Accueil > Histoire > Insurrection légale ?

Insurrection légale ?

par René MERLE, le 28 mai 2020

Enregistrer au format PDF

"Quand le gou­ver­ne­ment viole les droits du peuple, l’insur­rec­tion est, pour le peuple et pour chaque por­tion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indis­pen­sa­ble des devoirs".
Ainsi lisait-on dans la Constitution de l’An I (1793), arti­cle 35.
Mais il est vrai que cette cons­ti­tu­tion ne fut jamais appli­quée, et que par une insur­rec­tion par­le­men­taire « légale » menée par les modé­rés mani­pu­lés par les pour­ris, ces "ter­ro­ris­tes" à peine repen­tis et ivres de pou­voir, de jouis­sance et de fric, Robespierre et Saint-Just furent promp­te­ment éliminés…

Par contre, il est évident que cer­tai­nes « por­tions du peuple », et notam­ment du peuple de Paris, mais pas seu­le­ment, met­tront en œuvre cet arti­cle 35, de 1830 à 1871, en pas­sant par 1832, 1839, 1848, 1849, 1851…
Avant l’insur­rec­tion pro­lé­ta­rienne de 1848, les Bonnes Âmes répu­bli­cai­nes s’empres­sè­rent de signi­fier au pro­lé­taire, qui tient d’une main le fusil et de l’autre le bul­le­tin de vote, que désor­mais le bul­le­tin de vote doit primer.
Sur la fameuse gra­vure de Bosredon le pro­lé­taire montre le fusil, "ça,c’est pour l’ennemi du dehors", et prend son bul­le­tin de vote : "pour le dedans, voici comme l’on combat loya­le­ment les adver­sai­res"...
Bis repe­tita après le grand mas­sa­cre des Communards de 1871, les Bonnes Âmes répu­bli­cai­nes s’empres­sè­rent de dire au Peuple : « Vous êtes désor­mais des citoyens majeurs, vous dis­po­sez du droit de vote par lequel vous pouvez faire satis­faire vos reven­di­ca­tions, si elles sont légi­ti­mes. La page des insur­rec­tions est défi­ni­ti­ve­ment tour­née, place désor­mais à celle du suf­frage uni­ver­sel »… Un suf­frage uni­ver­sel que ces Bonnes Âmes n’ima­gi­naient pas pou­voir être étendu à l’éternel fémi­nin !
De bonne ou de mau­vaise grâce, tous les tenants du mou­ve­ment social (anar­chis­tes exclus) s’enga­gè­rent sur cette voie, avec l’illu­sion sans cesse repor­tée qu’un jour advien­drait où, par la voie des urnes, se concré­ti­se­rait l’espé­rance d’une vraie République démo­cra­ti­que et sociale [1]...
Espérances socia­lis­tes main­te­nues et confor­tées par l’obten­tion pro­gres­sive de mesu­res socia­les déci­si­ves qu’il avait fallu arra­cher de haute lutte, mais espé­ran­ces tou­jours ina­bou­ties quant au but suprême.
Si la bar­ri­cade et le fusil avaient été les com­pa­gnons des répu­bli­cains avan­cés et des socia­lis­tes d’avant 1871, la longue plage qui s’ensui­vit les leur avait fait oublier.
Le fusil se retrouva dans les mains des fils du peuple entre 1914 et 1918, pour une guerre dont ils n’étaient pas res­pon­sa­bles, mais que, dans leur immense majo­rité, ils cru­rent bon de mener au nom de la Patrie.
Il fallut le viol de la République par la revan­che des « Blancs » en 1940, pour que revienne l’idée d’une résis­tance popu­laire armée, et d’une insur­rec­tion.
Mais ce fusil qui s’était retrouvé dans des mains popu­lai­res se retrouva aus­si­tôt dans les mains de ces fils du peuple enga­gés, de gré ou de force, dans les guer­res colo­nia­les de l’après-1944…
Triste destin d’une géné­ra­tion et de ses enfants qui, après avoir lutté pour sa Libération, se trou­vè­rent embar­qués dans le combat contre la libé­ra­tion d’autres peu­ples.
La page est enfouie, sinon occultés, et les géné­ra­tions qui s’ensui­vi­rent cru­rent pou­voir faire leur vie sans en tenir compte.
Sans réa­li­ser qu’à l’échelle de ce XXe siècle hédo­niste finis­sant, ce pêché capi­tal (et pour beau­coup invo­lon­taire) avait pour long­temps anni­hilé la pos­si­bi­lité d’une vraie résis­tance, sinon celle du ver­ba­lisme creux.
Nous avons dépassé la fin de ce cycle, et une autre cycle advient, dont la donne nou­velle nous ouvre d’autres espé­ran­ces.
À leur façon, Bonnets rouges et Gilets jaunes se sont spon­ta­né­ment ins­crits dans la tra­di­tion insur­rec­tion­nelle...
Le pou­voir leur a répondu par un appel à la léga­lité et au recours, unique, du suf­frage uni­ver­sel, qu’il s’appli­que évidemment à mani­pu­ler.
Mais au len­de­main du déconfi­ne­ment, si tant est que la colère popu­laire accu­mu­lée fasse explo­ser l’anes­thé­sie macro­nienne [2], quel sera notre véri­ta­ble recours à la démo­cra­tie ? Quels pièges sau­rons-nous écarter ? Évidemment, nous ne sommes pas aux États-Unis, en Hongrie ou au Brésil, où la démo­cra­tie électorale a donné les résul­tats que l’on sait. Mais quand même... Notre vieille nation a tou­jours connu des secous­ses inat­ten­dues... Je fais mien le der­nier com­men­taire de Gérard Pavillon sur ce site [3] :
"Finalement mérite-t-on la démo­cra­tie ?"


[1En la matière les socialistes allemands, puis français et italiens, s’engouffrèrent dans une voie que leurs homologues britanniques pratiquaient déjà empiriquement. Je reviendrai peut-être sur tout cela, au risque de lasser mon lecteur d’une overdose de retropolitique

[2Le correcteur de langage, dont nous connaissons tous l’humour, ne cesse de me presser d’écrire "macédonienne".

[3Cet article a été publié sur mon site "Points de vue & documents"

Messages

  • What do you says MoA ? Calls for President Xi China to provide the American rebels with the means to defend themselves against the regime have not yet been answered.
    « … Les appels au président Xi pour fournir aux rebelles américains les moyens de se défendre contre le régime n’ont pas encore reçu de réponse … »

  • Revanche, est-ce clair ?

  • Il me semble, sauf erreur possible de ma part (ma mémoire est bien mitée), que cette notion était également présente dans la déclaration des Droits de l’Homme. Quant à votre correcteur de langage, peut-être est-il possible d’envisager que son choix est le résultat d’une analyse plus poussée et plus profonde : c’est bien une macédoine politichienne (juste pour le faire réagir...) qui a pu installer au pouvoir cette bande de "nouveaux collabos" de la nouvelle "souveraineté européenne" (voir "Sors d’ici Jean Moulin"), dénomination qui, je l’avoue, devait être due à quelques débris de naïveté : j’étais encore loin du compte...
    Méc-créant.
    (Blog : "Immondialisation : peuples en solde !" )

  • Oui, en effet, je crois que mon correcteur de langage est en l’occurrence très éclairant.

  • ACAB ! no more...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.