Accueil > Editoriaux > Seconde vague, vaguelette, ou Tsunami qui vient ?

Seconde vague, vaguelette, ou Tsunami qui vient ?

par Jacques COTTA, le 15 septembre 2020

Enregistrer au format PDF

Les mani­fes­ta­tions des GJ du 12 sep­tem­bre devaient mar­quer la seconde vague des mobi­li­sa­tions enga­gées depuis deux ans dans toute la France. Numériquement à Paris, il s’est plutôt agi d’une vague­lette. Mais à regar­der la France dans sa tota­lité, la poli­ti­que est bien dif­fé­rente de l’arith­mé­ti­que. En de nom­breux endroits la mobi­li­sa­tion a démon­tré une déter­mi­na­tion entière, un renou­vel­le­ment et un rajeu­nis­se­ment des trou­pes. Le pou­voir aurait tort de se sentir sou­lagé. Le reflux est le propre des grands bou­le­ver­se­ments qui vien­nent. Dans le domaine aqua­ti­que, il s’agit juste de la pré­pa­ra­tion des Tsunamis. Le domaine social ne fait pas excep­tion à la règle.

Le pou­voir a rôdé un dis­po­si­tif pour le moins dis­sua­sif basé sur une atteinte aux liber­tés sans pré­cé­dent, notam­ment avec les lois d’urgence dont la loi d’urgence sani­taire. Relayé par les médias, il a « établi » que tout mani­fes­tant est un « cas­seur » en puis­sance, et doit donc s’atten­dre à être traité comme tel. La réa­lité est évidemment à l’oppo­sée de cette pro­pa­gande.

Les forces de police très mas­si­ves déployées lors du cor­tège pari­sien, la stra­té­gie de la nasse, le gazage et le matra­quage sont main­te­nant la règle.

La néces­sité de deman­der le droit de mani­fes­ter, et non la simple décla­ra­tion de mani­fes­ta­tion, avec des par­cours pour le moins hasar­deux déci­dés par la pré­fec­ture de police, remet dans les mains de l’état major poli­cier l’ini­tia­tive des évènements, et donc des pro­vo­ca­tions éventuelles.
Il s’agit comme force de dis­sua­sion d’uti­li­ser la peur.

Tout cela est véri­fia­ble. Il suffit de voir le court repor­tage que j’ai tourné le 12 sep­tem­bre à Paris, « paro­les de cas­seurs », qui remet les réa­li­tés en place.

Mais cette poli­ti­que gou­ver­ne­men­tale est effi­cace. Il devient très dif­fi­cile de mani­fes­ter à Paris, d’autant que chez les GJ les dif­fé­rents grou­pes se « tirent la bourre » en appe­lant chacun dans son coin au lieu de mobi­li­ser ensem­ble et de façon uni­taire.

L’arith­mé­ti­que n’est cepen­dant pas la poli­ti­que.

Dans toute la France les mobi­li­sa­tions du 12 sep­tem­bre, même limi­tées, mar­quent une conti­nuité avec la volonté majo­ri­taire de défaire le pou­voir macro­nien et sa poli­ti­que. La situa­tion sociale qui s’annonce avec son cor­tège de licen­cie­ments et de mesu­res finan­ciè­res qui un peu plus tôt, un peu plus tard, vont s’abat­tre sur les fran­çais, annon­cent de fortes oppo­si­tions qui cher­che­ront à nou­veau les moyens de s’expri­mer. Comme cela est indi­qué par une mani­fes­tante pari­sienne, (voir là aussi « paro­les de cas­seurs »), « ça va se tasser, ça va se tasser jusqu’au jour où ça va débor­der et là ça fera très mal ».

La force des GJ a tou­jours été leur diver­sité et le contenu uni­fiant qui les a ras­sem­blé. La ques­tion sociale, le pou­voir d’achat, la jus­tice fis­cale, le tra­vail, le salaire, les ser­vi­ces publics, mais aussi l’aspi­ra­tion à la jus­tice et la démo­cra­tie ont été un moteur puis­sant. Toutes ces exi­gen­ces demeu­rent et ont la vie dure. En fait le moteur ne peut s’enrayer. Son car­bu­rant est Macron lui-même et sa poli­ti­que.

Il manque aujourd’hui une pers­pec­tive per­met­tant d’incar­ner le tous ensem­ble néces­saire, et pour les mobi­li­sa­tions socia­les, et pour les échéances poli­ti­ques à venir. Sur cette ques­tion cen­trale qui va ryth­mer la vie poli­ti­que pour les deux ans qui vien­nent, nous revien­drons dans les pro­chai­nes semai­nes.

Jacques Cotta
le 15 sep­tem­bre 2020

Messages

  • Sans conteste un tsunami… les masses monétaires (Ex nihilo, la fameuse « monnaie de singe ») injectées dans les circuits financiers sont considérables (et depuis la crise de 2008 dite mortgage-crisis – ou des subprimes) cette masse monétaire est tellement énorme, qu’elle se déplace lentement, très lentement, mais inexorablement sans que rien, ni personne ne puisse réellement l’immobilisée. Nous assisterons (impuissants ?) dans un premier temps à des plans sociaux (en fait des licenciements de masse) s’opérer, alors que les gouvernements occidentaux minimiseront le plus possible le phénomène (une crise systémique de grande ampleur), à coup d’éléments de langage, c.-à-d., propagande ou novlangue (baratin à tous les étages), le covid-19 aura bon dos bien entendu, et sera instrumentalisé à outrance ! La Grèce était malheureusement un ballon d’essai, et de nombreuses personnes tomberont inexorablement dans la misère…
    La perspective, elle existe, Jacques, le socle des GJ (malgré la propagande acharnée des médias aux ordres, notamment la dernière arnaque au sondage, le sondage bidon de l’Ifop réalisé par le parisien (et repris par de nombreux médias aux ordres), dont nous connaissons la notoire mauvaise foi) à l’adresse Internet suivante : https://fr.sputniknews.com/france/202009131044426087-la-part-des-francais-qui-sidentifient-comme-gilets-jaunes-en-baisse/
    Secundo, le socle de macron plafonne au mieux, (et ce, malgré le "renfort" du Modem) à environ 12%, il y aura donc de la marge ! D’ailleurs ce dernier temps, celui-ci a compris qu’il fallait accentuer l’International, et surtout le sociétal, et il compte bien sur l’interventionnisme outrancier des gauchistes de tous bords, pour l’aider à noyer le poisson…

  • Une bonne vieille recette, vieille comme le monde, créer de toutes pièces les éléments d’une peur irrationnelle et parfaitement infondée (en l’occurrence, le covid-19 et la sauvagerie inédite pour mater le mouvement social – majoritairement pacifique – des Gilets Jaunes), l’agrémenter de mensonges éhontés (depuis l’affaire benalla – aux dernières nouvelles, celui-ci est toujours aussi actif au sein même du personnel non-officiel élyséen, en même temps qu’au service de la macronie, affaire inlassablement dissimulée aux yeux des braves gens. Le roi républicain, actuellement – en apparence seulement – aux commandes, mais aussi grand serviteur de l’ultralibéralisme, et surtout des intérêts exclusivement étasuniens-européistes) croit dur comme fer, que tout lui réussira ad aeternam ; erreur funeste, la réalité le rattrapera toujours… et ça risque de lui faire très, très mal !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.