blan­che », ou plus sérieu­se­ment ce qu’il pense du "Parti des indi­gè­nes de la République", ou encore des "frères musul­mans", offi­ci­nes de l’isla­misme poli­ti­que.
Qu’il dise un mot de ce qu’il a res­senti comme on dit, lors de la mani­fes­ta­tion « contre l’isla­mo­pho­bie » qui à quel­ques pas du Bataclan a vu ses orga­ni­sa­teurs lancer « Allahu akbar ».
Bref, dire un mot de la laï­cité au regard des erreurs qu’il a pu com­met­tre et qu’il devrait reconnai­tre.

Mais rien.

Il faut donc en conclure que selon lui tout cela ne serait qu’anec­do­ti­que et que les erreurs évoquées ne seraient que pure inven­tion… Non, la situa­tion de Bouhafs, vu son silence sur le fond, est le pro­duit de Bouhafs, et de per­sonne d’autre, même si évidemment cer­tains ne man­quent pas d’ins­tru­men­ta­li­ser la situa­tion.

2/ Quant aux res­pon­sa­bles de la FI, leur posi­tion est lamen­ta­ble. Car eux aussi nient le fond du sujet en fai­sant de Taha Bouhafs un pseudo mar­tyre "vic­time de la haine anti jeune, anti cités, anti immi­gra­tion".

Non, les jeunes, les habi­tants des cités, la popu­la­tion issue de l’immi­gra­tion n’a rien à voir avec les propos non démen­tis de Bouhafs. Et la posi­tion des chefs de la FI revient à assi­mi­ler tout pra­ti­quant musul­man, tout immi­gré, à un isla­miste dont les posi­tions sont étrangères à nos valeurs répu­bli­cai­nes. Sans doute pour parler plus fort d’isla­mo­pho­bie au détri­ment des vraies ques­tions qui ani­ment toute la société, notam­ment les mesu­res du pré­si­dent que la gauche a contri­bué à faire élire...

Jacques Cotta
Le 11 mai 2022

Messages

  • D’accord avec votre analyse du cas Bouhafs (tant d’autres candidats LFI-NUPES ne sont pas "blanc-bleu" et trainent les mêmes casseroles Twitter !))
    Sur un autre sujet encore plus important, Mélenchon propose la retraite à taux plein à 60 ans, mais à condition d’avoir cotisé... 40 ans !
    Qui pourra profiter de cette mesure sociale en sachant que le premier véritable emploi commence pour beaucoup au mieux à 24-25 ans ?
    La retraite à 60 ans est possible pour le plus grand nombre à la seule condition de revenir aux 37,5 années de cotisations nécessaires. J’ajoute que le montant de la pension doit être calculé sur les 10 meilleures années et non sur les 25 comme actuellement ou sur toute la carrière comme le propose Macron.
    Cette proposition de l’âge de départ à la retraite par Mélenchon et la NUPES n’est donc qu’une vulgaire arnaque de politicien madré qui dans la réalité diffère peu de celle faite par Macron !

  • Il me semble qu’on ne peut dire que c’est à l’insu de leur plein gré que ces cadres LFI ont tracé ces portraits élogieux du « jeune homme méritant ».

    Et d’ailleurs, sur le fond, ce n’est pas là-dessus que l’intéressé est « tombé » preuve sans conteste que cela ne dérange nullement les « insoumis » (apparemment pas insoumis à tout).

    Tout cela, comme vous l’écrivez importe peu.

    Par contre, comme sur les campus US, le crime suprême est d’être accusé d’agression sexuelle (dois-je souligner que je n’ai aucune tendresse à cet égard ?). Wokes jusqu’au bout..

    Par contre, je ne suis pas d’accord avec la première phrase de votre dernier paragraphe, non pas parce que j’essentialise la population immigrée mais parce qu’une partie d’entre elle a suivi les communautaristes du type Taha Bouhafs (ce que vous rappelez indirectement en soulignant les positions d’élus dans des circonscriptions communautarisées), imans et prédicateurs.
    On ne gagnera rien à le nier,

    Il vaut infiniment plus de mettre en avant « les vraies questions qui animent toute la société, renvoyant la religion à l’affaire privée qu’elle devrait être.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.