Accueil > Histoire > Deux ou trois mots sur l’histoire du lambertisme

Deux ou trois mots sur l’histoire du lambertisme

par Zach, le 26 mai 2021

Enregistrer au format PDF

Notre site se veut aussi un lieu de débat. C’est pourquoi, sans partager toutes les analyses d’un auteur nous lui ouvrons nos colonnes s’il s’agit de contribuer à éclaircir les questions qui conditionnent directement notre avenir. Consacré à l’histoire du "lambertisme" qui fut aussi en partie l’histoire de certains des animateurs de ce site, cet article devrait ouvrir un large débat. Nous y reviendrons. DC

Jean Hetzgen a publié en 2019 une thèse sur l’his­toire du cou­rant lam­ber­tiste entre 1952 et 1963.

Il faut le remer­cier cha­leu­reu­se­ment. Il a accom­pli un impres­sion­nant tra­vail de dépouille­ment des archi­ves qui met à notre dis­po­si­tion une docu­men­ta­tion que nous ne pour­rions connaî­tre autre­ment. Sera par­ti­cu­liè­re­ment appré­ciée la bio­gra­phie des mili­tants de cette période. Avec une cer­taine émotion, nous décou­vrons des noms de mili­tan­tes et de mili­tants qu’il fait entrer dans la pos­té­rité. Et l’on se dit que leur sou­ve­nir per­du­rera, quel­que part, dans un coin de la mémoire col­lec­tive.

J’ai adhéré à l’orga­ni­sa­tion issue du PCI majo­ri­taire bien après les faits racontés par Jean Hentzgen. Militant des années 80 et 90, je n’ai connu ni cette époque, ni la sui­vante. Aujourd’hui, je ne me reconnais ni dans l’un ni dans l’autre des 2 partis qui conti­nuent le cou­rant lam­ber­tiste. Mais je ne veux pas ici parler de diver­gen­ces mais d’his­toire et de mémoire.

Jean Hentzgen étudie l’hypo­thèse d’une évolution des trots­kys­tes du « PCI majo­ri­taire » vers la social-démo­cra­tie. J’avoue n’avoir été convaincu ni par la ques­tion ni par la démons­tra­tion. L’oppo­si­tion farou­che et sys­té­ma­ti­que aux gou­ver­ne­ments PS qui sui­vent 1981 me semble plutôt démon­trer le contraire. Mais ceci n’est pas très grave car l’essen­tiel du texte est tout sim­ple­ment l’his­toire racontée, celle qui abou­tit à la fon­da­tion de l’Organisation Communiste Internationaliste en 1965.

L’OCI était une orga­ni­sa­tion d’impor­tance, très influente dans le monde syn­di­cal et poli­ti­que des années 70 jusqu’aux années 90. Il n’est que de consul­ter la liste impres­sion­nante des per­son­na­li­tés du monde poli­ti­que et du spec­ta­cle qui y ont adhéré pour s’en rendre compte. De nos jours, quel­ques uns sont encore en acti­vité et ont des fonc­tions impor­tan­tes : Benjamin Stora, Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière. Lionel Jospin, ancien pre­mier minis­tre, mili­tant de l’OCI des années 60 jusqu’au début des années 80 sym­bo­lise à lui seul la péné­tra­tion et l’influence du lam­ber­tisme dans les milieux intel­lec­tuels.

Ce groupe poli­ti­que a pour­tant été en déclin tout au long des années 50. Il achève la décen­nie très réduit numé­ri­que­ment - seu­le­ment une cin­quan­taine de mili­tants en France ! Ses diri­geants pren­nent alors cons­cience de leur échec et amor­cent une réflexion qu’ils appel­lent « réar­me­ment ». Ils se réor­ga­ni­sent et pren­nent la déci­sion de se tour­ner vers la jeune géné­ra­tion.

Le lien s’établit, point de départ d’une évolution qui leur permet de se rele­ver en quel­ques années. La pro­gres­sion numé­ri­que des effec­tifs est alors conti­nue jusqu’en 1983 avec un pic d’un peu plus de 6000 mili­tants.

Jean Hentzgen décrit cette ren­contre entre le vieux noyau mili­tant et la jeune géné­ra­tion. Et, au-delà du détail des ini­tia­ti­ves poli­ti­ques prises sur l’ins­tant, je crois qu’il faut cons­ta­ter que, si le cou­rant lam­ber­tiste a pu donner une orga­ni­sa­tion poli­ti­que solide et pérenne dans le temps, c’est que, tout sim­ple­ment, il a été en phase avec son époque. Si il ne l’avait pas été, il aurait dis­paru dès le début des années 60.

Il faut donc parler main­te­nant de contexte, ce qui nous amè­nera à dire un mot des repro­ches, je dirais, clas­si­ques - le sec­ta­risme, la vio­lence - qui sont adres­sés au cou­rant lam­ber­tiste.

Nous par­lons des années 50 mais la thèse de Jean Hentzgen fait quel­ques incur­sions dans les années 70.

