Accueil > Editoriaux > Mascarade électorale

Mascarade électorale

par Jacques COTTA, le 1er avril 2022

Enregistrer au format PDF

Jamais une élection comme la pré­si­den­tielle à laquelle nous sommes conviés en ce mois d’avril 2022 n’aura à ce point tombé le masque. Il s’agit d’une véri­ta­ble mas­ca­rade qui révèle sans arti­fice le carac­tère tota­le­ment anti­dé­mo­cra­ti­que des ins­ti­tu­tions de la 5e répu­bli­que.

Le résul­tat est annoncé avant même que l’électeur ne se soit déplacé. Emmanuel Macron, donné gagnant, devrait retrou­ver les ors de l’Élysée sans n’avoir jamais eu à expo­ser un bilan et à se confron­ter à la réa­lité poli­ti­que. Il aura été le pré­si­dent sans doute le plus détesté par le peuple fran­çais. Ceci expli­que cela.

Cette détes­ta­tion est le pro­duit d’une poli­ti­que mise en pra­ti­que durant cinq ans, d’un mépris géné­ral des sim­ples citoyens, d’une affir­ma­tion de classe qui s’est révé­lée notam­ment dans la révolte des Gilets jaunes, d’une répres­sion et d’une vio­lence sans pré­cé­dent, d’une véri­ta­ble haine de la Nation.

  • -> Sa politique, ce sont les retraites attaquées, le travail méprisé et précarisé, l’ubérisation de la société, l’éducation sacrifiée, la santé malmenée, les lits et les services hospitaliers fermés, les services publics et les fonctionnaires virés, les entreprises liquidées, les cabinets de conseils à la McKinsey et les conseillers grassement rétribués…
  • -> Son mépris généralisé en toute circonstance, c’est un ton hautain, dédaigneux, insultant… C’est le « il n’y a qu’à traverser la rue pour trouver un boulot » à « ceux qui ne sont rien » en passant par les travailleuses qui sont « illettrées »…
  • -> Son sens de classe, il l’exprime en condamnant les Français qui roulent au diesel, polluent, et fument du papier maïs… Ce sont les mesures en cascade qui définissent le président des riches et qui ont poussé des centaines de milliers dans la rue pour revendiquer l’essentiel, pouvoir vivre tout simplement.
  • -> Sa violence, ce sont les dizaines de blessés sur ordre, les énucléés, les estropiés, Gilets jaunes, manifestants du 1er mai et retraités… Ce sont les libertés amputées, l’état d’urgence permanent imposé…
  • -> Et sa haine de la nation à peine camouflée, apparaît au grand jour lorsqu’il vante la souveraineté européenne, une ineptie parmi d’autres puisqu’il n’existe pas de peuple européen, mais des peuples en Europe, pas de nation européenne, mais des nations, lorsque obsessionnel il l’oppose à la seule souveraineté possible, la souveraineté nationale.

Le pire pré­si­dent de la 5e répu­bli­que porte le nom de Macron. On vou­drait nous rejouer le coup de 2017 du pré­si­dent de la démo­cra­tie mena­cée par le danger fas­ciste. Le ridi­cule est de mise. Durant des années de gou­ver­ne­ment, les can­di­dats dits fas­cis­tes — marine Le Pen en tête — sont promus au rang d’oppo­sants uni­ques, sont pré­sen­tés comme les seuls dignes de foi, pour ensuite être à quel­ques jours de l’élection agités comme des épouvantails qui devraient faire de Macron le recours. Absurde. Jamais per­sonne n’aurait pu agir avec une telle déter­mi­na­tion contre le peuple, contre ses inté­rêts, contre sa sécu­rité comme Macron l’a fait.

La preuve n’a pas besoin d’être assé­née. Beaucoup s’abs­tien­dront ou iront voter blanc. D’autres choi­si­ront un can­di­dat. Un seul choix rai­son­na­ble s’impose, ne pas voter Macron. Pas une voix pour celui qui un jour se pré­sente comme chef de guerre contre le virus, décrète à ce titre toutes les res­tric­tions de liberté, et le len­de­main comme émissaire de l’OTAN en Russie, au risque d’appa­raî­tre comme un bien piètre « négo­cia­teur ».

Pas une voix, pas un bul­le­tin pour Macron !

L’élection qui s’annonce sera bien une mas­ca­rade. Tous les can­di­dats accep­tent le cadre de l’union euro­péenne et donc la logi­que poli­ti­que et économique qui en découle. Quel que soit le résul­tat, il annonce des len­de­mains de crise, pro­fon­dé­ment agités. C’est cela qui devrait nous occu­per en pre­mier lieu, la réa­li­sa­tion d’un front large et déter­miné pour la défense de la République sociale, de la démo­cra­tie, de notre sou­ve­rai­neté, de nos inté­rêts.

Jacques Cotta
Le 1er avril 2022

Messages

  • Oui c’est bien mais vous ne vous avancez à ne donner aucun nom de candidat "valable" ou "correct" pour combattre Macron et ça ce n’est vraiment pas honorable pour un militant de la cause du peuple que vous prétendez être...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.