Accueil > Editoriaux > Crise du régime, Macron Chancelant

Crise du régime, Macron Chancelant

par Jacques COTTA, le 15 décembre 2020

Enregistrer au format PDF

L’écologie dans la cons­ti­tu­tion grâce à un réfé­ren­dum ?
Outre les ques­tions ins­ti­tu­tion­nel­les que cela pose, c’est l’inten­tion à ce stade qui mérite notre atten­tion. Emmanuel Macron cher­che à camou­fler la crise de régime. Il est « sur un volcan » comme le titrait à juste titre "le Parisien" du 6 décem­bre.

Les lois prises dans le cadre de la crise sani­taire, toutes cen­trées sur la res­tric­tion des liber­tés, ont sus­cité dans le pays un sur­saut inat­tendu. Des cen­tai­nes de mil­liers sont des­cen­dus dans la rue. Des jeunes très nom­breux sont venus indi­quer leur raz-le-bol aux côté de sala­riés, de retrai­tés qui n’en peu­vent plus d’être infan­ti­li­sés, soumis et mépri­sés.

Le gou­ver­ne­ment a pris de nou­vel­les mesu­res. Fichage poli­ti­que, syn­di­cal et reli­gieux seront auto­ri­sés comme dans les pires pays tota­li­tai­res. En même temps il uti­lise des pro­vo­ca­teurs qui tom­bent à pic pour faire jouer sa police trans­for­mée en milice privée. Loin de pro­té­ger les citoyens, une bonne part d’entre elle matra­que, cogne, agresse…

Alors un réfé­ren­dum sur le climat ?
Tentative ridi­cule pour tenter de se redo­rer le blason.

Quelle sera la ques­tion ?

  • ->Etes vous favorable à la lutte contre le réchauffement climatique ?
  • ->Etes vous partisans de préserver la nature ?
  • ->Etes vous pour ou contre la pureté de l’air ?

Evidemment quelle que soit la ques­tion, c’est un oui massif sous forme de plé­bis­cite camou­flant ses tris­tes réa­li­sa­tions qu’espè­rent Macron et les siens.

Un tel réfé­ren­dum en soi n’a stric­te­ment aucun inté­rêt. Tout le monde s’accorde sur ce point, sauf peut-être Jadot qui s’est pré­ci­pité pour appor­ter son sou­tien à l’ini­tia­tive.

Mais sous forme de plé­bis­cite il méri­tera tout notre inté­rêt.
En fait si la ques­tion est tra­duite par « Oui ou Non à Macron », alors le Non l’empor­tera et il s’agira de tout faire pour cela.

Peut-être est-ce bien d’ailleurs la pré­vi­sion macro­nienne non avouée clai­re­ment, mais lisi­ble entre les lignes. Lorsque Macron lui-même indi­quait en effet sur inter­net qu’il était pos­si­ble qu’il ne puisse se repré­sen­ter en 2022, peut-être pen­sait-il au désa­veu massif que les fran­çais lui adres­se­rait avant l’échéance.

Désaveu dans la rue, désa­veu dans les urnes…

Désaveu sous forme d’une volonté clai­re­ment affir­mée, « Macron Dehors ! ».

Jacques Cotta
Le 15 décem­bre 2020

Messages

  • « Macron Dehors ! »
    Et dire qu’il n’aurait même pas dû entrer...

  • Parfaitement d’accord avec le mot d’ordre « Macron dehors ! », mais il faut exiger en même temps la dissolution de l’Assemblée et l’élection d’une Assemblée Constituante au suffrage universel direct. Il est temps pour le peuple de repenser les règles du jeu politique. Sinon nous verrons apparaître assez vite par l’entremise des médias mainstream, un nouveau « sauveur », ce qui accentuerait le pire, dans lequel nous sommes déjà entrés hélas. A savoir la perspective inquiétante, face au « chaos » qu’on nous promettrait, d’une dictature « républicaine », plus ou moins franche, plus ou moins masquée.

  • Bonjour,
    comme à chaque échéance électorale qui "compte pour du beurre" (Européennes par exemple) il est nécessaire de faire oeuvre de salubrité publique en votant contre Macron et sa clique (en n’hésitant pas à utiliser le bulletin de la liste qui les empêchera d’arriver en tête, comme le bulletin RN en mai 2019 !).
    Pour un référendum de type "l’eau çà mouille, le feu ça brûle", il faut toujours prendre le bulletin qui contredit celui que l’on veut contrarier (et souvent c’est le NON).
    Ne jamais oublier que l’abstention ou le vote nul/blanc, même quand ils sont massifs, sont immédiatement "oubliés" par les analystes politiques (c’est leur mission !) et malheureusement par les citoyens eux-mêmes.

  • Jacques, pourrais-tu donner des précisions sur ta phrase : "Fichage poli­ti­que, syn­di­cal et reli­gieux seront auto­ri­sés comme dans les pires pays tota­li­tai­res". Si cela se concrétisait, y aurait de la "contestation" notamment du côté syndical et religieux !
    Amitiés du Sud-Est.

    • Bonjour,
      Les articles de loi autorisant le fichage sont d’ores et déjà en préparation et/ou adoptés. Ficher les citoyens sur leurs opinions politiques, religieuses ou syndicales est bien digne de la dictature.
      Sans doute les protestations syndicales et politiques se feront entendre. Mais plus ça tarde, plus cela affaiblit toute opposition, dans ce domaine comme dans d’autres....
      Amitiés,
      J

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.