Je ne pense pas que l’on puisse com­pren­dre quel­que orga­ni­sa­tion poli­ti­que que ce soit sans l’inté­grer dans le contexte. Et ce contexte, c’est celui de la guerre froide. La vio­lence est omni­pré­sente dans la vie poli­ti­que de cette époque. C’est d’abord l’odieuse vio­lence sta­li­nienne du Parti Communiste Français qui agresse phy­si­que­ment les mili­tants des orga­ni­sa­tions concur­ren­tes. A la porte des usines, les res­pon­sa­bles com­mu­nis­tes inter­di­sent les sim­ples dis­tri­bu­tions de tracts en envoyant leurs mili­tants « casser la gueule » aux trots­kys­tes. De nos jours, ceci serait dénoncé sur les réseaux sociaux et se ter­mi­ne­rait rapi­de­ment devant un tri­bu­nal. Mais à l’époque, l’impu­nité exis­tante per­met­tait au Parti com­mu­niste de répé­ter les agres­sions. Les trots­kys­tes ont donc appris à se défen­dre, et, si, aujourd’hui, ils peu­vent reven­di­quer leur his­toire, les com­mu­nis­tes, eux doi­vent renier leur passé…

La période recé­lait aussi une vio­lence ins­ti­tu­tion­nelle. Dans toute l’Europe occi­den­tale, c’est l’époque des coups tordus des ser­vi­ces de sécu­rité d’État qui infil­trent les orga­ni­sa­tions d’extrême gauche. Les vio­len­ces du SAC gaul­liste contre les mani­fes­tants de 1968 ou les mani­pu­la­tions de la CIA amé­ri­caine sont main­te­nant bien docu­men­tées. Et là aussi, les états doi­vent renier leur propre his­toire…

L’époque, c’est aussi celle des grou­pes gau­chis­tes, qui, aveu­gles sur la dérive auto­ri­taire de Castro et les mas­sa­cres de la Révolution Culturelle chi­noise prô­naient la gué­rilla urbaine, orga­ni­sant conti­nuel­le­ment des mani­fes­ta­tions vio­len­tes et, pour cer­tains, se sont jetés dans le ter­ro­risme.

Tout peut être débattu. Il faut d’ailleurs débat­tre de tout. J’ai de nom­breu­ses diver­gen­ces, tant sur le plan des posi­tions poli­ti­ques que des métho­des avec le lam­ber­tisme. Mais je ne veux pas les évoquer ici car je veux dire avant tout que rien ne peut être dis­cuté si on l’extrait de son contexte.

Et sur ce point, avec le recul du temps, je ne pense pas que les lam­ber­tis­tes aient démé­rité.

Jean Hentzgen remar­que qu’ils n’ont pas sou­tenu Fidel Castro en 1960. Tout au long des années 60, il était dif­fi­cile de résis­ter à l’attrac­tion de Cuba et de se décla­rer révo­lu­tion­naire. Les lam­ber­tis­tes l’ont fait. Ils n’ont jamais cru en Castro, ne l’ont jamais sou­tenu. Je n’ai pas de com­men­taire par­ti­cu­lier à faire la-dessus…

Plus tard, la révo­lu­tion cultu­relle. Ceci n’est pas dans la thèse de Jean Hentzgen qui étudie la période anté­rieure. Mais il me semble inté­res­sant d’en parler. A la fin des années 60, la révo­lu­tion cultu­relle maoïste était une réfé­rence pour la plu­part des grou­pes étudiants « révo­lu­tion­nai­res ». Comme sou­vent dans leur his­toire, les lam­ber­tis­tes ont été à contre-cou­rant et ne l’ont pas sou­tenu. Bien plus tard, lorsqu’un intel­lec­tuel ins­piré appe­lait à une « révo­lu­tion cultu­relle » - en géné­ral pour mettre bas une conquête sociale - Pierre Lambert aimait à rap­pe­ler que la révo­lu­tion cultu­relle était un mou­ve­ment de répres­sion poli­ti­que qui a fait des cen­tai­nes de mil­liers de morts.

Sur ce point précis de la révo­lu­tion cultu­relle, je n’ai pas non plus de com­men­taire par­ti­cu­lier à faire…

On a les réfé­ren­ces que l’on peut. Je pré­fère, per­son­nel­le­ment, avoir connu Pierre Lambert, qui, lui, n’a jamais fait l’apo­lo­gie du ter­ro­risme, et, résis­tant au confor­misme de l’époque, n’a pas non plus sou­tenu des régi­mes poli­ti­ques cri­mi­nels. Il tou­jours pensé qu’il fal­lait un parti de masse pour chan­ger la société. Toute son œuvre est allée dans ce sens.

Et, avec le recul de l’his­toire, on s’aper­çoit que le cou­rant lam­ber­tiste est pro­ba­ble­ment celui qui a le mieux résisté aux tur­pi­tu­des du temps.

Mais les années 50 occu­pent l’essen­tiel de la thèse de Jean Hentzgen. Et les années 50, c’est la guerre d’Algérie. C’est avec ce der­nier sujet que je vou­drais ter­mi­ner.

