Accueil > Editoriaux > Macron l’écolo

Macron l’écolo

par Jacques COTTA, le 1er juillet 2020

Enregistrer au format PDF

Emmanuel Macron serait depuis le deuxième tour des muni­ci­pa­les le meilleur écolo de France. Risible certes, mais pas seu­le­ment. Tout cela repose sur un tour de pres­ti­di­gi­ta­tion lourd d’ensei­gne­ments pour la suite.

Le truc, comme dirait tout pres­ti­di­gi­ta­teur, est assez simple, appa­rent, lim­pide en quel­que sorte.

  • Première étape : Avant le deuxième tour des municipales, fort judicieusement, le chef de l’état avait convoqué une convention citoyenne pour le climat rassemblant 150 tirés au sort chargés de formuler des propositions. N était-ce pas la preuve que son souci était bien celui de l’écologie ?
  • Deuxième étape : les municipales qui ont donné la victoire sur la base d’un taux d’abstentions record aux listes « EELV et associés » dans six grandes villes de France étaient baptisées « vague verte » par la propagande gouvernementale. Une fois encore l’abstention passait comme si de rien n’était, comme le fait d’ailleurs que France profonde est demeurée indifférente à cette écologie des villes.
  • Troisième étape : Macron posait pour la photo au milieu de sa convention, félicitant les tirés au sort pour leur travail, reprenant disait-il la presque totalité de leurs propositions, s’affichant comme l’homme en phase avec les préoccupations écologiques des français. Et le tour était joué !

Mais reve­nons à la réa­lité. Tout cela n’est mal­heu­reu­se­ment que tam­bouille poli­ti­cienne.

Pour l’essen­tiel les inno­va­tions écologiques pro­po­sées sont très limi­tées. Les pro­po­si­tions faites étaient déjà dans les tuyaux, et comme tous les obser­va­teurs un peu sérieux s’accor­dent à le dire, c’est à la marge de la marge que se situent les sug­ges­tions.

Pour l’impor­tant, trois ques­tions sont assez révé­la­tri­ces.

  • d’abord la 5G qui suscite des réserves tant d’un point de vue écologique -il faudra par exemple multiplier le nombre d’antennes relais par 8- que d’un point de vue économique ou sanitaire. Bien que de nombreux scientifiques, médecins, ou encore simples citoyens jugeraient plus prudent de la voir suspendue pour permettre des enquêtes approfondies sur ses méfaits éventuels, elle est maintenue ! Il s’agit en fait d’une affaire de gros sous pour les donneurs d’ordre de la macronie.
  • Ensuite le refus d’une taxe de 4% sur les dividendes qui mécontenterait la clientèle macronienne.
  • Enfin le CETA, accord de libre échange qui s’oppose à nos productions locales au nom du moindre coût, qui organise à terme la disparition supplémentaire de dizaines de milliers de paysans français demeure une des priorités de la Macronie. Là encore les intérêts de quelques suppôts de la REM s’imposent, faisant voyager les marchandises sur les océans pour aboutir dans nos assiettes, garnies d’OGM ou autres produits interdits ici, mais autorisés ailleurs.

Ce qu’Emmanuel Macron reprend à son compte cor­res­pond à la ten­ta­tive de déve­lop­per ce fameux « capi­ta­lisme vert » pour tenter de jugu­ler la crise. Evidemment sur le fond, l’écologie est mal barrée pour parler vite… Ce qui en res­tera pour les citoyens est une écologie puni­tive qui sub­sti­tue la morale aux mesu­res, la répres­sion à l’adhé­sion.

Mais pour Macron la « ver­dure » cons­ti­tue sans doute le seul filet d’air envi­sa­gea­ble en ce moment pour éviter l’asphyxie. Car les vraies ques­tions socia­les frap­pent à la porte avec les cen­tai­nes de mil­liers de chô­meurs sup­plé­men­tai­res aux­quels sans doute le pré­si­dent et ses minis­tres conseille­ront de manger 6 fruits par jour, comme avait osé le faire Roselyne Bachelot en son temps, pour demeu­rer en bonne santé.

Tout cela est bien gros­sier. Mais après tout si ça mar­chait ? Emmanuel Macron vise les deux années qui vien­nent pour pré­pa­rer une réé­lec­tion qui lui per­met­trait sans doute de para­che­ver son oeuvre. Après le droit du tra­vail, après les retrai­tes, après l’assu­rance chô­mage, il pourra alors s’atta­quer au gros mor­ceaux pour lequel ses amis ban­quiers ou ges­tion­nai­res de fonds de pen­sions s’impa­tien­tent, la sécu­rité sociale et ses mil­liards.

Le vide sidé­ral qui s’oppose actuel­le­ment à la macro­nie lui permet d’envi­sa­ger un remake de 2017, une oppo­si­tion à Marine Le Pen qui joue­rait le rôle qui lui est dévo­lue par le sys­tème pour per­met­tre à Macron une réé­lec­tion. Seule la cons­ti­tu­tion d’un large bloc popu­laire, avec toute les diver­si­tés qui par­cou­rent le peuple dans son ensem­ble, serait à même de faire obs­ta­cle à cette éventualité. Un bloc popu­laire bâti non sur des allian­ces d’appa­reils qui sou­vent d’ailleurs ne repré­sen­tent qu’eux-mêmes, ou qui affir­ment une chose pour se ral­lier à son contraire, mais sur l’adhé­sion du peuple à un projet. Cela sans exclu­sive, dés lors que le projet est suf­fi­sam­ment clair pour éviter toute ambi­guïté sur le but à attein­dre : la reconquête de la sou­ve­rai­neté natio­nale dans tous les domai­nes, la ré-indus­tria­li­sa­tion, la re-loca­li­sa­tion, la mai­trise des fron­tiè­res et leur fer­me­ture si néces­saire, la natio­na­li­sa­tion des entre­pri­ses vita­les pour la Nation, le souci écologique, le vrai, insé­pa­ra­ble de la rup­ture avec le capi­ta­lisme, la reconquête des liber­tés, la prio­rité donnée à l’éducation, la démo­cra­tie aussi aujourd’hui bâillon­née notam­ment avec des médias pra­ti­que­ment tous aux mains de quel­ques oli­gar­ques sou­tiens de Macron.

Tout dépend donc de la réac­tion que le bloc popu­laire s’il se cons­ti­tue pourra pro­vo­quer. Macron l’écolo pour­rait alors médi­ter une des lois de la nature apparu dans la réa­lité d’une élection muni­ci­pale qu’il ne sert à rien de subli­mer. Les déchets finis­sent sou­vent en com­post, c’est à dire dans un pro­ces­sus de décom­po­si­tion, qui abou­tit notam­ment à leur dis­pa­ri­tion…

Jacques Cotta
Le 1er juillet 2020

Messages

  • Bonjour,
    je souscris à votre analyse sur l’imposture EELV et Macron. Je rejoins vos conclusions si pour vous "la reconquête de la Souveraineté nationale dans tous les domaines" signifie clairement la sortie simultanée des carcans que sont l’UE, de l’euro et de l’OTAN.

    Dans ces conditions le Bloc Populaire de type CNR pourra alors rapidement et durablement mettre en place une politique économique, sociale et environnementale destinée à satisfaire les besoins prioritaires des classes populaires de ce pays.

    Le chemin sera long et difficile pour y parvenir mais il n’y en a pas d’autre si l’on veut que la France existe encore et que son peuple maitrise son destin.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.