Le temps est passé, il faut main­te­nant s’adres­ser à la nou­velle géné­ra­tion. Il faut leur dire que des mili­tants, - et des mili­tan­tes ! - ont existé. Ils - et elles ! - étaient marxis­tes. Ils - et elles ! - étaient inter­na­tio­na­lis­tes. La race, la nation ne signi­fiaient rien à leurs yeux.

Leur expli­ca­tion de l’impé­ria­lisme était la sui­vante. C’était l’évolution natu­relle d’un sys­tème économique, le capi­ta­lisme, qui ouvrait par la force de nou­veaux mar­chés pour ses capi­taux. Dans ce sys­tème économique, la ligne de par­tage entre les humains n’est pas la race mais la classe sociale, ce qui veut dire que d’un côté, le peuple colo­nisé a le même inté­rêt que l’ouvrier euro­péen, et que, de l’autre, le sup­plé­tif local de l’admi­nis­tra­tion colo­niale avait le même inté­rêt que la banque euro­péenne qui asser­vit le pays colo­nisé. Ces mili­tants ont été de farou­ches oppo­sants au colo­nia­lisme et ont sou­tenu tous les mou­ve­ments de libé­ra­tion des peu­ples.

On peut bro­car­der leurs idées. Certains ne man­que­ront pas de le faire, en quel­ques phra­ses lapi­dai­res, péremp­toi­res, à la mode actuelle du réseau social. Mais il n’est pas ques­tion ici de lancer un débat d’opi­nion sur les idées des mili­tants anti-colo­nia­lis­tes du XXe siècle mais sim­ple­ment de les décrire telles qu’elles étaient. Simplement pour dire qu’elles ont existé. Et nul n’a le droit de les effa­cer de la mémoire col­lec­tive. Elles sont bien plus dignes que toutes celles qui ont pré­valu à cette époque. Ici aussi, les trots­kys­tes n’ont pas à renier leur propre his­toire, contrai­re­ment à d’autres…

Alors, la guerre d’Algérie ?

Le conflit algé­rien, c’est la jeu­nesse de France jetée de force dans la guerre. Si, de nos jours, le ser­vice mili­taire est volon­taire, tel n’était pas le cas dans les années 50. Tout jeune de 18 ans devait accom­plir le ser­vice mili­taire et rejoin­dre l’armée. Le gou­ver­ne­ment fran­çais décida d’envoyer le contin­gent, c’est-à-dire l’inté­gra­lité de sa jeu­nesse pour mater la révolte du peuple Algérien. Ces jeunes n’avaient pas le choix. Ceux qui s’en sont sortis vivants en sont restés mar­qués à vie. Ici aussi, l’État fran­çais se voit obligé de renier sa propre his­toire. Et les lam­ber­tis­tes ? Soutiens de la cause algé­rienne, ils res­tent fidè­les à l’inter­na­tio­na­lisme et condam­nent les atten­tats du FLN.

Citons Pierre Lambert, dans la Vérité du 26 avril 1957.

« Il est indé­nia­ble que le sys­tème d’atten­tats aveu­gles employé par le FLN sur une large échelle est condam­na­ble, ne serait-ce que parce qu’il a permis de four­nir une cer­taine base psy­cho­lo­gi­que dans la popu­la­tion euro­péenne aux opé­ra­tions Massu. »

La posi­tion de fond des lam­ber­tis­tes est expo­sée dans un arti­cle de La Vérité de mai 1958. Ils refu­sent de « consi­dé­rer en bloc le peuple fran­çais com­plice de son impé­ria­lisme » et de « creu­ser un fossé entre les tra­vailleurs fran­çais et algé­riens ».

Mais la guerre d’Algérie, c’est avant tout le mar­tyre du peuple algé­rien. J’en parle en der­nier, de façon déli­bé­rée, car je veux lais­ser le mot de la fin à Gérard Bloch, diri­geant du PCI majo­ri­taire. Plus que toute autre, la cita­tion qui vous allez lire nous dit qui étaient les trots­kys­tes du PCI majo­ri­taire.

Le 22 mars 1957, l’ancien déporté qu’il était fait paraî­tre dans La Vérité un arti­cle inti­tulé « Halte au martyr du peuple algé­rien ! ». Écoutez réson­ner l’extrait sui­vant.

« Le rictus des paras […] évoque irré­sis­ti­ble­ment, pour un ancien concen­tra­tion­naire comme moi, un air de connais­sance. Oui, ce visage de sadisme ras­sa­sié, de haine satis­faite, ce visage inhu­main d’ennemi des hommes, nous l’avons vu à d’autres avant ceux-là […]. Nous l’avons vu aux hommes à la tête de mort, aux SS de Heinrich Himmler. »

Ils s’appe­laient Claude Bernard, Gérard Bloch, Lucienne Bloch, Pierre Broué, Annie Cardinal, Louis Eemans, Henri Geneste, Stéphane Just, Pierre Lambert, Daniel Renard. D’autres encore les ont accom­pa­gné.

Au juge­ment de l’his­toire, les femmes et les hommes du « PCI majo­ri­taire » se tien­nent debout, dignes. Hommage leur soit rendu.